Manucius

  • Une disparition et autres nouvelles

    Emile Gaboriau

    • Manucius
    • 17 Mars 2022

    É. Gaboriau n'a pas été seulement le créateur du roman policier et des fameuses enquêtes de M. Lecoq. Auteur de nouvelles, on y retrouve les mêmes qualités narratives portées par un style alerte et vigoureux.
    Le Petit Vieux des Batignolles et Une Disparition sont des classiques de la littérature policière.
    Le Roman d'un Tambour, Maudite Maison, Promesses de Mariage etc., d'une tout autre veine, sont le théâtre d'aventures de personnages pittoresques.
    Le ton, le style de ces récits pour la première fois rassemblés et pour certains inédits, témoignent d'un auteur à la large palette, capable de se mouvoir tout aussi bien dans l'atmosphère interlope du crime que dans les riches hôtels particuliers parisiens. A ce titre, il fut sans conteste un observateur brillant de son temps.

  • L'oeuvre de Denis Diderot est immense, elle n'est pourtant connue du public qu'à travers quelques grands titres tels Jacques le Fataliste et son maître, le neveu de Rameau. Entre 1875 et 1877 paraissent ses oeuvres complètes aux éditions Garnier. Le tome IV rassemble les Miscelanea Philosophiques dont beaucoup sont à l'époque inédites.
    D'après les propos de J.-A. Naigeon, l'un de ses proches, Diderot avait l'habitude d'écrire sur les premiers feuillets de ses livres, et souvent sur des feuilles volantes qu'il y insérait, le jugement qu'il portait de ces différents ouvrages ainsi que ses propres réflexions. Nous proposons ici une sélection de ces textes (10 en tout) pour la plupart très brefs qui témoignent de l'écrivain Diderot attentif à la pensée de son temps.

  • L'émancipation de la femme ou le testament de la paria

    Flora Tristan

    • Manucius
    • 16 Mai 2019

    C'est incontestablement de son expérience de paria que Flora Tristan a puisé la substance de son oeuvre et de sa pensée. L'idée de l'émancipation de la femme s'impose à elle très tôt, elle dont la vie conjugale fut un martyre et la pauvreté son lot. Sa condition de travailleuse lui font lier la lutte contre l'exploitation de la classe ouvrière à la lutte contre l'oppression des femmes. Cet ouvrage, publié à titre posthume en 1845 par A. Constant déclare à son sujet: Ce texte ne contient pas une doctrine nouvelle mais il est à placer parmi les ouvrages les plus profonds, ce sont les adieux d'un beau génie incompris. Tous ceux à qui la mémoire des amis du peuple est chère, tous les hommes d'avenir, toutes les femmes qui sentent la dignité de leur sexe [...] liront avec intérêt cet ouvrage.

  • Mort et funérailles de Balzac ; la mort de Balzac d

    ,

    • Manucius
    • 10 Novembre 2021

    Le 18 août 1850, Honoré de Balzac meurt, le corps miné par la souffrance. Victor Hugo lui rend une dernière visite. Il en tire un récit qui sera publié dans Choses vues.
    D'après Paul Valéry, «?les morts n'ont plus que les vivants pour ressource?», et il appartient à ceux qui demeurent de saluer la grandeur de ceux qui disparaissent. Le 21 août 1850, au cimetière du Père-Lachaise, Hugo prononce l'éloge funèbre.
    En novembre 1907, Octave Mirbeau publie un livre étrangement intitulé La 628-E8. Une partie en relate l'agonie de l'auteur de La Comédie humaine abandonné par son épouse Mme Hanska. Celle-ci préférant recevoir au même moment les hommages de son amant, le peintre Jean Gigoux. C'est de ce dernier que Mirbeau assure avoir recueilli le récit de cette scène tragique où l'on croise par ailleurs nombre de personnalités littéraires et artistiques du moment (Théophile Gautier, Victor Hugo, Auguste Rodin...).
    A la demande de la fille de la comtesse Hanska qui redoute le scandale, Mirbeau se voit contraint de supprimer les pages incriminées qui paraîtront finalement bien plus tard, en 1918.

  • Levinas avant la guerre : une philosophie de l'évasion Nouv.

    Dès 1930 le jeune Levinas conçoit une «philosophie de l'évasion» où rien ne semble encore annoncer l'éthique de l'altérité qui fleurira après la guerre. Dans De l'évasion (1935) l'essai où il formule cette philosophie, il n'est question ni d'autrui, ni de son visage et encore moins, de ma responsabilité envers lui.
    Le «besoin d'évasion» est une aspiration à la liberté.
    Notre livre invite donc à opérer une conversion du regard que l'on porte habituellement sur l'oeuvre de Levinas. Il appelle à prendre au sérieux ses écrits d'avant-guerre qui restent encore peu explorés et souvent négligés au profit de ceux à venir, à savoir, Totalité et Infini (1961) et d'Autrement qu'être ou au-delà de l'essence (1974).

  • La main gauche de Manet : ou l'abaissement de l'image Nouv.

    La main gauche de Manet : ou l'abaissement de l'image

    Jérôme Thélot

    • Manucius
    • 3 Juin 2022

    Quand Manet peint en 1879 son Autoportrait le plus concerté, il se présente tenant son pinceau de la main gauche et il montre délibérément cette main sous l'aspect d'un magma de taches informes.
    Le présent livre fait donc le pari suivant: que suivre chez Manet de tableaux en tableaux le motif de la main gauche est non seulement un plaisir de curiosité sensible mais une voie, et même une méthode, pour accéder à la poétique paradoxale et à la teneur spirituelle de l'oeuvre entière.
    Dans l'art de Manet, c'est la main gauche qui est chargée d'abaisser l'image, de découvrir à la sobriété du regard un monde sans au-delà, et d'accomplir en peinture, avec autant de gaieté que d'insolence, le «renversement du platonisme».

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'imaginaire du réseau

    Pierre Musso

    • Manucius
    • 20 Janvier 2022

    Un nouveau paradigme technologique domine l'imaginaire contemporain, celui du Réseau, érigé en divinité séculière dont l'Internet est une des incarnations. Tout devient réseau: la planète, le territoire, les institutions, l'entreprise, l'Etat... et les individus. Le réseau-technique promet le fonctionnement efficace du monde hyper-industriel et le réseau-technologie permet d'en rendre compte. Le Réseau est un repère comme jadis le fut l'Arbre: il s'opposerait à la pyramide et à la hiérarchie. Et pourtant son imaginaire est ambivalent:
    Tantôt il offre communication et fluidité et tantôt surveillance et contrôle. Cet ouvrage explore le concept de réseau et son imaginaire à travers sa longue généalogie: de la mythologie grecque à l'Internet qui assimilent le réseau au cerveau et à l'ordinateur.

  • Richelieu crée l'Académie française en 1635 et la charge de faire un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique, une poétique, ainsi que de prendre soin de la langue. La fondation de l'Académie, porteuse de la langue du royaume est un projet politique.
    À la fin du XVIIème siècle l'Académie compte dans ses rangs Bossuet, Corneille, Racine, La Fontaine, Boileau, Fénelon, La Bruyère, Fontenelle, tous académiciens dont la gloire a traversé les siècles. C'est leurs discours de réception que nous vous proposons de découvrir (à l'exception du texte de Racine qui est un éloge de Pierre Corneille). La plupart sont teintés d'une tonalité certes révérencieuse vis-à-vis du Roi Soleil, mais témoignent également d'un engagement envers la langue française et sa puissance de rayonnement.

  • Contes du matin

    Charles-Louis Philippe

    • Manucius
    • 3 Février 2022

    Ces Contes du Matin doivent leur titre au journal Le Matin où Charles-Louis Philippe les publia entre 1908 et 1909. Sont ici rassemblés 24 de ces tableaux de moeurs variés: drames, comédies, fables, anecdotes. Des clichés pris sur le vif, des contes qui le confirmèrent en tant qu'écrivain où à son habitude, «il écrit avec sa vie».
    Les Contes du matin s'inscrivent dans la veine de cette tradition littéraire populiste dont Philippe fut l'un des grands contributeurs, l'écrivain préférant les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme décors à condition qu'il s'en dégage une authentique humanité.
    C'est La Nouvelle Revue Française qui entreprit l'édition des Contes du Matin et les publia pour la première fois de manière posthume en 1916.

  • Utilité du beau et autres textes

    Victor Hugo

    • Manucius
    • 18 Janvier 2018

    Utilité du beau, Du génie, et Le goût sont trois textes très peu connus de Victor Hugo où il expose sa vision du beau et de l'art. Tirés des Post-scriptum de ma vie, oeuvre posthume du grand écrivain, composée de recueils de textes philosophiques rédigés en 1860. Ils n'ont jamais été publiés à part bien qu'ils constituent un ensemble cohérent définissant ce que l'on pourrait nommer rapidement «l'esthétique hugolienne». Ce sont des textes où Hugo rend hommage à des artistes choisis (Horace, Virgile), où il défend l'admiration et la grandeur et où il formule avec talent et clarté ce que sont l'art ou le beau.
    Ainsi: Affirmons cette vérité superbe, entrevue seulement sur les sommets de l'art: il n'y a point de mal dans le beau. [...] Sous l'art complet il y a le silence du mal.

  • L'Interdiction

    Honoré de Balzac

    • Manucius
    • 8 Avril 2021

    En 1828, l'une des femmes les plus en vue de Paris, la marquise d'Espard, dépose auprès du tribunal une requête visant à faire interdire son mari.
    Qu'est-ce qu'une interdiction? C'est - nous dit l'article 489 du Code civil de 1804 - le fait d'ôter à une personne majeure l'usage de ses droits civils: «Le majeur qui est dans un état habituel d'imbécillité, de démence ou de fureur, doit être interdit, même lorsque cet état présente des intervalles lucides». Mme d'Espard accuse le marquis, dont elle vit séparée depuis plus de dix ans, de l'empêcher de voir ses deux enfants qu'il a emmenés avec lui et de dilapider tous ses biens, au profit des Jeanrenaud mère et fils, des inconnus.
    Le marquis est-il fou ou possédé, comme l'affirme son avoué?
    Sa femme, une des plus redoutables harpies de La Comédie humaine, désire priver sa légitime moitié de ses droits, mais y parviendra-t-elle? Cette demande judiciaire ne cache-t-elle pas «quelque petit dramorama»? C'est le sujet de cette longue nouvelle (ou bref roman), sans doute «l'un des plus parfaits récits qu'ait écrits Balzac».

    Présentation et notes de Marie-Bénédicte Diethelm, spécialiste de Balzac et de Chateaubriand. Elle est notamment l'éditrice des romans inédits de Mme de Duras: Olivier ou le Secret (in Ourika, Édouard et Olivier ou le Secret, Gallimard, «Folio classique», 2007), Mémoires de Sophie suivi de Amélie et Pauline (Manucius, 2011). Chez Manucius, elle a également établi l'édition de La Messe de l'athée (2013).

  • L'amour dans le mariage

    François Guizot

    • Manucius
    • 25 Novembre 2021

    «?Notre temps est atteint d'un mal déplorable?: il ne croit à la passion qu'accompagnée du dérèglement?; l'amour infini, le parfait dévouement, tous les sentiments ardents, exaltés, maîtres de l'âme, ne lui semblent possibles qu'en dehors des lois morales et des convenances sociales?; toute règle est à ses yeux un joug qui paralyse, toute soumission une servitude qui abaisse, toute flamme s'éteint si elle ne devient un incendie. Mal d'autant plus grave que ce n'est pas un accès de fièvre?: il a sa source dans le rejet de toute loi, de toute foi, dans l'idolâtrie de l'homme se prenant lui-même pour Dieu, lui-même et lui seul, son seul plaisir et sa seule volonté?!
    Et à ce mal vient s'en joindre un autre non moins déplorable?: l'homme non seulement n'adore plus que lui-même, mais il ne s'adore que dans la multitude où tous se confondent?; il porte envie et haine à tout ce qui s'élève au-dessus du commun niveau?; toute supériorité, toute grandeur individuelle, quels qu'en soient le genre et le nom, semble à ces esprits, à la fois en délire et en décadence, une iniquité et une oppression envers ce chaos d'êtres indistincts et éphémères qu'ils appellent l'humanité.?» F. G.

  • Nous qui sommes sans crainte

    Friedrich Nietzsche

    • Manucius
    • 3 Septembre 2020

    Ajouté en 1887 aux 4 livres déjà publiés en 1882, le 5e livre du Gai Savoir s'intitule Nous autres hommes sans crainte. De quelles peurs Nietzsche s'est-il donc libéré ? Notamment de celle qui terrassait l'insensé du §125. Annonçant la mort de Dieu ce dernier invitait avec angoisse à en prendre la mesure. Si le déicide signifie la victoire de l'athéisme, elle présente le redoutable danger du nihilisme. De sorte que la mort du pouvoir spirituel se solderait par le culte de l'instant.
    Voilà pourquoi Nietzsche fait valoir les conséquences délétères de la politique contemporaine pour la culture, à l'heure où l'art ne prend plus racine dans le temps long des cristallisations symboliques, mais s'éparpille sous la pression d'une époque histrionique qui ne sait plus à quel saint se vouer.

