Arts et spectacles

  • Traitant d'un objet originellement appréhendé par les jeunes, pensé par le collectif Zebrock après des années d'interventions dans toute la France auprès des lycéens et des collégiens, ce livre ambitionne de donner à comprendre une histoire culturelle par ceux qui la ressentent de façon immédiate. Établir, donc, le contexte historique, social, économique et politique du rock, et l'inscrire dans une histoire collective, l'affilier à des courants culturels et le mettre en lien avec d'autres champs artistiques.

    Ce petit livre contribuera à la réussite scolaire. Les musiques populaires, première pratique culturelle des jeunes, ont en effet un rôle à jouer dans les dispositifs d'éducation, notamment parce que l'échec scolaire est fortement lié, jusqu'à présent, à l'éloignement entre culture familiale et culture enseignée.

    Organisé en sept grandes parties, il contient un préambule couvrant le début du xx e siècle jusqu'aux années 1950, puis un découpage par décennies. Chaque section compte : un panorama chronologique ; une description du mouvement musical le plus caractéristique de la décennie ; un zoom sur un phénomène emblématique ; une vignette sur un événement ou un individu particulièrement symboliques ; et une mise au point sur un thème ou une question (Pourquoi le rap à partir des années 1980 ? Le rock est-il strictement « occidental » ?).
    L'ouvrage sera complété par une discographie, une bibliographie et une filmographie sélective, ainsi que par un lexique et un arbre généalogique du rock.

  • Le collectif Othon réalise des documentaires consacrés à l'urbanisme et la démocratie du territoire, les deux jambes de la politique.
    Personnage principal de ce livre, Valenciennes est emblématique des villes moyennes françaises.
    Le collectif Othon a voulu éprouver les données générales à la réalité quotidienne des habitants de tous milieux. Se révèle alors une vérité faite de contrastes, d'inégalités, de contradictions.
    S'il y a une « France à deux vitesses », chaque ville, même moyenne, vit également à deux vitesses.
    Un éclairage passionnant au plus près de la France et ses réalités.

  • Depuis que la tauromachie existe, de simples amateurs se mesurent aux taureaux de combats muleta en main, à leurs risques et périls. Certains sont célèbres, comme Hemingway, dont la statue est dressée à Pampelune ou encore Montherlant.
    La plupart sont anonymes. Constituée il y a trente ans à Nîmes, l'association des Aficionados Practicos, rassemble et permet à ces amateurs anonymes de vivre leur passion, témoignant d'un engouement populaire ininterrompu pour la pratique de la tauromachie.
    Qui donc mieux qu'un amateur pouvait écrire sur ce qui pousse un humain armé d'un tissu à affronter un taureau sauvage ? Car l'amateur n'est poussé ni par le désir de gloire ou de fortune, ni par celui de la reconnaissance. Il obéit à un désir de dépassement irrépressible, mais d'un tout autre genre que celui de la compétition ou des sports extrêmes par exemple.
    L'animal change tout. Il est l'objet mystérieux du désir.
    Que cherche-t-on vraiment dans ce corps à corps avec la bête ? Harmonie ou domination ? Adrénaline ou amour ?
    Dépassement ou beauté ?
    Original et très pertinent, un petit essai qui pose de grandes questions et lève le voile sur une passion étrange, mais aussi sur ce qu'est le désir, lieu fondamental du mystère humain.

  • La nouvelle vague du cinéma français est celle des réalisateurs de double culture, métissés par l'immigration.
    Cette enquête journalistique fouillée sur des réalisateurs qui font l'actualité cette année à Cannes, dessine dix ans de contre histoire culturelle française.

