Entreprise, économie & droit

  • « Ta carrière, tout est arrêté, tout est fini. À l'instant même tu quittes ce bureau, tu quittes Renault, Michel ! », annonce le DRH. « Il est question de corruption et de comptes offshore, ça va être très lourd ! », assène le directeur juridique.
    Nous sommes le 3 janvier 2011. Trois cadres auraient trahi. Ils sont virés. L'affaire Renault démarre. Enquêtes sur la vie privée, filoches, manipulations, fausses factures, fouilles de comptes en banque. Au coeur du dispositif : la Source, l'informateur mystère qui détiendrait la preuve de l'espionnage industriel.
    Dix ans. Il aura fallu dix ans à Renault pour devenir le théâtre des complots et des coups fourrés. On transporte un adolescent de nuit dans un coffre de voiture pour qu'il pirate les ordinateurs des employés, on enquête sur la vie sexuelle des syndicalistes. On fait croire à des ingénieurs qu'ils sont pourchassés par de sanguinaires Tchétchènes, on interroge un soustraitant dans un faux commissariat. Quatorze salariés sont licenciés sur la base d'accusations farfelues. Sept suicidés sont recensés dans les effectifs du Technocentre.
    Fruit de trois ans d'enquête, Renault, nid d'espions propose à travers de nombreux témoignages et documents inédits, une plongée hallucinante dans une entreprise mythique où les barbouzes manipulent les polytechniciens. Une histoire glaçante. Pourquoi ? Parce que tout est vrai.

empty