• De vents et de marées (1995-2015 l'art à contre-courant). La seule façon dont les pratiques de l'art peuvent échapper aux fléaux majeurs qui les guettent : une marchandisation éhontée à la Jeff Koons, une fausse démocratisation bas-de-gamme, ou encore l'appartenance exclusive à une " élite " auto-proclamée, c'est de retrouver leur usage véritable. Celui d'un outil de connaissance partagé par tous, sans exception, dont le principe actif est l'émotion. Un outil qui sert à nous faire penser et à susciter de riches débats, non des confrontations stériles. Avec, entre autres, Svetlana Alexievitch, Guy Benisty, Julien Blaine, Patrick Bouchain, Jean-Marie Broucaret, Jean-Mathieu Fourt, Stéphane Gatti, Loïc Julienne, Koffi Kwahulé, Marie-José Malis, Carpanin Marimoutou, Catherine Marnas, Marie-José Mondzain, Gabriel Nadeau-Dubois, Serge Pey, Sophie Ricard, Thomas Richards, Gilles Suzanne, Hugues Tabar-Nouval, Irène Tassembédo, Michel Thion, Alain Vasseur, Jean-Paul Wenzel, Elsa Wolliaston.

  • Utopies sur fond de crise...
    Alors que la France régresse dans tous les domaines qui relèvent du bien public, et donc de la démocratie, des artistes et des chercheurs s'efforcent de reconstruire des pratiques créatives et collectives de la ville, du travail, de la scène. Et nous invitent à bousculer ce qui semble aller de soi dans le meilleur des mondes ultralibéral.

  • Un nouveau beau numéro de Cassandre/Horschamp, la revue qui place le geste artistique au centre de sa vision de la société humaine, bientôt chez vous... Voilà pour la bonne nouvelle...

  • Collector d'analyses politiques que j'ai eu rédigées pour l'OFA, équipe défenseure de la foi du Président B. Obama, en ce rêve initial de Martin Luther King, « I Have a Dream ». Rêve Américain du devoir de Liberté, Justice, Égalité, Fraternité dont B. Obama aura fondé le Mouvement Démocrate, espoir d'une Démocratie de gauche centriste réformiste universelle, planétaire, à l'encontre des conflits armés mondiaux et dictatures parcellaires mondiales, d'adversaires Républicains réfrénant le travail des bases, du pouvoir, leurs nécessités de réformes sociales justes dont couverture médicale universelle, lutte contre le réchauffement climatique.
    Existent deux Amériques, les USA Républicains aux commandes de l'économie, banques, industries multinationales, détenteurs des pouvoirs spéculatifs de l'argent, et les Démocrates Américains, mouvement social Américain défendu âprement du président Barack Obama, ses électeurs, défenseurs combattants humanistes, démocratiques, régulateurs des conflits internationaux, problèmes sociaux, injustices civiles de politique intérieure, extérieure, et luttant pour une Démocratie participative Universelle.

  • La prétendante

    Cassandre

    Ségolène Royal a tout pour plaire. Et pourtant, elle ne doit pas devenir la première présidente de la République. Voici pourquoi.

  • Le 93 lâche-t-il la culture ?
    Le Conseil général de Seine-Saint-Denis entend tailler dans les budgets de la culture. Des mesures qui fragilisent le tissu associatif du département et privilégient des partenariats avec des structures plus rentables. La revue Cassandre menacée elle aussi de disparaître, analyse cette question dans ce qui sera peut être son dernier numéro.
    Il faut lire l'entretien avec Jean-Pierre Dubois de cette nouvelle livraison de la revue. Le président de la Ligue des droits de l'homme répond à une question concernant la Seine-Saint-Denis : « Le 93 lâche-t-il la culture ? » L'association Zebrock, Les Instants chavirés (jazz ), Cap Étoile à Montreuil et le Centre dramatique de la Courneuve voient leur survie menacée par la baisse des subventions du conseil général. Pour le président de la Ligue, la baisse de celles-ci se double d'« une logique terrible », celle des appels d'offres, qui se résume à ceci : faites-moi un projet qui me convienne, et faites le au moindre prix ! C'est très exactement la mise en concurrence. Avec un alibi : s'il y a appel d'offres, tout le monde a sa chance, rien ne serait plus démocratique ! On imagine que le turnover à venir où la démagogie du « tout pour plaire à moindres frais » risque de mettre à mal la création propre, se construisant dans une histoire et une durée.

