• La conscience

    Noel Bureau

    Le « nous-mêmes » qui est l'incarnation de notre conscience, s'inscrit dans le temps présent, « ici et maintenant ». Nous avons une origine biologique mais nos constituants sont des atomes éternels qui transitent d'un être à un autre. Alors notre conscience peut-elle se noyer dans une conscience universelle qui, en l'élargissant à tout le temps de l'univers et tout son espace rejoindrait alors ce que certains appellent le divin ?
    Malheureusement nous ne pouvons pas faire d'incursions ni dans nos atomes constitutifs ni dans l'univers dont nous venons juste, à l'échelle du temps cosmique, de percevoir l'immensité spatiale et temporelle. Donc si chaque particule dispose d'une conscience à son niveau, ce ne sont pour nous que des hypothèses. De même si notre conscience est éternelle, ce n'est bien sûr qu'une hypothèse, car nous sommes trop impliqués dans le temps présent et la fameuse courbe du développement depuis la cellule originelle jusqu'à la décrépitude des milliards de cellules qui ne sont plus capables de générer la notion du moi antérieur.
    « Et si la conscience était un phénomène récurrent, apparaissant dans toute concentration d'objets partageant un destin commun :
    Un atome, une cellule, un être vivant, un corps céleste, une galaxie, un amas de galaxies...
    Jusqu'à l'Univers tel que nous pouvons le concevoir comme la somme de tout ce qui est et a été ? » Ces réflexions, écrites au cours de nombreuses années, naviguent sur le flot de l'histoire, du Rig-Veda à la physique quantique.

empty