Eclat

  • L'Iliade, ou le poème de la force appartient aux derniers écrits de Simone Weil qui, comme L'Enracinement, participent à la fois de l'essai savant, du traité politique et métaphysique et du texte poétique, formant la pensée de ce que pourrait être les temps futurs. Il s'adresse à la fois à l'érudit et à l'homme du commun, au croyant comme au non-croyant, au combattant comme au non-combattant. Il permet de penser une société fondée sur les devoirs moraux et non sur les seules règles économiques ou sur la technique. Publié en 1942 sous pseudonyme dans les Cahiers du Sud à Marseille, il résonne comme un appel à combattre en toutes occasions la force brutale, et rompt radicalement avec les positions non-violentes pronées par S. Weil quelques années plus tôt.

  • L'inspiration occitane

    Simone Weil

    Publiés en 1943 dans les Cahiers du Sud (Marseille) sous le pseudonyme d'Emile Novis, tout comme L'Iliade ou le poème de la force, les deux textes de Simone Weil qui composent ce volume témoignent de la découverte que fit Weil de la civilisation d'oc et de son épopée, la Chanson de la Croisade contre les Albigeois, qu'elle compare à l'Iliade. La destruction de cette civilisation, advenue selon elle par une nouvelle manifestation de la force brutale devient le prototype de toute civilisation détruite et le symbole à la fois de la résistance à la force et de l'alternative au pouvoir dominant quel qu'il soit. Non plus Troie, mais Toulouse, non plus les Grecs, mais les Croisés.

empty