    Le mal gagne et prend ce sens : gens de culture, artistes, associatifs, ne vous battez surtout pas pour une ambition commune, non, disputez-vous l'os du reste des subventions, et faites appel au privé, au marché ! Cassandre a, d'ailleurs, la bonne idée de peupler ce numéro de philosophes (Marcel Gauchet), d'artistes (Armand Gatti), d'hommes de théâtre (Jean-Louis Hourdin) qui conçoivent leur pensée, leur art, leur citoyenneté très au-delà de ce partage des restes « offerts » par des décideurs parlant au nom de « clients », ou des électeurs, quand ce n'est pas les deux à la fois. Combattre ces dérives devient capital pour le devenir des sociétés. Même si elles n'en n'ont pas toujours conscience. Cassandre travaille, depuis des années, à montrer, preuves à l'appui, cette valeur de l'art, des artistes, des inventeurs, des acteurs de la culture, des associatifs, des hommes et des femmes politiques engagés dans ce sens, à coups de numéros à l'esthétique remarquable. Et, comme par hasard, la revue est menacée, à son tour, de disparaître. « La réponse, affirme son équipe, est entre les mains de ses lecteurs », réels ou potentiels. Puisse cet appel être entendu.
    Charles Sylvestre.

  • Ce numéro de notre revue traite d'un sujet essentiel pour l'avenir de notre culture, la question de l'autre. Cet autre qui est en vérité la plus précieuse part de nous-mêmes. Ces autres avec lesquels, que nous le reconnaissions ou non, nous dialoguons en permanence. Et sans lesquels aucune vie culturelle digne de ce nom n'est possible.
    Cet autre est toujours au coeur de notre démarche, mais nous avons voulu, en ce moment précis, insister sur la culture Rrom, car Ils représentent pour nous quelque chose comme l'autre à l'état pur. Nous le faisons au moment où Tony Gatlif effectue avec son dernier film, Liberté, un indispensable travail de mémoire, où les manifestations se multiplient pour commémorer le traitement qui fut leur infligé en Europe durant la dernière guerre mondiale. Au moment aussi où les lois européennes se durcissent jusqu'à transformer le vieux continent en forteresse.

  • Tour d'horizon des résistances aux normes. Un aréopage de poètes et artistes qui se mêlent de ce qui, paraît-il, ne les regarde pas : la politique pour Patrick Chamoiseau et Arnaud Desplechin, l'économie pour Yann Toma ou jean- Louis Sagot-Duvauroux.
    Et, en écho, quelques économistes hérétiques qui démontent les dogmes du tout-libéral, de Paul Ariès à Jean-François Noubel.

  • Figure de toutes les resistances, Stéphane Hessel donne le ton de ce numéro où l'on croise bon nombre d'autres figures engagées sur scène et/ou dans la vie : Danielle Mitterand, Aminata Traoré, Richard Martin, Gwenaël Morin... Egalement au sommaire : un dossier sur les lieux culturels de la Ville de Paris : Centquatre, Métallos... Et un supplément de huit pages consacré à la politique culturelle des régions.

  • « Nous sommes les seules à connaître son vrai visage qui n'est pas si parfait mais que nous aimons malgré la trahison. L'ambiguïté de nos sentiments est le résultat de ce double qui nous perturbe et finit parfois par lui donner raison. Notre vérité, bien fragile face à ses mensonges subtils, tend à nous faire oublier que nous l'avons couvert afin d'avoir la paix. Cette complicité insidieuse et malsaine fait de nous l'auteur de sa détresse. »

  • La curee finale

    Cassandre

    La curée finale / par Cassandre Date de l'édition originale : 1896 Sujet de l'ouvrage : France (1870-1940, 3e République) Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Dominique Strauss Kahn va-t-il êtrecandidat ?
    Toute la France se pose la question.
    Pour tenter d'y répondre, Cassandre dévoile lescoulisses d'une campagne présidentielle qui, en fait, a déjà commencé depuisplus de deux ans.
    L'auteur nous plonge au coeur des préparatifs du"Gang", comme a été baptisé ce petit groupe de professionnels à lalisière de la politique et de la communication, chargé de le faire élire en2012.
    DSK a tous les attributs du grand hommepolitique : ambitieux, manipulateur et séducteur. Dernier atout, ilest supérieurement intelligent. Alors, c'est gagné ? Pas forcément. Sa viede nabab, d'une villégiature à l'autre, d'une femme à l'autre, d'une convictionà l'autre, pourrait bien éclater au grand jour. La tâche reste délicate pourle Gang, et le candidat encore hésitant.
    /> En réalité, la seule question ne serait-elle pas: DSK a-t-il les moyens de se présenter ?

empty