• La carrière de Napoléon doit beaucoup aux femmes. Et d'abord à Joséphine, qui, grâce à ses relations, permettra au petit corse inconnu de devenir maître de la France.
    Mais il y eut aussi Marie Waleswska, jetée dans le lit de l'Empereur par les patriotes polonais, et Marie-Louise, qui aurait pu sauver le régime après l'abdication.
    Beaucoup lui seront fidèles, et certaines d'entre elles l'accompagneront même jusque dans l'exil.
    Car l'époque napoléonienne est aussi une épopée amoureuse.

  • La Maladie d'amour n'a jamais lâché le dandy en blanc qui, en 1948, s'en allait Clopin clopant. Olivier Miquel publie la première biographie de ce monument de la chanson française. Maurice Pon, l'ami parolier, raconte Une chanson douce, Eddy Mitchell évoque le crooner philosophe, Claude Bolling ressuscite les grands orchestres, Gilbert Richard raconte Jacqueline, épouse et productrice.
    On suit à la trace le titi parisien débarqué de Guyane qui fait la manche à Montparnasse avant de jouer avec Django Reinhardt. Sa relation difficile avec son frère André, le Brésil avec Ray Ventura, la tentation du bouddhisme, l'amitié fusionnelle avec Boris Vian, le triomphe de Zorro éclipsant l'inoubliable Syracuse. Le séducteur aux quatre mariages est aussi un champion de pétanque, amoureux de la Côte D'azur où l'on croise Sacha Distel et Eddie Barclay, l'artisan de la rencontre d'Henri avec son fils naturel Jean-Marie Perier. En 2000, l'album Chambre avec vue fait d'Henry Salvador une star. Un mythe commence, celui d'un chanteur de 90 ans qui a fait de sa voix le plus beau des instruments et de son rire une signature.
    En octobre, une émission spéciale Un jour, un destin sur Henri Salvador sera diffusée. L'auteur Olivier Miquel en sera l'invité « fil rouge ».

  • « Sachez, reprit Napoléon menaçant, que toutes les fois que j'ai cru une chose impossible, j'ai mis encore plus d'ardeur à la désirer. Rien ne me décourage. Le "On ne peut pas" me stimule. Ce qui me cède m'ennuie, ta résistance me subjugue. Ton charme m'a porté à la tête, il me tient au coeur. Je veux tu entends bien ce mot ? , je veux te forcer à m'aimer ! » Le narrateur on dirait qu'il s'est introduit dans l'intimité de Napoléon nous révèle, au jour le jour, la vie privée de cet homme de génie qui régna sur l'Europe.
    Un style enlevé sert des dizaines d'anecdotes, de situations inattendues, et presque autant de conquêtes féminines Tour à tour impatient, fougueux, ému aux larmes, emporté, amoureux, ridicule, pathétique, léger aussi, Napoléon apparaît ici sous un jour peu connu. On voit comment « l'amant pressé » courtisa les femmes et l'Histoire avec la même énergie.

    Jamais le souffle du roman n'avait ainsi déshabillé la vérité historique.

  • La Maladie d'amour n'a jamais lâché le dandy en blanc qui, en 1948, s'en allait Clopin-clopant. Olivier Miquel publie la première biographie de ce monument de la chanson française. Maurice Pon, l'ami parolier, raconte Une chanson douce, Eddy Mitchell évoque le crooner philosophe, Claude Bolling ressuscite les grands orchestres, Gilbert Richard raconte Jacqueline, épouse et productrice...
    On suit à la trace le titi parisien débarqué de Guyane qui fait la manche à Montparnasse avant de jouer avec Django Reinhardt. Sa relation difficile avec son frère André, le Brésil avec Ray Ventura, la tentation du bouddhisme, l'amitié fusionnelle avec Boris Vian, le triomphe de Zorro éclipsant l'inoubliable Syracuse... Le séducteur aux quatre mariages est aussi un champion de pétanque, amoureux de la Côte D'azur où l'on croise Sacha Distel et Eddie Barclay, l'artisan de la rencontre d'Henri avec son fils naturel Jean-Marie Perier.
    En 2000, l'album Chambre avec vue fait d'Henry Salvador une star. Un mythe commence, celui d'un chanteur de 90 ans qui a fait de sa voix le plus beau des instruments et de son rire une signature.


  • Vers la fin de l'année 1988, Benjamin Kepler, jeune écrivain et dilettante, amoureux de bateaux, brûle d'acquérir une superbe goélette amarrée dans le port de Marseille.

    Il vient de faire la connaissance de Jean de Massis, diplomate à la retraite vivant à Istanbul, avec lequel il échangera 58 lettres qui constituent le corps de ce roman.

    Devenu propriétaire du No One le voilier en question réapparaîtra sous d'autres noms au cours de l'histoire, il commence à naviguer. Mais avant de hisser les voiles, il a rencontré, dans un café de Marseille, une femme à la beauté surnaturelle, Évangelina, dont il est tombé amoureux. Dès cet instant, son destin est scellé. Et nous, lecteurs, sommes entraînés d'Ibiza à Venise, d'Istanbul à New York, de Saint-Pétersbourg à Rome, d'Alexandrie à Hollywood. Nous croisons en chemin des célébrités qui ont marqué leur temps : Ava Gardner, Frank Sinatra, Scott Fitzgerald, Jean Cocteau, Picasso, Hemingway, John F. Kennedy.

    Tout le mystère du livre se résume dans cette question : qui est réellement Évangelina, et comment expliquer une telle ressemblance entre elle, Anna Yvanovna Orloff et Angie Strachey ?

    On sera pris de vertige à la fin le vertige de l'ange ?, en découvrant l'incroyable vérité.

  • Cet ouvrage s'adresse aux musiciens désireux d'explorer par la pratique le fonctionnement du langage musical, tel qu'il s'est développé au cours des quatre derniers siècles. De nombreux exercices les conduiront vers la maîtrise de l'harmonie tonale, du contrepoint, mais aussi de la variation, du développement, de l'instrumentation, de la fugue, et de bien d'autres domaines techniques touchant à la composition musicale. Ce traité comporte quatre volumes successifs présentant simultanément ces diverses disciplines, divisés en chapitres avec de nombreux exemples musicaux. A chaque volume correspond un cahier de corrigés, présentant des modèles commentés. Livre 1 : Les bases de l'harmonie tonale, initiation au contrepoint.

empty