    « Qui sont-ils, français nés à l'étranger ou nés de parents venus de l'étranger ? Ils ont grandi avec la sensation de ne pas être « vraiment » français, eux à qui on renvoyait toujours leurs origines métissées. Eux qui ont été nourris de rêves d'avant alors qu'ils se débattaient dans les difficultés du présent. Eux qui ont été spectateurs plus qu'acteurs et ne se sont pas sentis représentés sur les écrans. » Qui sont ces nouveaux réalisateurs ? Houda Benyamina, nominée sept fois au Césars, Alice Diop ou Maïmouna Dacour, en lice pour le César du court-métrage, Steve Achiepo et Oulaya Amamra, nominés dans la catégorie Révélations, Mehdi Idir, qui sort un film déjà primé le 1 er mars ? Mais aussi Rachid Djaïdani, JP Zadi, Djinn Carrénard, Mohamed Hamidi, Brahim Fritah, Pascal Tessaud, Akim Isker, Jalil Naciri, Julien Abraham, Hicham Ayouch ?
    Basé sur une centaine d'heures d'interviews entre l'année 2005 des révoltes sociales et 2016, année de la Caméra d'Or d'Houda Benyamina, ce document donne la parole aux cinéastes français de double culture issus des quartiers populaires qui déferlent sur un cinéma français marqué par l'entre-soi et arrêté sur une Nouvelle Vague qui, pour en finir avec un cinéma « de papa », a pu accoucher d'un cinéma « de fiston ». Voici en France un nouveau souffle qui se lève.

  • Dans une période de débats européens sur la tauromachie, alors que son interdiction est remise en cause en Catalogne, Joselito, torero charismatique et rebelle, a dû expliquer à sa fille adolescente sur le point de se transformer en « anti- corrida », le sentiment et les valeurs profondes qui justifient un art né il y a près de deux siècles.
    Plaidant à la première personne, à grand renfort d'anecdotes personnelles et d'histoires inédites, Joselito argumente, sans langue de bois ni a priori, de manière claire et directe.
    Rappelant les conséquences culturelles, écologiques et économiques qu'engendrerait la prohibition de la corrida, il oppose aux censeurs la dimension et la valeur artistique universelle de la tauromachie.
    Un texte à verser au débat, et une défense objective de la tauromachie et de l'élevage des taureaux libres de race espagnole.

  • Cette anthologie a pour but de retracer un phénomène de création poétique qui reflète les préoccupations de toute une génération, sa culture et son mode de vie, mais qui retrouve aussi les accents historiques d'une poésie populaire française, des troubadours aux chansonniers.
    On y retrouve les textes des rappeurs les plus importants des trois dernières décennies : IAM, NTM, Akhenaton, Booba, Oxmo Puccino, Orelsan, MC Solaar ou encore Disiz... En tout une quarantaine de poètes français à découvrir, dont les textes cultes, pour l'essentiel inédits, voyagent pourtant sur toutes les ondes depuis des années, sans autre reconnaissance littéraire que celle de leurs publics.
    Car le rap, c'est avant tout une révolution poétique profonde, qui interroge, par la langue de la littérature et ses lieux illégitimes, la littérature elle-même.

    « Pour cette sélection, j'ai procédé avec l'attention due au genre, en allant chercher ce qui dénote par le bizarre, grand-public ou souterrain, ce qui excite l'oreille et donne à lire des chroniques de moeurs pour les temps modernes. Tout est dit dans le rap, il n'y a pas à chercher plus loin. Certains s'en plaignent, d'autres en rient et d'autres, nombreux, apprécient dans sa prédication frontale le récit sans fioritures des affres du quotidien. » Félix Jousserand

  • Un itinéraire unique au monde, celui des monuments funéraires à la mémoire des plus grands taureaux de Camargue. Voyage initiatique et touristique illustré en terre mistralienne.

    En partant du village de l'auteur, Pérols on fera un tour des hauts lieux de la culture camarguaise via Mauguio, Saint-Christol, Lunel, Le Grau-du-Roi, Saint- Laurent d'Aigouze, Aimargues, Le Cailar, Vauvert, les Saintes-Marie-de-la-Mer, Le Mas des Bernacles, Nîmes, Beaucaire et Aureille, avant d'arriver à Sénas.
    Une promenade touristique et culturelle qui nous aura permis de découvrir un terroir, des lieux, des paysages et une histoire, et les tombes, mausolées ou statues des grands Muscadet, Barraïe, Pascalet, Rousset, Ourrias, Paco, Lou Provenço, Galapian, Segren, Le Sanglier, Cosaque, Virat, Gandar, Vovo, Garlan, Rami, Le Clairon, Goya, Camarina...
    Et de mieux comprendre les codes et rites secrets du Grand Sud méditerranéen, et sa culture ancestrale.

