• Vous avez toujours rêvé de disposer du formidable "trousseau de clés" des références de Quentin Tarantino ? D'apprécier encore plus ses films en savourant les influences, citations et hommages qui parcourent son cinéma ?
    Avec Tarantino Reservoir Films, découvrez plus de 200 longs-métrages et séries qui ont inspiré le cinéaste ! Un beau livre enrichi de nombreuses photographies et de citations de Tarantino, avec autant de flashcodes pour visionner la bande-annonce de chaque film sur votre téléphone !
    Dès son premier film Reservoir Dogs, Quentin Tarantino s'est imposé comme l'enfant-prodige de sa génération, séduisant le monde entier par son enthousiasme et sa passion communicative pour le cinéma, pour tous les cinémas. Car depuis ses débuts, il revendique un intérêt égal et décomplexé aussi bien pour la Nouvelle Vague et la Blaxploitation, le polar hongkongais et le cinéma de l'âge d'or hollywoodien, le western italien et les films de sabre japonais.

    L'immense culture cinématographique de Tarantino n'est jamais un obstacle pour apprécier ses films. Ses références sont intégrées de manière généreuse et n'écartent pas ceux qui n'auraient pas vu Le Bras armé de Wang Yu contre la guillotine volante, Les Pirates du métro, Le Grand silence ou Lady Snowblood. C'est à un grand festin de cinéma qu'il convie le public, et non à un dîner entre initiés. Et c'est exactement l'objectif de Tarantino Reservoir Films !

  • À Hollywood, tout peut arriver. Et tout est à peu près arrivé... Hitchcock a martyrisé ses actrices, Chuck Norris a mordu un rat, Robert Mitchum s'est écroulé ivre mort sur le plateau, Marlon Brando a arrêté d'apprendre ses répliques, Marilyn Monroe s'y est reprise à 48 fois pour réussir à dire «?Où est cette bouteille de bourbon???» et Schwarzenegger a comploté pour que Stallone tourne le pire film de sa carrière.

    Après une étude approfondie des coulisses du cinéma français dans Ça tourne mal?! (Éditions La Tengo, 2019), l'ascension de la colline hollywoodienne était un défi, tant, en Amérique, tout est plus grand et plus fou. Les problèmes prennent des proportions gigantesques, tout comme les crises de mégalomanie. De Cléopâtre à Highlander II, en passant par les (nombreux) films qu'Orson Welles a laissés inachevés, vous saurez tout des tournages où rien, mais alors RIEN, ne va. Vous découvrirez, ébahis, que le Dr No aurait pu être un singe et qu'Indiana Jones a failli être interprété par Tom Selleck. Que dire encore de ce producteur particulièrement tenace, insistant pour que le méchant de son film porte les mêmes initiales que lui, dans le but de récupérer sa garde-robe monogrammée à la fin du tournage??

    Quiet everybody?! Action?!

  • Le 15 mai 2020, nous fêterons le centenaire de la naissance de Michel Audiard, le scénariste et dialoguiste le plus populaire du cinéma français. L'occasion de (re-) découvrir de façon originale un pan du patrimoine cinématographique entre chefsd'oeuvre, films culte et oeuvres méconnues en faisant la part belle aux anecdotes savoureuses et décalées (secrets de tournage, répliques, chiffres, contributions inconnues...), et aux thématiques jamais traitées.

    Anecdotes :
    -Pas de chansonnette pour Bourvil dans Garou-Garou, Le Passe-muraille.
    (1951) - Audiard-De Funès - la sauce ne prend pas - Le discours du Président refilmé 66 fois et la colère de Gabin - Céline cité en loucedé - L'ombre du Général plane sur Les Tontons flingueurs, etc.

    Encarts thématiques :
    -Meurisse, Montant, Belmondo : de l'escroquerie considérée comme un des beaux-arts - Les titres auxquels vous avez échappé - Audiard et Gabin - une histoire de grandes gueules - Quand Audiard adapte Simenon, etc.

    Sans oublier des analyses des films cultes (Les Tontons flingueurs, Un singe en hiver, Faut pas prendre les enfants du bon Dieu..., Garde à vue...) et des portraits de famille (Gabin, Blier, Grangier, Blanche, Lino Ventura, Verneuil, Serrault, Belmondo, Mireille Darc...).
    Un digest de l'oeuvre de Michel Audiard, entre cinéphilie et faits divers présenté de façon moderne et ludique.

