"rien que notre dû !" ; le combat des vignerons au pays du muscadet (1891-1914)

À propos

Paradoxe : c'est dans un pays rural, au coeur du vignoble nantais (de Vertou à Vallet et de Clisson jusqu'à la Loire) que s'est développée la première expérience significative de syndicats paysans de tendance socialiste à la fin du XIXe siècle. Qui sont ces paysans qui s'organisent ainsi ? Des vignerons titulaires d'un bail à complant (une forme ancienne de contrat, transmissible de génération en génération), qui cultivent la vigne et partagent la récolte avec leurs propriétaires... Du point de vue juridique, cette terre n'est pas la leur mais ils ne peuvent en être chassés que pour une raison : leur négligence au travail. Que peut-il donc se passer si d'aventure la vigne elle-même venait à disparaître, victime du phylloxéra ? Pour certains propriétaires, la catastrophe est une aubaine car elle rend caduc les baux à complant. Ils peuvent donc récupérer leurs terres et en chasser leurs occupants, parfois présents depuis des générations. Les complanteurs ne l'entendent pas de cette oreille. C'est pourquoi ils constituent, au cours des années 1891-1914, des syndicats de défense efficaces, pour conserver leurs droits et combattre les prétentions de certains propriétaires fonciers soutenus par un système juridique qui leur était entièrement favorable. Mais pour continuer à produire du vin, il leur faut parallèlement se battre pied à pied contre le phylloxéra, cette gangrène qui s'est abattue sur tous les vignobles de l'Hexagone.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire

  • EAN

    9782912228260

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    200 Pages

  • Longueur

    2.4 cm

  • Largeur

    16 cm

Infos supplémentaires : Broché  

empty