Les cahiers de voronej

À propos

Quand on vient l'arrêter en mai 1934, Ossip Mandelstam est "prêt à la mort". Mais condamné à trois ans d'exil, il va écrire à Voronej, en quelques mois les plus fertiles de son existence, les poèmes des trois Cahiers qui sont un des sommets de la poésie russe du vingtième siècle. Arrêté une nouvelle fois en mai 1938, le poète est envoyé au Goulag et meurt le 27 décembre près de Vladivostok, au seuil même de la Kolyma. Cette édition bilingue et intégrale des poésies de la dernière période de Mandelstam, permet de replacer dans leur contexte les Cahiers de Voronej et un poème aussi "dérangeant" que l'Ode à Staline, de mieux comprendre comment, par sa "sémantique éminemment musicale", son élaboration métaphorique et prosodique d'une densité, d'une tension à la fois tragique et lumineuse, l'oeuvre de Mandelstam rejoint les grandes voix de la poésie universelle.

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782842422158

  • Disponibilité

    Abandon de parution

  • Nombre de pages

    347 Pages

  • Longueur

    17.4 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Support principal

    Poche

Ossip Mandelstam

Le poète russe Ossip Mandelstam (1891-1938), fils d'un commerçant juif, est un insoumis. Son premier recueil de poésies, La Pierre, rencontre un vif succès dès sa parution en 1913. Il cofonde l'école « acméiste » qui, entre autres, considère que le mot est constitutif de la forme. Il s'oppose en cela aux symbolistes français et russes. Quand la révolution éclate, il entre au ministère de la Culture et collabore avec Lounatcharsky. Or, quand la terreur stalinienne se répand, il devient un perpétuel exilé. En 1934, il publie un poème satirique sur Staline. L'intervention de Boukharine et de Pasternak le sauve alors de la déportation. Mais, en 1937, il est de nouveau arrêté et meurt l'année suivante dans un camp près de Vladivostok. Pasternak lui a envié sa liberté quand d'autres sont restés marqués par son âme d'enfant et ses célèbres fous rires.

empty