  • De l'appartement familial des Quatre Cents Coups au Gaumont-Palace aperçu dans Domicile conjugal et au théâtre Saint-Georges du Dernier Métro, François Truffaut a utilisé dans ses films de nombreux décors de son quartier d'enfance, entre Pigalle et la place de Clichy. Le réalisateur ne s'aventure qu'exceptionnellement sur la rive gauche, dont l'existence n'est guère attestée que par de lointaines apparitions de la tour Eiffel.

    Si l'oeuvre de Truffaut est plus poétique que documentaire, elle offre cependant au spectateur d'aujourd'hui de contempler un Paris où les portes cochères ne sont pas encore condamnées par des digicodes, un Paris où le téléphone se trouve au café d'en bas, un Paris où le laitier dépose ses bouteilles à l'aube devant le rideau de fer des crèmeries... Un Paris dont le cinéma est le dernier refuge.

  • Vous rêvez de posséder la repartie de Jean-Paul Belmondo ou la charmante maladresse de Woody Allen ? Maîtriser les bons mots de Michel Audiard ou l'uppercut langagier de Clint Eastwood ? Témoigner du flegme de Jean-Pierre Marielle ou de l'humour de Whoopi Goldberg ?
    Formules grivoises, discours percutants, agiles mots d'esprit...
    Cet ouvrage réunit 600 des répliques les plus drôles et impertinentes du cinéma, certaines devenues cultes. 600 répliques, à savourer et à s'approprier, qui pourraient bien faire de vous un expert de la parade et de la facétie.

  • D'abord pianiste de bar et acteur de boulevard, Louis de Funès apparait au cinéma au début des années 1950, incarnant mille et un personnages du Paris populaire. Dix ans plus tard, le comédien est devenu une star et ses rôles prennent une tout autre ampleur. Il dirige l'orchestre de l'Opéra dans La Grande Vadrouille et marie sa fille aux Invalides dans Les Aventures de Rabbi Jacob, quand il n'a pas pignon sur rue aux Champs-Élysées (Carambolages).
    À travers plus de soixante photos de films et d'archives, cet ouvrage propose un voyage tour à tour hilarant et émouvant dans le Paris d'un acteur mythique des Trente Glorieuses.

  • Qui n'a jamais rêvé d'être une petite souris sur un tournage de cinéma, d'observer la magie du 7ème art en train d'opérer mais aussi de découvrir l'envers du décor et d'assister en direct aux frictions entre vedettes, aux pétages de plomb des metteurs en scène, aux fous rires, aux ratages des effets spéciaux, aux miracles de l'impro, etc. Ce pan souvent caché des plus grandes productions cinématographiques fuite enfin et fait les belles pages de cet ouvrage, véritable hommage au cinéma français et international, signé d'un cinéphile passionné !

    Saviez-vous...
    - qu'il aura fallu saouler Sean Connery pour lui faire prononcer correctement sa fameuse ;
    Réplique « Bond. James Bond. » sur le tournage de James Bond 007 contre Dr. No ?
    - que Sophie Marceau, 17 ans, avait déserté le plateau de La Septième Cible de Pinoteau, le réalisateur de La Boum, par amour pour Andrej Zulawski ?
    - que Marlon Brando avait gaffé face à l'un des parrains de la mafia en visite sur le tournage du Parrain, en ironisant sur son strabisme divergent ?
    - que Roman Polanski avait arraché un cheveu rebelle à Faye Dunaway, laquelle se mit à jurer comme un charretier sur le tournage de Chinatown ?
    - que Bébel flanqua une droite à Melville pour venger Charles Vanel humilié par le metteur en scène sur le tournage de L'Aîné des Ferchaux ?
    300 anecdotes savoureuses, classées dans des rubriques pleines d'humour - « Oups », « Ça fait mal », « Attention, film culte ! », « Et bim ! », « On la refait ! » - pour pimenter soirées ciné et plateaux télé !

  • Berceau du 7e art, Paris a prêté ses décors, ses personnages et son ambiance à d'innombrables films français et internationaux. D'abord peinte en théâtre du crime, c'est en capitale des plaisirs et des amours que la ville trouve sa véritable identité cinématographique.
    De romance en comédie, d'aventure en tragédie, un Paris de cinéma prend corps, dont les images, de Fantômas aux Enfants du Paradis, d'Hôtel du Nord aux Quatre Cents Coups, d'À bout de souffle à Midnight in Paris, sont gravées dans nos mémoires.
    The City of Light has lent its architecture, its decors and ambiance to a wide array of French and international films. First depicted as a setting for crime and violence, it's as the capital of pleasure and romance that Paris secured its true cinematographic identity.
    From courtship to comedy, from adventure to tragedy, a cinema-driven Paris emerged. The city's unforgettable images, featured in films ranging from Fantômas to The Children of Paradise, from Hôtel du Nord to The 400 Blows, as well as from Breathless to Midnight in Paris, are vividly imprinted in all the memories of filmgoers.

