• On ne prête plus guère attention, aujourd'hui, aux nombres présents dans les Évangiles. Ils participent pourtant largement au message transmis par ces textes. Les nombres, au-delà de leur valeur numérique, possèdent aussi une portée symbolique. C'est ce que l'ouvrage rappelle et commente.

    Savez-vous pourquoi il est écrit que les disciples de Jésus étaient douze et que les pêcheurs remontèrent 153 poissons lors de leur pêche miraculeuse dans le lac de Tibériade ? Réponses (inattendues) dans l'ouvrage.

    Ce livre passionnant recense 26 nombres apparaissant dans les Évangiles et dévoile la symbolique attachée à chacun à l'époque de leur rédaction.

    Ingénieur diplômé de l'École nationale supérieure des télécommunications, docteur ès sciences, Robert Signore est chevalier dans l'ordre des Palmes académiques.

    Il a déjà publié chez Vuibert : L'histoire de la chute des corps (2008), Histoire du ciel et de ses représentations symboliques (2010), Histoire du pendule (2011), Histoire de l'inertie (2012), et Le monde tourne-t-il rond ? (2013) et, chez Mélibée : Newton, homme de foi (2016), et Le monde singulier des nombres entiers (2017).

  • Cet ouvrage retrace la longue histoire du mouvement naturel des corps.
    D'Aristote à Einstein en passant par Copernic, Kepler, Galilée, Descartes ou encore Newton, l'oeuvre retient trois exemples de mouvements naturels expliqués par ces grands noms : la chute des corps, le mouvement rectiligne uniforme et le mouvement circulaire.
    Si la forme de ces mouvements n'a guère posé de problèmes aux philosophes de la Nature, leur cause est pourtant restée longtemps une énigme. Chaque philosophe propose sa propre vision et critique celle de ses prédécesseurs, jusqu'à Einstein qui, enfin, apportera la solution à cette énigme millénaire.
    Un essai riche et documenté qui reprend étape par étape les incroyables avancées scientifiques qui nous permettent aujourd'hui de vivre dans ce monde en constant mouvement.

  • La simplicité apparente de la loi d'inertie (Tout corps libre persévère dans son état de repos ou de mouvement rectiligne uniforme), pourrait laisser croire qu'on l'a toujours connue. C'est loin d'être le cas : ignorée jusqu'au XVIIe siècle, ce n'est qu'au XXe siècle que l'on comprit sa signification profonde.
    L'ouvrage retrace les moments forts de cette longue histoire à travers les contributions respectives de nombreux philosophes de la nature et de physiciens comme Aristote, Buridan, Kepler, Galilée, Descartes, Huygens, Newton, d'Alembert, Kant, Euler, Mach et enfin Einstein. Pour le père de la relativité, « La loi d'inertie marque le premier progrès de la physique, on peut même dire son début réel. » L'ouvrage explique pourquoi et comment.

  • Peu de choses subsistent de notre antique vision du ciel. L'astronomie a révélé qu'elle était dénuée de fondement rationnel. Désordonné, le ciel - dont la forme sphérique était une illusion - est en perpétuelle évolution.
    L'univers est infini et l'homme erre au milieu de nulle part. Le symbolique a cédé le pas au réel. Le ciel n'est plus ce qu'il était.
    Voici l'histoire mouvementée de ce déclin du symbolique. Elle est faite de désillusions, de remises en cause et de ruptures qui entraînèrent nombre de débats, de controverses et de condamnations.
    Elle commence avec de grands philosophes de l'Antiquité (les Pythagoriciens, Platon et Aristote), se poursuit avec d'illustres astronomes (Ptolémée et Copernic), s'accélère brusquement (avec Tycho Brahe, Kepler et Galilée) et s'achève enfin avec Newton, dont la mécanique universelle ruine à jamais la sacro-sainte distinction entre le céleste et le terrestre.
    On trouvera aussi dans ce petit livre - sous la forme du prologue et de l'épilogue - l'inventaire succinct des symboles en rapport avec le ciel ainsi qu'un aperçu de quelques cosmogonies récentes (Kant, Laplace, Einstein et Milne) où l'on voit se perpétuer...la symbolique du centre.

