Le temps du posthumanisme

Le temps du posthumanisme

Résumé

Le mouvement posthumaniste, autre nom et radicalisation du transhumanisme, qui projette un homme dépassant sa condition corporelle par son hybridation aux machines, va bien avec notre temps. Il se conjugue au futur : ses défenseurs nous annoncent ce que l'avenir sera, sans s'embarrasser du moindre conditionnel hypothétique. Par leur assurance prophétique, ils veulent nous aspirer dans la spirale d'un destin technologique, renforçant ainsi la tyrannie du mode de vie que nous imposent jour après jour les entrepreneurs du numérique, les rois du silicium. Ce livre s'en prend aux deux arguments-phare du posthumanisme, celui de la liberté de « s'augmenter », de poursuivre le projet d'un homme émancipé de ses faiblesses naturelles, et celui des bienfaits de l'amélioration par les techniques. Il réfute sur leur propre terrain les fausses évidences sur lesquelles ces deux argumentaires reposent. Mais surtout, il élargit le débat à la question de l'emprise technologique sur nos sociétés, mettant en évidence le rôle de complice objective que joue à cet égard ce qu'il appelle la « Petite éthique », à savoir l'éthique libérale des droits individuels. Ainsi, le posthumanisme nous lance un défi démocratique : celui de se réapproprier notre avenir, c'est-àdire de faire en sorte qu'il se conjugue non plus au futur obligé, mais au conditionnel politique.

Sommaire

Prologue : L'hypothèse du vieux con. 1. Le futurisme d'aujourd'hui. La googueulisation du monde. La bande des futuristes. Le Grand Récit posthumaniste. 2. L'étendard trompeur de la liberté. La liberté procréatrice, une liberté paternaliste. L'argument des dispositions génériques. La liberté de s'augmenter, une liberté comme une autre ? 3. Les fausses évidences du méliorisme. Le parallèle école/gènes. La notion de qualité éthique. Un méliorisme à visage humain ? L'Idéal Robot. 4. Le posthumanisme et notre temps. Logique de l'innovation et logique de l'hégémonie. Une société en pilote automatique. L'outil et le système. Le paternalisme des modes de vie. Le posthumanisme, entre activisme de soi et fatalisme des modes de vie. Le défi politique du posthumanisme. Pour un futurisme politique. Conclusion : Le futurisme ne s'écrit pas au futur.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782251448589

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    13 cm

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Changement social / Histoire sociale

empty