  • Icônes, révolutionnaires, faiseurs de tendances, The Clash est un des groupes les plus influents de son époque.
    Voici le premier ouvrage sur The Clash, par The Clash. Composé d'archives et de souvenirs personnels, de photos et d'interviews inédites, il donne la parole à une formation historique et à son leader, Joe Strummer, en un magnifique hommage. L'épopée frénétique et fantastique d'un groupe unique.

  • Un élégant objet illustré aux couleurs d'une sublime cavalière française, nouvelle révélation de l'art équestre.

    Parvenue au sommet du classement mondial en seulement quatre saisons, un exploit encore jamais réalisé par un Français, Lea Vicens est la nouvelle révélation de la tauromachie. Torera d'époque, elle réunit la grâce et l'équilibre de l'équitation éthologique dessinée par un Chris Irwin, et l'interprétation la plus pure de l'équitation espagnole transmise par son maitre Angel Peralta.
    Fille d'une enseignante nîmoise férue de littérature et de culture andalouse et d'un père passionné de chevaux figure de l'aficion local, elle monte à cheval dès sa quatrième année, et se distingue adolescente en compétition d'équitation camarguaise. Elle découvre dans les arènes de Nîmes l'équitation espagnole et la tauromachie à cheval, et alors qu'elle prépare un diplôme de biologie, son chemin va croiser celui d'Angel Peralta, qui l'engage pour dresser ses chevaux.
    C'est expatriée en Andalousie à La Puebla del Rio, qu'à force de travail, d'abnégation et de courage, elle recevra du grand maître andalou les enseignements qui vont fonder sa réussite et imposera son ambition et son style.

  • Ian Svenonius, chanteur des feus Make-Up et The Nation of Ulysses et actuel leader de Chain and the Gang, est tout à la fois une bête de scène, penseur rock underground et icône de la scène indépendante américaine.
    Allant jusqu'à entrer en contact directement avec les esprits d'Hendrix, Morrison, Berry, pour rassembler des secrets de toute première qualité, il a affuté sa plus belle plume pour composer un guide pratique expliquant en détails comment fonder un groupe de rock.

    Comment choisir le nom de son groupe, trouver les musiciens avec qui travailler, définir un son ? Quelle attitude adopter sur scène ? Prendre ou ne pas prendre de drogues ? Vous trouverez les réponses à toutes ces questions dans cet indispensable, incontournable aux USA.

    Mais Stratégies occultes, c'est aussi une histoire populaire du rock, l'impérialisme américain vu de la musique... Un mélange détonnant, irrésistiblement drôle et terriblement sérieux, un pamphlet marxisto-situationniste : le résultat improbable d'une collaboration entre Noam Chomsky et Howard Zinn, sous gaz hilarants.

  • Johnny Hallyday, c'est le monstre sacré français. Sa carrière n'a pas d'équivalent. Il connaît un succès constant depuis les années 1960, a vendu des millions de disques, rempli des stades. Ses mariages, ses divorces, ses enfants, alimentent la presse « people ». Ses soucis de santé passionnent les Français. Des fans inconditionnels le suivent depuis des années, il a sa marionnette aux Guignols, est imité par les humoristes populaires ou des sosies haut en couleur. La France entière connaît « Johnny », l'aime ou le déteste.

    On croit tout connaître de lui, mais cet ouvrage fourmillant d'informations nous détaille une période fondatrice et moins connue. Qui sont ses parrains dans le métier ? À qui Johnny emprunte-t-il son nom de scène ? Pourquoi se fantasme-t-il américain ? Qu'a-t-il fait en 1968 ? Pourquoi effraie-t-il les directeurs de salles en se roulant sur scène et en provoquant des émeutes ? Mais aussi pourquoi tente-t-il de se suicider, à 23 ans ?

