Pu Du Mirail

  • Les bombardements s'intensifient, Palerme devient de plus en plus dangereuse.
    Oncle Cesare a décidé de mettre sa famille en sécurité dans une petite maison à 30 km de la ville. Ils fuient. Le déménagement en lui-même est une aventure cocasse. Dès que la famille est installée dans le village, petits et grands doivent se mettre à l'oeuvre pour faire survivre le clan.
    Les récits de guerre abondent dans le corpus littéraire, pourtant tout est nouveau dans Mai 43. Deux singularités cimentent cette histoire : le langage hybride de l'enfant qui raconte, et l'observation innocente qui le protège de la cruauté. Orphelin de 12 ans, Gioacchino adresse son récit à la tombe de son frère. Entre des parties de cartes truquées, des perquisitions fascistes, des bombardements aériens et des repas qui ne se composent que de citrons, Gioacchino, qui n'est plus un enfant mais qui n'est pas encore un homme, devra manoeuvrer et réagir pour pouvoir survivre. À son insu, il devient le héros d'une épopée.
    Plus largement, Mai 43 est le chant universel de toutes les victimes ravagées par une guerre qu'elles n'ont pas choisie et, souvent, dont elles ne comprennent plus les enjeux.

  • Une grosse fissure menace la sécurité de l'immeuble où vivent les protagonistes de cette histoire. Un seul semble s'en rendre compte : c'est « L'Homme de l'étage au-dessous », qui depuis des mois tente en vain de convaincre ses voisins d'entamer des travaux de rénovation. Mais la fissure se situe exactement sous le sofa où vit « La Femme la plus grosse du monde », qui pèse 460 kg et ne peut plus bouger. La seule solution serait de la faire maigrir, mais le bonheur que la nourriture lui procure est trop grand pour que la femme et son mari puissent y renoncer. Un final surprenant ouvre cette situation comique à des horizons plus universels, en plaçant la dystopie face à la réalité.
    Dans une époque où notre société semble avoir atteint son plus haut degré de richesse et de satisfaction, cette pièce - grotesque et paradoxale - nous pousse à imaginer une alternative à notre mode de vie, où le bonheur ne soit pas synonyme d'autodestruction.

  • Né en 1960 en Sicile, Tino Caspanello est auteur, acteur, scénographe et metteur en scène. Il a fondé la compagnie Teatro Pubblico Incanto en 1993. Depuis, avec la comédienne Cinzia Muscolino, son épouse, et ses plus fidèles collaborateurs, il sillonne l'Italie. En 2003, il a reçu le prix spécial du jury du Premio Riccione pour Mari, et en 2008 le prix Legambiente de l'engagement civil pour Malastrada, ainsi que le prix de l'ANCT (Association nationale des critiques de théâtre).
    La pièce Quadri di una rivoluzione est arrivée en 2014 en tête des sélections Eurodram - comité italien (pièces de théâtre recommandées à la traduction, à l'édition et à la création), en collaboration avec la Maison d'Europe et d'Orient (Paris). Christophe Mileschi est professeur des universités à Paris III et traducteur littéraire.

empty