Histoire

  • Dans un texte oublié, écrit en 1936, Espagne, Thomas Mann, prix Nobel de littérature, identifiait dans la guerre d'Espagne « le scandale le plus immonde de l'histoire de l'humanité », un crime contre « les revendications de la conscience », avec la participation des « démocraties d'argent ». Gide et Camus, ainsi que le catholique et royaliste Bernanos, le relayèrent, Camus espérant la « renaissance » d'une humanité que tous sentirent menacée dans cette guerre terrible.
    Cet ouvrage est une enquête historique mais bien davantage aussi : dans les bourgs d'Estrémadure et d'Andalousie où débuta ce crime ; sur la triple terreur, franquiste, communiste, anarchiste, à ne pas amalgamer mais à dénoncer ; sur les lieux de la bataille de l'Ebre, qui marque le dénouement de la guerre ; enfin sur la mort de Lorca, événement hautement tragique et symbolique.
    Camus disait que l'Espagne détient des « secrets royaux » : et si le moment était venu d'un retour possible de « l'homme de bonne volonté », tel que le définit Bernanos, et tel que l'incarna Camus ?

empty