Presses De L'universite De Laval

  • Dans cet ouvrage révolutionnaire, Peter C. Gøtzsche lève le voile sur les comportements frauduleux de l'industrie pharmaceutique dans les domaines de la recherche et de la commercialisation et sur son mépris moralement répugnant pour la vie humaine. L'auteur établit des rapprochements convaincants entre l'industrie pharmaceutique et l'industrie du tabac et révèle l'extraordinaire vérité derrière les efforts déployés pour semer la confusion et détourner l'attention du public et des politiciens.

  • Contrairement à ce que laisse croire l'adage, ce ne sont pas tant les voyages qui forment la jeunesse, mais bien les relations.
    Ce sont elles qui fournissent, jour après jour, rencontre après rencontre, autant d'occasions d'explorer, de découvrir et de s'affirmer. Depuis que la jeunesse existe, s'insérer socialement, pour les jeunes, c'est d'abord et avant tout s'insérer dans des cercles d'amis, négocier son admission et sa contribution, trouver sa place. La découverte de soi, l'exploration des multiples facettes - professionnelle, sexuelle, ludique.- de son identité en construction, passe par le rapport aux autres.
    Alors qu'on sait que c'est précisément au début de l'âge adulte que les relations sont les plus nombreuses et les plus changeantes, peu d'ouvrages ont jusqu'ici proposé une lecture centrée sur ce thème pourtant au coeur de l'" être jeune ". Pendant l'enfance, les relations se nouent principalement dans l'espace de proximité, la famille, le voisinage, l'école primaire du quartier. Le passage à l'école secondaire élargit l'espace des rencontres nouvelles, comme le feront aussi bientôt les petits boulots.
    Les nouveaux amis fournissent à leur tour l'occasion d'entrer dans de nouveaux cercles de relations sociales, tout comme la mise en couple et le développement de nouvelles activités de loisir. Les relations interpersonnelles ont toutes leur propre histoire. Si elles évoluent au fil de la vie, on peut se demander ce que celles des jeunes ont de particulier. Les travaux de recherche sur lesquels s'appuient les textes proposés dans cet ouvrage sont basés sur des enquêtes quantitatives, des enquêtes par entrevues auprès de groupes ciblés, ainsi que sur des observations fines, offrant ainsi à la réflexion des dynamiques larges, des problématiques spécifiques et des microrituels que s'inventent eux-mêmes les jeunes au sein de leurs groupes d'appartenance.
    L'intensification de la sociabilité dans le passage à l'âge adulte, le maintien de différences entre les hommes et les femmes dans la dynamique de leurs relations interpersonnelles, l'importance de l'exploration identitaire et la fréquentation d'espaces diversifiés, tant du point de vue social que géographique, se combinent pour rendre les relations des jeunes particulièrement sensibles aux imprévisibilités de la vie.

  • En braquant sur lui la lumière de leurs projecteurs, les sciences ne nous offrent pas seulement de l

  • Que vous soyez amateurs de cinéma d'auteurs, de séries B ou Z, de grandes romances ou d'épopées, ce film vous renvoie à votre jeunesse, aux salles sombres que vous fréquentiez entre pairs, à ces icônes du grand écran dont vous rêviez en vous endormant... De La fureur de vivre à Titanic, les films cultes se sont succédé au cours des générations, comme autant d'emblèmes des époques qui se suivent, qui passent, mais dont on garde toujours un souvenir teinté de nostalgie. Car le film culte renvoie d'abord à une expérience, celle de l'éblouissement, et de la conviction intime de participer à un événement significatif. Depuis l'émergence de la culture juvénile dans les années 50, le cinéma est resté l'une des pratiques culturelles les plus importantes chez les jeunes générations. Encore aujourd'hui, plus que leurs aînés, les jeunes visionnent des films et consomment du cinéma, souvent cinéphages, parfois cinéphiles. Parmi le déferlement des productions cinématographiques " made in Hollywood ", certains films tirent toutefois leur épingle du jeu, se démarquent des autres parce qu'ils sont encensés par de nombreux amateurs, parce qu'ils sortent de l'écran pour envahir les rayons des grandes surfaces sous la forme de figurines et de jeux vidéo, parce qu'ils sont débattus sur les forums et louangés par les bloggeurs... Mais dans ce paysage où se côtoient aujourd'hui les Scarface, Star Wars, Matrix et Fight Club, comment pouvons-nous comprendre le triomphe de certains longs métrages auprès des jeunes ? Anthropologues, psychologues, sociologues, psychanalystes et analystes du cinéma discutent ici de la complexité de cette passion des jeunes pour le cinéma, qui devient alors le miroir révélateur de ce qui se trame à cette période de la vie, à cette époque qui fut la nôtre et qui désormais leur appartient...

