À propos

La vie sociale est un théâtre, mais un théâtre patriculièrement dangereux.
A ne pas marquer la déférence qu'exige son rôle, à se tenir mal, à trop se détache des autres comédiens, l'acteur, ici, court de grands risques. celui, d'abord, de perdre la face ; et peut-être même la liberté : les hôpitaux psychiatriques qont là pour accueillir ceux qui s'écartent du texte.
Il arrive ainsi que la pièce prene l'allure d'un drame plein de fatalité et d'action, où l'acteur-acrobate - sportif, flambeur ou criminel - se doit et nous doit de travailler sans filet.
Et les spectateurs d'applaudir, puis de retourner à leurs comédies quotidiennes, satisfaits d'avoir vu incarné un instant, resplendissant dans sa rareté, la morale toujours sauve qui les soutient.


Sommaire

Introduction - « Perdre la face ou faire bonne figure ? ». Analyse des éléments rituels inhérents aux interactions sociales - La tenue de la déférence - Le détachement - Les lieux de l'action, « la vie », c'est sur le fil ; le reste, on attend "

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie


  • Auteur(s)

    Erving Goffman

  • Traducteur

    ALAIN KIHM

  • Éditeur

    Éditions du Minuit

  • Date de parution

    01/10/1974

  • Collection

    Le Sens Commun

  • EAN

    9782707300225

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    21.8 cm

  • Largeur

    13.6 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    284 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty