Amour ; parallèlement

Amour ; parallèlement

À propos

Parus à un an de distance mais conçus comme un diptyque, Amour et Parallèlement illustrent les deux tendances de Verlaine à la fin des années 1880  : la mystique religieuse et l'exaltation des corps, la dévotion et le plaisir des sens. Si Amour est écrit sous le signe de l'amour de Dieu et de l'amitié, Parallèlement présente pour la première fois des poèmes ouvertement homosexuels. La poésie de Verlaine, toujours sensuelle, y mêle la tendresse de l'effusion à la franchise de l'aveu  ; inimitable, elle donne au désir sa voix la plus authentique.   Ces deux recueils, amplement annotés, sont accompagnés de documents inédits, d'un apparat critique et d'un relevé complet des variantes, d'un dossier sur la réception de l'oeuvre et d'une abondante bio-bibliographie.   Édition établie par Olivier Bivort. 

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782253089001

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    714 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    348 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty