écrits sur Rimbaud

écrits sur Rimbaud (édition Andrea Schellino)

À propos

Peu de rencontres ont suscité autant d'intérêt que celle de Rimbaud et Verlaine en septembre 1871. À son arrivée à Paris, le jeune poète ardennais apparaît à l'auteur des «Poèmes saturniens »comme un enfant « au visage parfaitement ovale d'ange en exil ». Ce sera le début d'une relation tumultueuse et féconde, qui prendra brusquement fin en juin 1873 à Bruxelles. L'intensité de cette liaison s'est transmise à la création des deux écrivains, qui dès 1872 partagent leurs élans de renouvellement poétique. Verlaine devient ainsi un témoin privilégié de son compagnon tant sur le plan humain que littéraire. C'est à travers ce rôle de témoin que Verlaine a « inauguré la gloire » de Rimbaud, comme il l'admettra lui-même, en publiant plusieurs de ses poèmes inédits et en les commentant. Ces pages, souvent émues, restituent le visage authentique du poète de Charleville.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Pamphlet, Maximes, Pensées, Portraits

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782743648848

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    180 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    11 cm

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty