Espace Nord

  • Bruges-la-Morte

    Georges Rodenbach

    Parmi les canaux blêmes de l'ancien port figé dans des eaux sépulcrales, le roman se joue entre des reflets : celui d'une femme que Hugues Viane a passionnément aimée, celui d'une morte dont il croit retrouver l'image chez une vivante. Récit fétichiste, où toute la sémiologie de la ville participe aux cérémonies du deuil. Livre-culte pour les spleens d'aujourd'hui.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'ordre du jour

    Jean-Luc Outers

    En Belgique, dans un ministère qui construit des piscines, des stades, des autoroutes, des tunnels.
    Pour le narrateur, c'est un univers de mort. Son psychanalyste reste muet à ses inlassables questions.
    Suspendu à cette énigme, le narrateur ne cesse d'observer méticuleusement son milieu de bureaucrate.
    Il assiste au rituel quotidien de l'exercice du pouvoir. Il déchiffre les gestes et actes des personnages qui l'entourent. Il les traque dans leurs dialogues. Il les voit souffrir, s'amuser aussi, obtenir quelques bonheurs vite éteints. Au fond, il n'est pas vraiment malheureux. Avec une patience minutieuse doublée d'un humour décapant, l'auteur parvient à nous construire un univers qui tantôt nous fait éclater de rire et tantôt nous plonge dans un cruel désespoir.

    En stock

    Ajouter au panier
  • « Une variation supérieure sur l'admirable vieux mélodrame », notait Mallarmé à propos de Pelléas, dont l'intrigue, effectivement, peut sembler bien conventionnelle : le Prince Golaud recueille à l'orée d'un bois une jeune fille dont il va faire son épouse. Mais c'est du frère de Golaud, Pelléas, que Mélisande tombe amoureuse, et le destin fatal qui pèse sur les personnages de cette pièce de théâtre les mènera inévitablement à la désolation. La fable cependant n'est ici que prétexte à dérober au silence ses secrets.
    Universellement célèbres au début de ce siècle, grâce notamment à l'opéra de Debussy, les ombres de Pelléas et Mélisande nous reviennent dans leur innocence inquiète.

  • Salud camarada !

    Mathieu Corman

    Ce livre de Mathieu Corman, libraire, est un témoignage sur la Guerre d'Espagne vécue de l'intérieur.
    En 1936, Corman se rend en Espagne pour participer à la lutte républicaine. Il combat aux côtés des anarchistes de la colonne Durruti, puis revient en Belgique. Il repart l'année suivante en tant qu'envoyé spécial. Un périple annonçant celui ce George Orwell et qui sera à l'origine de son Hommage à la Catalogne. Sur le front d'Aragon et de Madrid, Corman découvre le pouvoir populaire tel que le concevaient les anarchistes, avec la mise en place de comités régissant la vie publique et la stratégie militaire : poursuivre les fascistes, assurer la collectivisation des terres, démembrer les propriétés de l'Église et des latifundiaires. Soustraire la région à l'autorité du gouvernement central.

  • Malpertuis

    Jean Ray

    À la fin du XIXe siècle, sentant sa fin prochaine, Quentin Moretus Cassave, un énigmatique vieillard immensément riche, convoque les membres de sa famille. Son testament stipule que pour prétendre hériter de sa fortune, il est impératif de venir vivre à Malpertuis, sa vaste demeure sombre et inhospitalière.
    Le dernier survivant sera le légataire universel, sauf s'il reste un homme et une femme : ils devront alors se marier pour se partager l'héritage.

    En stock

    Ajouter au panier
  • " Le Feu ! .
    Naoh apporte le Feu !
    Ce fut un vaste saisissement. Plusieurs s'arrêtèrent, comme frappés d'un coup de hache. D'autres bondirent avec un rauquement frénétique - et le Feu était là. " C'est sur la conquête du feu que s'achève ce roman préhistorique, prodigieux voyage imaginaire à l'aube de l'humanité qui met en scène les hommes, les bêtes, la pierre, les cavernes et l'attente d'un âge meilleur.

  • « Messieurs-dames, hélas ! l'Empereur vient de mourir ! » La nouvelle se répand rapidement à travers toute l'Europe. Pourtant, Napoléon n'est pas mort. Après une ingénieuse évasion, il a réussi à regagner la France, laissant un sosie occuper sa place à Sainte-Hélène - et ce n'est que ce dernier qui vient de trépasser. Mal ajusté à son incognito, Napoléon va traverser une série d'étranges épreuves. Confronté à son propre mythe, saura-t-il recouvrer son identité? Et qui est-il donc, maintenant que l'Empereur est mort ?

    En stock

    Ajouter au panier
  • Dans la salle d'un vieux château, un vieillard aveugle, entouré de sa famille, devine à des signes imperceptibles l'approche de la mort qui va frapper sa fille. Isolé par sa cécité, l'aïeul a gardé intacte son intuition. Il est le seul à pouvoir interpréter le bruissement des arbres, le silence des oiseaux et des cygnes, l'entrée du froid dans la salle. Plongé dans les ténèbres, il communique avec l'inconnu. L'Intruse, drame en un acte publié en 1890, forme, avec Les Aveugles et Les Sept Princesses (1891), la première partie de ce que Maeterlinck appelait sa « petite trilogie de la mort ». On trouvera ici la première édition critique de cet ensemble qui fit date dans l'histoire théâtrale.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Piéton du monde

    Carl Norac

    Carl Norac fait partie des écrivains voyageurs comme avant lui Nicolas Bouvier ou Blaise Cendrars.
    Pour lui, le voyage est avant tout un voyage « au fond de soi » On suit ainsi les traces du poète arpentant le monde dont les lieux et les villes résonnent dans le lointain. La sensualité imprègne la poésie de Carl Norac où la femme est omniprésente. La poésie, selon Norac, ne serait-ce pas une manière de regarder le monde à travers les infimes détails de la vie, un art de faire parler les objets et les choses, un art de vivre, en définitive ?

    En stock

    Ajouter au panier
  • Un vieillard et un étranger observent à distance le bonheur d'une famille et tardent à leur annoncer la mauvaise nouvelle dont ils sont porteurs. Alladine et Palomides tombent amoureux, enfermés dans les souterrains d'un château. Ygraine se révolte et tente de soustraire le petit Tintagiles à l'emprise d'une reine invisible. Maeterlinck publie en 1894 ces Trois petits drames pour marionnettes, triptyque qui remet génialement en cause les conventions dramatiques de son temps. Sa dramaturgie fait le lien entre l'imagination du spectateur et les zones énigmatiques que suggère le texte. Car seul ce nondit, le « drame de l'existence ellemême », importe à Maeterlinck.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La guerre sépare la princesse Maleine du prince Hjalmar le jour de leurs fiançailles. Enfermée dans une tour, la princesse s'échappe et rejoint le prince, au grand dam de la reine Anne. Les mauvais présages s'accumulent dans une Hollande imaginaire.
    Première pièce publiée de Maeterlinck, La Princesse de Maleine est une féerie noire. Elle a ouvert le renouveau dramatique de la fin du XIXe siècle.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Olivia

    Madeleine Ley

    XIXe siècle. Une jeune veuve reprend goût à la vie en s'adonnant à la peinture. Son oncle, peintre également, et sa maîtresse la soutiennent. Ils partent en Europe et découvrent une culture cosmopolite. Elle rencontre un homme qui devient son amant. Roman paru initialement en 1936.

    En stock

    Ajouter au panier
  • "Je n'ai pas l'intention d'écrire un traité d'apiculture ou de l'élevage des abeilles.
    Tous les pays civilisés en possèdent d'excellents qu'il est inutile de refaire. Ma part se bornera de présenter les faits d'une manière aussi exacte, mais un peu plus vive, à les mêler de quelques réflexions plus développées et plus libres, à les grouper d'une façon un peu plus harmonieuse qu'on ne le peut faire dans un guide, dans un manuel pratique ou dans une monographie scientifique. Qui aura lu ce livre ne sera pas en état de conduire une ruche, mais connaîtra à peu près tout ce qu'on sait de certain, de curieux, de profond et d'intime sur ses habitants." Maurice Maeterlinck

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les marais

    Dominique Rolin

    Entre les murs d'une sombre bâtisse, Madame Tord et ses cinq enfants subissent quotidiennement la tyrannie d'un patriarche en mal de reconnaissance. Gare à celui qui dérangera le père, jamais avare de coups de fouet, de gifles ou de coups de pied. Une manière de fuir cette ambiance sourde sera de se réfugier dans un monde imaginaire aux dimensions insolites. Mais les événements auront raison de chacun d'eux : la mort accidentelle de la petite Barbe, la fuite de Ludegarde qui cherche à se délivrer des «marais» de son enfance, la départ d'Alban auprès d'une jeune femme rencontrée au hasard de ses fugues, tout cela brise leur rêve de liberté et l'univers visionnaire qu'ils s'étaient créés. Irrésistiblement, la maison Tord les ramène à elle, vieillis et désenchantés.

