Déjà lu ?

Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez votre avis

Le mot de l'éditeur : Esthétique de la résistance est l'un des récits fondateurs du monde contemporain, au même titre que Mémoires d'outre-tombe, La Recherche du temps perdu, Les Somnambules ou L'Homme sans qualités. Ce projet romanesque prend forme vers la fin des années 1960, au moment où la génération née après la Seconde Guerre mondiale remet en question le monde hérité de la génération précédente. Il s'ancre dans l'expérience de l'émigration et de l'exil qu'a connue Peter Weiss puisque lui et sa famille, fuyant ...le régime nazi dès 1935, ont quitté l'Allemagne pour l'Angleterre, puis la Tchécoslovaquie et la Suède, où il résidera jusqu'à la fin de sa vie. Esthétique de la résistance, rédigée entre 1971 et 1981 se déroule de 1937 à 1945 et relate l'histoire collective du mouvement ouvrier allemand et de son échec. Les trois protagonistes principaux (Heilmann, 15 ans, Coppi et le narrateur, 20 ans tous deux) découvrent en parallèle quelques grandes oeuvres du patrimoine artistique de l'humanité et comprennent qu'elles ne sont ni un bien culturel, ni un espace imaginaire où se réfugier lorsque l'action politique a échoué, mais celui d'une expérience esthétique vécue que doit s'approprier le lecteur ou le spectateur afin de nourrir sa résistance à l'ordre établi par la société de classes. Esthétique de la résistance n'est pas un roman historique à proprement parler, au sens où les personnages principaux seraient plongés dans un récit élaboré par un discours extérieur à eux. Le lecteur accompagne les trois personnages principaux au plus près de ce qu'ils affrontent. Aucune conscience extérieure ne se place dans une position surplombant leurs actes et leurs paroles. Si d'autres personnages, réels ou imaginaires, par leur âge, leur expérience, leurs lectures, leur travail, en savent plus qu'eux, ceux-ci interviennent nommément dans le récit, jamais à la façon d'un discours docte et abstrait. Chaque élément narratif est vu, lu, éprouvé, entendu, compris, interprété par le "nous" qui endosse la narration : une fenêtre ouverte, un tissu rouge, un paysage, un bombardement ; le bras d'une statue, un visage peint, la forme d'un escalier; un discours syndical, un poème; l'arrestation d'une militante, une agonie, un geste d'adieu. L'emploi fulgurant de ce "nous" narrateur, peu exploité par le genre romanesque donne toute sa puissance à ce récit mettant en scène non ce qui sépare et différencie les individus mais ce qu'ils ont en commun, jusque dans leurs confrontations, jusque dans leur solitude. Par son thème, la formation d'une conscience politique commune, comme par ses choix narratifs, ce texte renouvelle la forme romanesque de façon décisive.


empty