  • Ce livre jette des regards croisés sur le métissage, ceux d'historiens, de littéraires, d'ethnologues, d'archéologues, de philosophes et de muséologues.
    Les auteurs dévoilent et débusquent les expressions du métissage dans la parole, les textes littéraires, les objets matériels, les expositions, les pratiques alimentaires et la danse, tant dans les contextes coloniaux que postcoloniaux. Loin de considérer le métissage comme un entre-lieu heureux, une situation rassurante du milieu, ils adoptent une posture critique envers cette notion aujourd'hui à la mode et récupérée par tous les discours, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et du transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde.
    Certains y ont recours pour lutter contre les fondamentalismes de toutes sortes ou les forces hégémoniques du capitalisme mondial, alors que d'autres s'en méfient, soutenant qu'il représente une utopie trompeuse construite et manipulée par un pouvoir occulte. Les auteurs de ce recueil présentent des perspectives variées sur le métissage qui recoupent celles que l'on retrouve aujourd'hui de par le monde.

  • Quand on évoque les arts martiaux, il existe un lieu commun où se retrouvent néophytes et initiés. Il s'agit d'une référence accessible à tous que l'on nomme, à tort ou à raison, la culture populaire. Chacun se forge une image plus ou moins précise, plus ou moins idéalisée, et s'appuie sur des références contenues dans des films, des bandes dessinées, des vidéos sur Internet, des séries et des émissions télévisées ou des compétitions sportives. La compréhension d'un ensemble aussi vaste et complexe que la diversité des disciplines martiales relève de l'imaginaire, porteur de bien des idéologies qui ont fait évoluer les civilisations, notamment l'idéal du guerrier toujours gravé dans le coeur et l'âme des gens de notre époque. Dans les récits mythiques, les livres et les films, la puissance redoutable du héros émerge des profondeurs de son inconscient, combinant ses valeurs les plus nobles et son ressentiment le plus sombre, et s'exprime souvent par les techniques des arts martiaux. Nos sociétés sont indubitablement traversées par un imaginaire des arts martiaux dont tous les membres sont dépositaires. Cet ouvrage réunit des chercheurs qui ont en commun l'avancement des connaissances sur la thématique des arts martiaux par le moyen des sciences sociales.

  • Si la plupart des adolescents ont déjà fait des bêtises qui constituent des crimes, seulement quelques uns vont s'enfoncer dans une trajectoire délinquante qui hypothèquera le reste de leur v ie. C et ouv rage traite d' abord de pl usieurs questions m éthodologiques né cessaires pour comprendre l'état de la recherche dans le domaine. Le coeur du livre est constitué d'un examen détaillé des principales théories reconnues pour expliquer les débuts et le développement de la délinquance. On y retrouve une présentation des théories biologiques et psychologiques, des théories de la tension, du contrôle, de l'apprentissage, de la réaction sociale ainsi que des théories intégratives. Ensuite, les théories du c rime sont examinées;
    Elles permettent de comprendre pourquoi et comment, à un moment précis, une personne décide de pas ser à l'acte. Finalement, les théories sociologiques qui rendent compte des fluctuations de la criminalité dans le temps et l'espace sont discutées.

  • Lancée en juin 1996 à Lille et co-éditée avec l'Université Laval (Québec) depuis 1999, la revue Les Cahiers du journalisme a pour objectif de diffuser des recherches et des analyses ayant trait à l'évolution des pratiques journalistiques en France et à l'étranger. L'esprit de la revue vise à favoriser le « regard croisé » de chercheurs et de praticiens de l'information sur les principaux thèmes de réflexion qui mobilisent la profession.