  • Keetje

    Neel Doff

    Publié pour la première fois à Paris en 1919, ce roman dessine, avec Jours de famine et de détresse et Keetje trottin, un triptyque de la famille Oldema et plus spécialement de Keetje, troisième enfant de neuf que comptera le noyau familial.

    Bien qu'ayant à sacrifier une partie d'elle-même, Keetje se sent profondément différente de ses parents. Son père, alcoolique, travaille de moins en moins et disparaît pendant des périodes toujours plus longues. Sa mère continue à conduire le ménage d'une main de fer et lui impose régulièrement de ramener de l'argent, quoi qu'il en coûte. Ses frères et soeurs doivent aussi trouver des tâches, ingrates, parfois dangereuses. Au milieu d'un monde surdéterminé, Keetje lit, s'évade, s'individualise.

    Écrite avec une très grande simplicité de moyens, l'oeuvre de Neel Doff constitue un témoignage exceptionnel sur ce que pouvait être l'expérience de la pauvreté dans les taudis des grandes villes : la faim, les promiscuités honteuses, la prostitution, la cruauté inhumaine des nantis.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Jacques Vandenschrick est un poète discret.
    Fidèle au même éditeur Cheyne depuis ses débuts, il ne publie que de loin en loin (9 livres depuis 1986). Sa poésie se distingue par un travail minutieux sur les divers aspects de la langue poétique (lexique, syntaxe et sémantique), en des poèmes où il parvient à allier la plus grande clarté et une indéfectible part de mystère.
    L'enfance, le désir, la solitude et l'errance figurent parmi les thèmes qui sous-tendent l'ensemble de son oeuvre.
    Le volume proposé ici rassemble quatre livres choisis pour leur représentativité de cette oeuvre à travers le temps, et plus précisément dans sa première moitié (1986-2000) : Du pays qui s'éloigne (1988), Toujours le vent visite les bannières (1991), Avec l'écarté (1995), Demeure en la demande (2000).

    En stock

    Ajouter au panier
  • Tyltyl et Mytyl s'éveillent au seuil d'un grand voyage...
    Bérylune, petite fée bossue, les envoie quérir l'Oiseau bleu, le seul être capable d'enrayer le niai qui ronge sa fille. Le Pain, le Sucre, l'Eau, la Lumière, la Chatte et le Chien, qu'un diamant a pourvus de la parole, accompagnent les deux enfants dans leur quête.

    En stock

    Ajouter au panier

  • long poème en prose, equipée est l'aboutissement d'une fascination exercée par la chine, cette " impératrice d'asie ".
    la description d'un voyage aux confins du pays permet une succession d'images colorées et vivantes. une question s'impose, s'agit-il d'un périple réel ou imaginaire ? les deux thèmes s'affrontent et s'imposent tour à tour.

  • Ce dyptique tendant à l'autobiographie rend compte avant tout d'une écriture de l'errance et du voyage. Au fil des lieux qu'il effleure, des coins de comptoirs qu'il abîme, des villes qu'il traverse, Jean-Claude Pirotte est une sorte de clandestin, un étranger, un vagabond. Il les aime pourtant ces endroits, qu'il écrit et décrit comme des fragments de sa propre personne, s'en imprègne. Toujours fragmentaire, toujours en errance, son écriture se mâtine de poésie et de cavale, se construit par les anecdotes qu'il égraine, ses sensations, ses visions.

    « Je m'en vais en promenade avec mon porte-plume, et parfois une feuille de papier. Il y a toujours du papier dans les bistros. Souvent, ce sont de minuscules blocs-notes, mais c'est sans importance. Très vite j'égare les feuillets où j'ai raconté ce que j'ai vu. Je me souviens avec mélancolie d'avoir écrit ceci ou cela, des choses qui ne feront jamais un livre et que le balayeur poussera d'un geste ample avec les feuilles mortes pour en composer un petit tas de mémoire et d'hiver.»

    En stock

    Ajouter au panier
empty