  • Pendant près de vingt siècles, le mouvement circulaire et uniforme occupa le premier rang dans la classification des mouvements. Il était éternel, inaltérable et simple. C'était le mouvement des corps célestes. Mais au XVIIe siècle, Galilée, Descartes, Huygens et Newton montrèrent qu'en réalité c'était le mouvement rectiligne qui possédait ces attributs. Le mouvement circulaire nécessitait une force centripète, qui n'était autre que la force d'attraction gravitationnelle.
    Cependant, au XXe siècle, Einstein montra que cette force n'était qu'un artifice mathématique, sans réalité physique. Il fallait replacer le mouvement des corps dans un nouveau continuum, celui de l'espace-temps. Alors, le mouvement circulaire et uniforme retrouva sa simplicité d'antan. L'ouvrage est le récit de cette histoire singulière, où, après deux mille ans de controverses, on se retrouva au point de départ.

  • Pendant près de quatre siècles, le pendule a été un instrument scientifique au service des plus grands savants. Au XVIIe siècle, Galilée l'emploie pour confirmer la loi de la chute des corps ; Huygens le perfectionne pour le rendre isochrone ;
    Newton l'utilise pour vérifier la loi de l'action et de la réaction. Au XVIIIe siècle, on construit des pendules battant la seconde et on songe à en faire un double étalon de mesure, du temps et de longueur ; il participe à de nombreuses expéditions scientifiques à travers le monde et sert d'instrument de gravimétrie ; il permet de vérifier que la Terre est aplatie aux pôles et renflée à l'équateur. Au XIXe siècle Foucault installe son pendule au Panthéon et prouve la rotation de la Terre sur elle-même ; Eötvös (1848 - 1919) montre que masse grave et masse inerte sont égales, ce qui sera l'un des fondements de la relativité générale. Au XXe siècle enfin, le pendule illustre la théorie du chaos.
    L'ouvrage est le récit de toutes ces applications, étonnantes pour un instrument aussi simple.

  • Newton, homme de foi

    Robert Signore

    • Melibee
    • 5 Octobre 2016

    Newton a sans doute été le plus grand physicien du XVIIe siècle. On lui doit notamment les lois de la mécanique et la théorie de l'attraction universelle. Mais il a été plus que cela. Toute sa vie il se passionna pour la théologie et la religion. Il a plus écrit sur ces sujets que sur la physique !

    L'ouvrage cite et commente de larges extraits de cette oeuvre peu connue. On y découvre un homme passionné, combatif, érudit, polémiste et profondément religieux, à l'opposé du savant austère que l'on imaginait. Pour Newton, philosophie de la nature et théologie vont de pair. Dieu est la Première Cause de « l'admirable arrangement du Soleil et des planètes ».

    /> Découvrez la face cachée de cet homme illustre et pourtant méconnu !

  • La chute des corps est dans la nature des choses. Un jour ou l'autre, tout finit par tomber : la pluie, la neige, les fruits mûrs, les feuilles mortes... Si les objets qui nous entourent semblent provisoirement échapper à ce destin c'est, qu'ils sont retenus artificiellement ! D'ailleurs la chute nous imprègne à tel point que le mot a pris un sens métaphorique : la chute de l'Homme, la chute de l'Empire romain, " Plus dure sera la chute " Peu de phénomènes ont suscité autant de réflexion, d'opinions et de controverses. Aristote en proposait déjà une explication au IVe siècle avant notre ère mais, aujourd'hui, il semble bien que l'énigme soit enfin résolue ; l'univers clos a volé en éclats et a perdu son centre ; la Terre n'occupe plus de position privilégiée ; la perfection des corps célestes reste une utopie, la force d'attraction universelle une fiction ; l'espace ni le temps ne sont plus absolus : c'est désormais la théorie d'Einstein qui fait autorité. Voici l'histoire mouvementée de cette longue quête. L'évolution des idées scientifiques comme l'évolution des espèces procédant souvent par brusques mutations, l'ouvrage retient quatre grandes étapes. Elles seront incarnées tout d'abord par les philosophes de l'Antiquité - dont Aristote, Epicure et Lucrèce. Puis par Galilée, figure de proue de la nouvelle mécanique. Viendra Newton, le père de la gravitation universelle. Architecte de l'édifice ultime, c'est Einstein qui éclairera finalement la cause de la chute des corps.

empty