    La revue est publiée conjointement par l'École supérieure de journalisme de Lille (France) et le Département d'information et de communication de l'Université Laval (Québec).

  • « Je dois dire mon admiration pour l'important travail de vulgarisation fait par les auteurs. Ce manuel se lit bien. Il est complet. Il s'agit d'une rare introduction en français à cette méthode, pourtant très utilisé ...

  • Le champ de la " santé mentale " ne semble plus avoir de limites de la prévention du suicide à la promotion du bonheur, en passant par le " combat du stress " dans la vie quotidienne, toute situation sociale est susceptible de devenir objet d'intervention.
    Les individus, la famille, le couple, l'école, l'état, l'entreprise, voire ce que l'on appelle la " communauté ", ont de plus en plus recours aux interventions psychosociales. Il s'agit ainsi de pallier des " dysfonctionnements " ou, mieux encore, de " produire " des comportements désignés aujourd'hui comme " adaptés " plutôt que " normaux ". Comment expliquer la diffusion extraordinaire des interventions en " santé mentale " au-delà du contexte clinique ? Quelles sont les tendances dominantes ? Quel est le visage actuel de l'individu en bonne " santé mentale " ? Les nouvelles règles de la " santé mentale " sont indissociables des profondes transformations de la normativité sociale dont les sociétés libérales ont été le théâtre au cours des trente dernières années.
    La société québécoise, au carrefour des modalités nordaméricaine et française d'intervention sociale, apparaît comme un terrain privilégié d'observation de ce que recouvre aujourd'hui le terme " individu " en Occident.

  • Dès le début de sa carrière, Raymond Boudon n'a de cesse de construire une sociologie cognitive dans la grande tradition des sociologues classiques : Weber, Durkheim, Tocqueville, Simmel.
    On peut dire que la sociologie cognitive constitue la toile de fond de l'oeuvre de Boudon. Cependant si les thèmes de cette oeuvre ont fait l'objet d'études, d'analyses, de commentaires et de critiques, force est de constater que le thème de la sociologie cognitive a suscité peu d'intérêt chez les chercheurs et les analystes. Cet ouvrage vise à offrir la possibilité au lecteur d'appréhender la conception scientifique de la sociologie que Boudon propose.
    Dans ce dessein, deux méthodes ont été utilisées. D'abord, un entretien au cours duquel Boudon explicite l'objet et la démarche de la sociologie à visée scientifique, tout en illustrant chacun de ses éléments par des exemples puisés dans les grands travaux des auteurs classiques et modernes, ainsi que dans ses propres travaux. C'est la première partie de l'ouvrage. Ensuite, l'auteur présente une systématisation de la sociologie cognitive à partir d'une étude et d'une synthèse des analyses que Boudon en a faites dans ses ouvrages, articles, conférences et textes inédits.
    L'élaboration de cette deuxième partie de l'ouvrage est illustrée par un échantillon de théories explicatives classiques et modernes de différents phénomènes sociaux dans divers domaines : éducation, religion, développement, crime, délinquance, mobilité sociale, mouvements sociaux, économie, politique, etc. L'ouvrage s'adresse aux enseignants, aux étudiants et aux chercheurs en sciences sociales.

  • Qui sont les jeunes Français ? Comment évoluent leurs comportements ? Quels changements sociaux vivent-ils ? Par les réponses qu'il propose, ce livre dresse un portrait social des jeunes en France. En présentant des travaux récents sur cet âge de la vie, une dizaine de spécialistes des questions de jeunesse interrogent les relations qui se tissent entre jeunes et société et placent ce panorama sous le signe des mutations sociales en cours : augmentation et diversification de la popula­tion étudiante, évolution de la transition entre l'école et l'emploi, transformation des pratiques culturelles comme des attitudes politiques, situation difficile dans les banlieues, attention plus forte portée au corps et à l'apparence, émergence précoce d'une culture adolescente. La singularité des jeunes Français par rapport à celle des jeunes Européens est aussi abordée.

    Tout en invitant à une meilleure connaissance des jeunes, cet ouvrage permet de mieux comprendre la société française dans laquelle vivent ces nouvelles générations.

empty