  • La vie, entre éthique et science

    ,

    • Manucius
    • 3 Décembre 2021

    Cet ouvrage est un dialogue entre philosophes et scientifiques autour de la question de la vie - qu'il s'agisse du vivant, des sciences cognitives, des neurosciences, des sciences humaines et sociales. Avec ce fil conducteur ses auteurs pensent les problèmes que pose l'articulation entre l'éthique et la science. Le soin médical constitue un cas dans lequel la science et l'éthique sont nécessaires dans une action conjointe: la science sans l'éthique ouvre à l'exercice d'un pouvoir funeste sur les corps; l'éthique sans la connaissance scientifique sombre dans l'impuissance. De la même manière le travail sur les conditions d'existence des vivants se partage entre l'écologie qui décrit un écosystème et l'accès subjectif à un monde naturel où la protection de l'environnement m'incombe.

  • En 1883, Kropotkine est condamné à 5 ans de prison pour activisme politique. Durant sa captivité, Élisée Reclus réunit ses textes parus dans Le Révolté et les édite sous le titre Paroles d'un révolté. L'ouvrage réunit ici les chapitres II, III et IV, intitulés: La décomposition des états, La nécessité de la Révolution et La prochaine Révolution. La décomposition des états est un texte saisissant par son actualité. Les questions soulevées par le rôle de l'état rappellent étrangement la crise actuelle et les revendications des «Gilets jaunes», ainsi est pointé du doigt, l'état emprunteur, mauvais gestionnaire, obèse ou encore inefficient. Ecrit il y a quelque 140 ans, ce texte à vocation révolutionnaire donne matière à réflexion sur la stabilité étonnante du Système dans ses pratiques !

  • Passions et vanites

    Anna de Noailles

    • Manucius
    • 20 Février 2020

    Passions et Vanités est un recueil de 3 chroniques écrites pour Vogue. Elles décrivent une époque où les femmes avaient pour seul souci de séduire les hommes, le tout dans un univers de luxe et de volupté. Nous sommes au temps de Proust et de ses mondanités. Les femmes sont distinguées, les hommes sont riches et portent beau, bref, si l'univers d'A. de Noailles apparaît comme ouaté, confortable, il n'en demeure pas moins que le tableau proposé est plein de charme et non dénué de profondeur.
    Il s'agit d'écrire un monde singulier dont l'auteur saisit les codes à la perfection par la grâce d'une écriture fine et élégante. Les deux textes suivants sont plus personnels, plus lyriques, mais on y retrouve cet attrait propre à A. de Noailles, une écriture séduisante et toujours parfaitement juste.

  • Les choses de l'infini ; contemplation suprême

    Victor Hugo

    • Manucius
    • 16 Janvier 2020

    Post-scriptum de ma vie est une oeuvre posthume de V. Hugo parue en 1901. Les textes ici proposés sont extraits de la seconde partie intitulée L'âme qui se veut plus philosophique ou méditative. Dans Les choses de l'infini Hugo disserte sur le cosmos. Mais l'exposé scientifique laisse rapidement place à la littérature, c'est-à-dire à l'enchantement du monde. L'homme lèvera toujours les yeux vers les étoiles et songera à la beauté inexplicable de sa présence sur terre. Quelle que soit la vitesse de la lumière, sa place au sein de cet infini demeure la seule question, celle pour laquelle la poésie, l'art ou Dieu, sont d'admirables réponses. Dans la même lignée, Contemplation suprême est une réflexion sur le rôle décisif de l'artiste dans la compréhension du monde.

  • Pourquoi je suis si malin ?

    Friedrich Nietzsche

    • Manucius
    • 15 Février 2018

    Commencé en octobre 1888 Ecce Homo fut achevé le 4 novembre quelques semaines avant l'effondrement de son auteur. Divisé en quatre parties: Pourquoi je suis si sage/Pourquoi je suis si malin /Pourquoi j'écris de si bons livres/Pourquoi je suis une fatalité, il ne sera publié qu'en 1908. Ouvrage autobiographique, ce n'est pourtant jamais de sa petite vie dont nous parle Nietzsche. Le philosophe tend au contraire à mettre en lumière le caractère universel de certains événements vécus. Quelles pulsions, quels affects, quelle santé faut-il avoir pour faire la Généalogie de la morale? T el est l'objet d'Ecce homo et plus particulièrement de Pourquoi je suis si malin dans lequel Nietzsche expose une sorte de vademecum d'existence nécessaire à tout homme souhaitant développer sa vertu.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Essai sur le goût ; le goût

