Argent brûlé
Nouv.

Argent brûlé

Traduction FRANCOIS-MICHEL DURAZZO  - Langue d'origine : ESPAGNOL (ARGENTINE)

À propos

« Un soir de mars ou d'avril 1966, dans un train qui allait vers la Bolivie, je fis la connaissance de Blanca Galeano que les journaux appelaient «la concubine» du voyou nommé Mereles. Elle avait seize ans mais avait l'air d'une femme de trente ans et elle fuyait. Elle me raconta une histoire très étrange (...), je l'écoutai comme si je m'étais trouvé en présence de la version argentine d'une tragédie grecque. ».
C'est ainsi que Ricardo Piglia s'empare du braquage qui a défrayé la chronique entre septembre et novembre 1965 à Buenos Aires. Il décide d'en faire un roman tant la violence des faits, la puissance des sentiments et la brutalité de la police dépassent de loin la fiction. Bébé Brignone et le Gaucho Dorda, Bazán le Bancal, Malito ou Mereles le Corbeau prennent vie sous sa plume avec un réalisme et une vigueur extraordinaires, sur fond d'agitation péroniste et de magouilles politiques.
Et, à la manière d'un Truman Capote ou d'un William Faulkner, Piglia réinvente de manière magistrale le roman noir argentin.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9791038700055

  • Disponibilité

    À paraître

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Longueur

    17.5 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Ricardo Piglia

Ricardo Piglia est né en 1940 dans la province de Buenos Aires. D'abord auteur de nouvelles avec l'Invasion (1967), il est dès son premier roman, Respiration artificielle, reconnu comme une figure majeure de la littérature argentine contemporaine. Couronnée par de nombreux prix, son ½uvre est déjà largement traduite. La Ville absente est paru pour la première fois en français aux éditions Zulma en septembre 2009.ÿÿRicardo Piglia reçoit le prix Casa de Américas dès la publication de son premier recueil de nouvelles La invasión (1967), qui sera repris et complété en 2006. Suivent d'autres nouvelles avec Faux nom (1975), mais c'est avec son roman Respiration artificielle (1980, André Dimanche, 2000) qu'il devient une figure majeure de la nouvelle littérature argentine. Il travaille à la même époque à la Ville absente qui ne verra le jour qu'en 1992 et à partir duquel il élabore un livret d'opéra mis en musique par Gerardo Gandini. Il revient à la nouvelle avec Prison perpétuelle (1988) et Contes moraux (1995) avant de publier un nouveau roman, Argent brûlé (1997, récompensé par le Prix Planeta, André Dimanche 2001), porté au cinéma en 2001, sous le titre Vies brûlées, par Marcelo Piñeyro et à paraître chez Zulma, dans une nouvelle traduction. ÿIl a aussi publié Critique et fiction (1986), livre d'entretiens, Une rencontre à Saint-Nazaire (Meet, 1989), plusieurs essais, l'Argentine en morceaux (1993), Formes brèves (prix Bartolomé March de la critique), un Dictionnaire du roman de Macedonio Fernández (2000) et le Dernier lecteur (2005, Bourgois, 2008), où il mêle l'essai et l'autobiographie littéraire. L'ensemble de son ½uvre a été récompensé par le Prix Iberoamericano de las letras « José Donoso » en 2006 et par le Prix Roger Caillois en 2008.

empty