  • « Dialoguiste, c'est le seul boulot du cinéma qui ne s'apprenne pas », disait Michel Audiard.
    Que faut-il, alors, pour exercer ce métier ? Du talent, à n'en pas douter. Une bonne oreille, également, une capacité à écouter ce qui se dit autour de soi et à s'emparer de l'air du temps.
    Les dialogues du « P'tit cycliste » (comme l'appelait Jean Gabin) sont entrés au Panthéon du cinéma ainsi que dans la mémoire collective. Audiard faisait parler ses personnages dans une langue populaire, imagée, souvent de son invention. Une langue qui serait, en quelque sorte, le résultat du parcours personnel d'un « prolo » qui a lu Proust et la « Série noire ».
    Journaliste et auteur de nombreux livres sur le cinéma, Philippe Lombard passe les répliques d'Audiard à la moulinette pour notre plus grand plaisir : où l'on découvrira que Les Tontons flingueurs cite Céline et saint Thomas d'Aquin, que des lignes coupées de Mélodie en sous-sol ont été réutilisées pour Le Pacha, que l'avenue de son enfance est évoquée dans Les Grandes Familles, que Gabin déclame de l'Apollinaire... et du Gabin. L'occasion de se pencher sur les thèmes chers au dialoguiste, de découvrir des moments clés dans la vie d'Audiard et d'éclaircir quelques références d'époque.

  • Né dans le 14e arrondissement, Michel Audiard fréquente l'école de la rue du Moulin-Vert puis le Vél' d'Hiv' de la rue Nélaton. Pendant l'Occupation, il s'inscrit en école de soudure pour échapper au STO.
    Mais c'est comme porteur de journaux à bicyclette qu'il entame sa vie professionnelle. La proximité avec les journalistes, qu'il croise dans les cafés des grands boulevards, lui vaut cependant de passer de l'autre côté du miroir, sa faconde naturelle nourrissant de longs articles « de notre envoyé spécial en Indochine » d'autant mieux informés que l'intéressé prend soin de les rédiger sans quitter sa mansarde ! Suivent les critiques de films, qu'Audiard compose sans s'infliger d'assister aux projections... Ces premiers pas le mènent à Cinémonde... Un producteur ne tarde pas à lui demander un premier scénario, Mission à Tanger en 1949... qui sera suivi de nombreux autres. Entre 125, rue Montmartre, Les Barbouzes, Les Tontons flingueurs... comme scénariste et/ou dialoguiste, Audiard truffera ses oeuvres de décors familiers et de références au Paris de sa jeunesse. Celui des concierges assises sur le pas de leur porte, des pistards tournant sans relâche au Vél d'Hiv', des Halles en effervescence... et de la réplique gouailleuse qu'un titi ne manquera de faire glisser sur le zinc... « Toute une époque ! » disait Blier dans Les Tontons.

  • Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, disait Jean Yanne. Mais dans le milieu du cinéma français, ce n'est pas tout à fait vrai. De Belmondo balançant une droite à Jean-Pierre Melville sur le plateau de L'Aîné des Ferchaux à Maurice Pialat hurlant sur ses acteurs, les tournages de films sont parfois un peu chaotiques... Certains ne vont même pas jusqu'au bout. On ne verra ainsi jamais Marco Polo avec Alain Delon et Don Camillo et les contestataires avec Fernandel, interrompus en cours de route.
    On ne verra pas non plus des projets alléchants comme l'adaptation du Voyage au bout de la nuit écrite par Michel Audiard et réalisée par Jean-Luc Godard ou ce western comique avec les Charlots et John Wayne !

  • Il y a 40 ans, Luke Skywalker, Chewbacca, Dark Vador, Leia et Yoda débarquaient sur les écrans et marquaient le début d'un phénomène cinématographique sans précédent : Star Wars, ou en France, La Guerre des étoiles.
    En 2015, Disney rachète la licence pour 4 milliards de dollards. Preuve que la saga n'a pas fini de faire parler d'elle...
    Cinéphile passionné, Philippe Lombard vous dira tout sur l'univers imaginé par George Lucas : sources d'inspiration, personnages phares, répliques cultes, anecdotes de tournage et références à ne pas manquer..
     

