Terre et capital : pour un communisme du vivant

À propos

Face au changement climatique, trois grands scénarios se dessinent : le premier fonde ses espérances sur les innovations techniques ; le second projette une régulation étatique des pratiques déprédatrices et polluantes ; le troisième, tragique, attend que la catastrophe nous ramène aux conditions éthiques d'une vie sobre. Tous passent à côté du problème central : les causes de la catastrophe environnementale sont inscrites dans la structure du capitalisme. Alors quelle serait la politique la plus adaptée à l'Anthropocène ? Le communisme ! Le capital étant un système d'appropriation généralisée des conditions naturelles de la subsistance, humains comme non-humains sont dépossédés de l'accès à leurs conditions de reproduction. Le mot d'ordre historique du communisme, l'abolition de la propriété privée, n'en est donc que plus actuel. Mais il doit être repensé à partir de la condition écologique.

En confrontant les débats anthropologiques contemporains (Descola, Tsing, Latour, Viveiros de Castro, Haraway) au marxisme (Marx, Williams, Mariàtegui), Terre et capital pose les bases d'un naturalisme historique : si les milieux sont toujours produits par l'action conjointe d'espèces différentes, les formes dans lesquelles la nature nous apparaît ont une histoire culturelle et politique. Le communisme du vivant a commencé à s'inventer chez des penseurs marxistes qui cherchaient à penser l'exploitation conjointe de la terre et des travailleur·se·s. Ils ont fondé les luttes pour la reproduction sociale et écologique sur la puissance révolutionnaire de la paysannerie. Le naturalisme historique inaugure une histoire écologique des sociétés et annonce un avenir communiste pour la Terre.



Sommaire

Introduction.
PREMIERE PARTIE - LE NATURALISME HISTORIQUE.
Chapitre 1 - Naturalisme historique et propriété collective.
Chapitre 2 - Karl Marx à l'Obšcina.
DEUXIEME PARTIE - LE NATURALISME CULTUREL.
Chapitre 3 - Ville et campagne chez Raymond Williams.
TROISIEME PARTIE - LE NATURALISME PRATIQUE.
José Carlos Mariàtegui à Leipzig.
Chapitre 4 - La terre en partage : communisme, paysannerie, indigénisme.
Chapitre 5 - La terre, la race et la communauté.

Rayons : Vie pratique & Loisirs > Nature & Plein air > Ecologie

  • EAN

    9782354802332

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    286 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Paul Guillibert

Paul Guillibert est docteur et enseignant en philosophie. Il élabore une
critique écologique du capitalisme à partir d'une histoire environnementale
de la pensée marxiste.

empty