    ,

    • Manucius
    • 21 Novembre 2019

    Dans l'article sur le goût de L'Encyclopédie Montesquieu expose sa théorie de l'art en affirmant que la beauté d'une oeuvre vient de la relation entre sa force créatrice et l'effet qu'elle produit. L'idée qu'il se fait du goût repose donc sur une analyse des causes du plaisir qu'inspire une oeuvre d'art, et fait de l'impression ressentie un critère esthétique décisif.
    Ainsi, les sources du beau [...] sont dans nous-mêmes et en chercher les raisons, c'est chercher les causes des plaisirs de notre âme. [...] La poésie, la peinture, la sculpture, etc. [...] peuvent lui donner du plaisir. Voyons pourquoi, comment [...] cela pourra contribuer à nous former le goût, qui n'est autre chose que l'avantage de découvrir avec finesse [...] la mesure du plaisir que chaque chose doit donner aux hommes.

  • Le paradis des gens de lettres

    ,

    • Manucius
    • 14 Octobre 2021

    Homme de lettres, et critique d'art, Charles Asselineau (1820-1874) est l'un des rares amis fidèles de Baudelaire qu'il soutiendra lors de la parution contestée des Fleurs de Mal. Il collabore à des revues littéraires et artistiques, travaille pour la bibliothèque Mazarine, et écrit différents ouvrages: La double vie (1858), L'enfer du bibliophile (1860), etc. Amoureux éternel de la chose écrite, il fut un bibliophile distingué, esthète et ami précieux d'artistes de son époque.

  • La liberté de l'esprit ; notre destin et les lettres

    Paul Valéry

    • Manucius
    • 24 Octobre 2019

    Extrait de Regards sur le monde actuel, La liberté de l'esprit succède à La crise de l'esprit qui constatait la faillite de l'Europe après la grande guerre.
    Vingt plus tard, posant un regard lucide sur les mutations qui secouent son époque, Valéry dissèque le monde actuel, relevant, non sans pessimisme, les accrocs de la modernité à la dignité de l'esprit. La critique qu'adresse le poète à la modernité et à ce qui la constitue essentiellement: une modification du rapport au temps, une baisse de la valeur de l'Esprit et un assujettissement de l'homme à l'argent. Les essais ici publiés sont éloquents à cet égard. Pour Valéry, c'est la fin du temps libre, ce temps où l'esprit se consacre à son propre développement par la fréquentation de l'art, de la philosophie, de la littérature.

  • Les martyrs ignorés

    Honoré de Balzac

    • Manucius
    • 8 Novembre 2018

    Balzac publia ce dialogue, méconnu par la majeure partie de ses lecteurs en 1837. «La scène est au Café Voltaire, place de l'Odéon, à Paris. Dans ce Café, un soir de décembre 1827, autour de la table des philosophes, se racontent des histoires de rumeurs qui rendent fou, de nouvelles qui foudroient, de mystifications qui assassinent et de mots qui tuent. Et en effet comment le moral d'un individu a-t-il le pouvoir d'engager le corps dans des processus de somatisation qui peuvent conduire à la mort? Victimes de leur hypersensibilité, les personnages de ces petits récits font l'objet de crimes que la justice humaine ne peut poursuivre car c'est uniquement la puissance du psychisme qui leur a été fatale et c'est à ce titre que Balzac les qualifie de martyrs ignorés.

  • « 813 »

    Maurice Leblanc

    • Manucius
    • 20 Novembre 2020

    La première édition en volume (juin 1910) de ce célèbre roman et les différentes rééditions de ces 110 dernières années n'ont présenté que des versions écourtées et «simplifiées» de cette formidable aventure d'Arsène Lupin. Voici, pour la première fois en librairie, la version pré-originale de 813 dans son intégralité, telle qu'elle a paru dans le quotidien Le Journal du 5 mars au 24 mai 1910, avec des épisodes inédits, recélant maintes péripéties ignorées des plus fervents connaisseurs! Ce long récit foisonnant en coups de théâtre et en rebondissements a marqué un tournant dans la carrière de Maurice Leblanc. Avec 813, il devient véritablement LE romancier «populaire», l'écrivain à succès parmi les mieux connus de son temps.

empty