  • En octobre 1958, le passage à l'Olympia du rockeur Bill Haley électrise une foule de jeunes gens. Des pionniers français du rock comme Danny Boy ou Danyel Gérard apparaissent alors. D'autres suivent qui se retrouvent pour beaucoup au Golf-Drouot : un certain Jean-Philippe Smet, Claude Moine alias Eddy, ou Jacques Dutronc, alors timide guitariste des Tritons...
    La jeunesse entre en scène et le rock avec elle, dont l'émission Salut les copains va se faire le porte-voix. Les festivals s'enchaînent, au Palais des Sports ou à l'Olympia. Le 22 juin 1963, le concert gratuit de la place de la Nation enflamme 200 000 personnes devant une scène où se produisent Richard Anthony, Sylvie Vartan, Frank Alamo, les Chats sauvages et, bien sûr, Johnny... La vague déferle ; elle ne s'arrêtera plus.

  • Super-héros

    Philippe Lombard

    • First
    • 25 Février 2016

    Ils veillent sur l'humanité et nous protègent du mal. Surgissant de nulle part, ils combattent les injustices et oeuvrent dans l'ombre au bien commun : ce sont bien sûr les super-héros.
    De Superman à Iron Man, en passant par Captain America, Hulck et Flash, ils sont tous réunis dans ce livre. De leur première apparition parfois discrète dans les comics à leur mise en scène spectaculaire dans les super-productions récentes, vous connaîtrez tout d'eux : leur histoire, leur apparence, leur caractère, leurs alliés et leurs ennemis, leurs pouvoirs mais aussi leurs faiblesses.

  • « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »,  « Tu crois que je vais faire ça dans les règles? Tu me prends pour Superman?» Eh oui, les super-héros ne font pas que voler, passer à travers les murs ou lancer des rayons avec leurs yeux, ils savent également parler ! Et une bonne punchline peut parfois être aussi efficace qu'un coup de poing ou un jet de toile.
    Ce livre ne vous donnera pas de superpouvoirs mais vous permettra au moins d'avoir l'assurance d'un Batman ou d'une Wonder Woman face à une situation conflictuelle ou simplement de faire votre intéressant. Ce n'est déjà pas si mal.

  • Films fixes, poupées animées image par image, dessins animés, films avec acteurs et aujourd'hui "motion capture" en 3D, Tintin aura tout expérimenté.
    Dès les premiers albums, la cinéphilie d'Hergé transparaissait au détour de nombreuses références ou par le choix du langage visuel. Pas étonnant que des cinéastes tels que Alain Resnais, Roman Polanski, Jean-Pierre Jeunet, Bruno Podalydès, Peter Jackson et bien sûr Steven Spielberg soient des lecteurs passionnés de Tintin et n'hésitent pas y faire allusion dans leurs films. Dans son essai, Philippe Lombard aborde toutes les facettes de la relation originelle et admirative qu'Hergé entretient durant toute sa vie avec le cinéma.
    Il pose un regard personnel et érudit qui met brillamment en perspective le film tant attendu de Steven Spielberg. Philippe Lombard est journaliste et écrivain. Passionné par le cinéma, la télévision et la bande dessinée franco-belge, il a publié plusieurs ouvrages (Amicalement Vôtre, La Panthère rose, Starsky & Hutch, James Bond, Sean Flynn...).

  • - Écoute Bernard... J'crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c'est qu'on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c'est oublie qu't'as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher...

    - Vous avez de la pâte ? Vous avez du suc' ? Avec la pâte, vous faites une crêpe et vous mettez du suc' dessus !

    - Bonsoir, nous allons nous coucher !
    - Bonsoir, nous allons les niquer !

    Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Michel Blanc, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Dominique Lavanant... et avec eux Bernard, Popeye, Jean-Claude, Jérôme, Gigi, Christiane ! Retrouvez toute l'équipe du Splendid, les anecdotes de tournages et tout l'univers qui ont rendu totalement cultes ces films déjantés !

  • Depuis L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat de Louis Lumière, les titres de films ont évolué. Philippe Lombard compile pour vous 500 titres de films, des plus drôles aux plus improbables. Il ne s'agit pas d'une simple énumération : vous saurez tout sur l'origine des titres à rallonge des films de Michel Audiard et de Jean Yanne ; vous apprendrez comment Carbone et Spirito est devenu Borsalino sous la pression de la pègre marseillaise ; vous écouterez les souvenirs de Claude Chabrol dont le premier métier a été de traduire les titres de la 20th Century Fox.
    Classé par thématique, l'auteur nous invite à découvrir les sentences des westerns italiens (Sartana, si ton bras gauche te gêne, coupe-le !, Amigo, mon colt a deux mots à te dire...), la bêtise des titres français des films dits « de karaté » (J'irai verser du nuoc-mâm sur tes tripes, Nous y'en a « riz » le bol...), la trivialité bon enfant des nanards franchouillards (Y'a un os dans la moulinette, Arrête de ramer, t'attaques la falaise...) ou encore la poésie des traductions québécoises (Folies de graduation pour American Pie, Ferrovipathes pour Trainspotting...).

