Littérature générale

  • Lors d'un débat télévisé, on opposa Stéphane Hessel au dalaï-lama, arguant que l'un résiste, l'autre médite. La non-violence reste incomprise en Occident qui n'y voit que passivité. Qui a dit : " Là où il n'y a la choix qu'entre la lâcheté et la violence, je conseillerai la violence " ? Gandhi, incitant à la résistance contre le nazisme, à sauver sa conscience ! Mais s'il faut déconseiller les interventions militaires en Afghanistan, en Lybie, c'est parce qu'elles auraient pu être évitées si nos années de lâcheté n'avaient pas fabriqué les tyrans. Comme disait Camus de la non-violence : " Il y faut une grandeur que je n'ai pas. " C'est à cette grandeur que ce livre est dédié.

  • Le vieux Joseph, les corons du Nord, les usines, les révoltes...leur avaient servi autrefois de ciment. Aujourd'hui, Pierre Barrès et Pascal Lessort semblent ne plus rien avoir en commun, et surtout pas le quotidien Première Heure, qu'ils ont pourtant fondé ensemble. Lessort est désormais le directeur incontesté de ce journal. Cheveux gominés, rayban, son look est célèbre. Barrès, au contraire, cesse d'être reporter à Première Heure c'est à peine s'il forme encore un couple avec Louise, sa femme. Louise observe, effarée, cet homme se décomposer et rechercher un rôle qui ne doive rien au monde las des générations précédentes, pas plus qu'aux figures de la vieille comédie humaine. Pour que Pierre renaisse, il faudra que sa mère meure et que cette mort éclaire, d'un jour inattendu, sa quête. Il devra faire mea culpa et applaudir à la maîtrise de Lessort. Il découvrira aussi qu'il participe à la même ambition, à la même histoire que celles du directeur de Première Heure. L'un et l'autre, en vérité, ne sont-ils pas depuis toujours comme les taureaux d'un même élevage ?

  • Comment l'homme, inventeur en 1953 de la bombe thermonucléaire, peut-il en 1975 recevoir le prix Nobel de la Paix ? Comment l'homme, trois fois nommé Héros du Travail, qui dîne dans les années soixante entre Khrouchtchev et Brejnev, a-t-il pu, vingt ans plus tard, se retrouver exilé à Gorki ? C'est qu'Andreï Sakharov, métaphysicien hors du commun, est un homme que le salut de l'humanité occupe tout entier ; qui, chaque jour, donne sa place à la morale et défend le caractère sacré de la vie. Mais Jean-Pierre Barou, un des Français qui connaît certainement le mieux Sakharov et sa famille, nous montre aussi un autre Sakharov : le poète, le passionné de Pouchkine, de Faulkner, d'Aïtmatov ; l'écrivain qui rédige ses Mémoires ; l'homme qui réfléchit sur la politique, l'enseignement, la médecine, l'agriculture et...l'espérance.

empty