  • Tout James Bond dans un Petit Livre ! <br /> Le Chiffre, Docteur White, l'Agent M., Miss Moneypenny... qu'ils soient les allis ou les pires ennemis de l'agent 007, tous les hros imagins par Ian Fleming sont dans ce petit livre, qui nous fait pntrer dans les coulisses de l'univers James Bond. Secrets de tournage, rpliques cultes, voitures et gadgets ftiches, girls mythiques, vous connatrez tout sur l'espion le plus clbre d'Angleterre. Journaliste spcialis en cinma et fan de 007, Philippe Lombard nous livre tous les secrets de Bond et dcrypte pour nous ses aventures prilleuses, de la bagarre inoubliable bord de l'Orient-Express dans Bons baisers de Russie, au face face terrifiant avec l'agent M dans Skyfall...

  • Goscinny-scope

    Philippe Lombard

    • Dunod
    • 6 Septembre 2017

    Astérix, le Petit Nicolas, Lucky Luke, Iznogoud... l'oeuvre de René Goscinny est connue de tous mais son volet cinématographique et télévisuel, d'une grande richesse, a souvent été survolé.
    L'homme qui a débuté comme gagman non crédité au générique a terminé producteur de ses films, à la tête (avec Albert Uderzo) d'un important studio d'animation européen. Au cours de cette période riche en collaborations, des succès à l'épreuve du temps comme Astérix et Cléopâtre, Le Viager ou La Ballade des Dalton ont permis à des milliers de fans de retrouver au cinéma le style de Goscinny.
    Philippe Lombard, journaliste et auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, revient sur le parcours méconnu de la carrière cinématographique du maître de la BD et dévoile l'étendue de son héritage, après sa soudaine disparition.

  • Soirée pizza ; le jeu

    Philippe Lombard

    • First
    • 11 Octobre 2018

    4 rubriques pour un jeu sur la culture ciné-TV :
    Trouve la réponse.
    Répondez à des questions de culture.
    Sur le ciné et l'univers des séries.
    Mime...
    Un personnage, un film, une situation.
    Trouve le film.
    Des pitchs décalés pour identifier des films cultes.
    Vrai ou Faux.
    Découvrez des infos inattendues sur vos films.
    Et séries préférées !
    À chaque bonne réponse, le joueur.
    Remporte 1 point. Le premier arrivé.
    à 20 a gagné ! Action !

  • Le saviez-vous ?

    Le duo initial prévu par Francis Véber pour La Chèvre était Lino Ventura et Jacques Villeret !
    Les distributeurs français de Davy Crockett ont jugé préférable de changer le prénom de l'acteur principal : Fess Parker est devenu Fier Parker !
    Marthe Villalonga joue la mère de Guy Bedos dans deux films d'Yves Robert alors qu'elle n'a que deux ans de plus que lui.
    Anecdotes de tournages, traductions hasardeuses de titres rattrapées in extremis, révélations inattendues, castings envisagés à l'origine... Faites une incursion côté plateau pour votre plus grand plaisir !

  • De la genèse du film aux anecdotes de tournage, des secrets du tandem Audiard/Simonin aux monstres sacrés qui ont prêté leur voix et leur pomme aux personnages truculents du film, de la langue pour le moins fleurie des dialogues à la revue de presse décapante des Tontons, tout, vous saurez tout sur ce film culte parmi les films cultes !

    Comme dirait l'autre : "Des surprises, t'es peut-être pas au bout. Viens."

  • Le cinéma français a son propre langage, qui compte un vocabulaire riche et coloré. Quelques néologismes, mais beaucoup d'expressions argotiques reprises par les meilleurs dialoguistes et immortalisées par les plus grands acteurs.
    Même s'ils ont des origines faubouriennes ou littéraires, des mots comme « rififi », « morfalou », « ripou » ou « grisbi » sont difficiles à dissocier des films qui les ont popularisés.
    " Touche pas au grisbi, salope ! " recense près de 150 mots d'argot ou d'esprit, aphorismes, néologismes et expressions fleuries... dont il donne le sens, l'origine et le contexte cinématographique (films, acteurs, etc.). Anecdotes amusantes ou historiques, répliques, ainsi que affiches et photos de films, accompagnent le propos de l'auteur.
    Un livre léger, informatif et un peu grossier, forcément.

empty