    À 20 ans, Jean-Philippe a déjà créé le mythe de Johnny. Ce livre, qui s'appuie sur de nombreuses archives, sur ses chansons, et sur des entretiens avec des amis de l'époque, raconte la fabrication de ce mythe et aussi la réalité qui se cache derrière.

  • Dans une magnifique mise en scène graphique réalisée en noir et blanc par Olivier Fontvieille, ce long poème nous invite à porter sur le monde et les choses quotidiennes un regard éveillé.
    Il prolonge et complète cette recherche qui sous-tend les romans de Ravalec, en quête de cet autre niveau de réalité que l'initiation au chamanisme permet d'atteindre, cette forme d'unité originelle secrète que l'écriture cherche à restituer.
    Un regard pénétrant sur les objets, les moments de tous les jours, une ode aux harmonies discrètes, secrètes, du réel au monde qui nous est offert et que le poète nous aide à contempler, à déchiffrer.

  • On les appelle les Fly Girls. Trop souvent cantonnées dans l'ombre de leurs pairs masculins, elles sont présentes depuis les débuts du mouvement hip-hop.

    Certaines ont changé le visage du rap français, d'autre celui de l'imagerie urbaine, elles ont influencé la danse, le graff, l'art de rue. Toutes sont les témoins de notre époque, de notre société, d'une révolution de nos références, d'un métissage de nos influences, d'une métamorphose de nos codes.

    Elles se sont nommées Diam's, Lady Laistee, Sté Strausz, Bams, DJ Pom ou encore MsFatBooty. Elles sont des centaines, chacune fragment de l'histoire d'un mouvement.


    A travers des entretiens et des photos inédites, Fly Girls retrace les parcours initiatiques d'un hip-hop au féminin nourri de la froideur du bitume, emblématique des générations actuelles.

  • Partez sur la route aux côtés de Oxmo Puccino et de son équipe à travers l'oeil de Pierre-Luc Jamain.
    Voici dix ans que "Ito" accompagne Oxmo Puccino sur scène. Durant la tournée de La Voix Lactée, en 2015, il s'est mué en reporter photo. Il nous fait découvrir de l'intérieur la vie d'une équipe de ville en ville, les métiers des artisans de l'ombre, ces instants figés dans l'attente du grand rendezvous, lorsque le noir éclaire la salle, que les premières notes résonnent, que la tension dans le public se fait sentir et que l'artiste entre en scène.
    Oxmo Puccino, l'auteur au coeur sur chaque phalange, aborde ce grand voyage sous le prisme de l'attente. Son livre est une ode à la patience, une parabole sur le rapport entre l'artiste d'aujourd'hui et le rythme effréné de la société dans laquelle nous vivons.

  • À 20 ans, Norma Jeane est une starlette telle qu'il en pullule dans le Hollywood des années 1940, une belle fille brune aux formes affirmées très tôt. Trop tôt sans doute pour elle qui a été violée par un voisin à 13 ans, et qui bientôt ne va vivre que pour et par le regard des autres, des hommes surtout. C'est qu'elle est désespérément en quête d'amour pour en avoir manqué, violentée par sa grand-mère, abandonnée par sa mère enfermée dans un hôpital psychiatrique, recueillie par des familles d'adoption pour 5 dollars la semaine. Si elle se marie à 16 ans, c'est pour échapper à l'orphelinat. Baker, Mortenson, et maintenant Dougherty, le nom de son mari est le troisième que le destin lui donne, et aucun n'est vraiment le sien. De quoi perdre la tête comme sa mère ! De quoi tout faire aussi pour devenir quelqu'un ! Bientôt, c'est elle qui décidera, acceptant celui qui sera célèbre dans le monde entier : Marilyn Monroe.

    La jeune Norma ne renonce pas, fait contre mauvaise fortune bon coeur. Elle bégaie, s'attife mal mais, entre 18 et 25 ans, elle affiche le sourire et l'optimisme de la jeunesse. Elle incarnera plus tard l'Américaine dans toute sa splendeur, cette femme des temps modernes, émancipée grâce au travail et à un corps qu'elle assume. Pour l'instant, elle n'est qu'une anonyme, une jolie fille parmi d'autres. Ouvrière pendant la guerre, la voici remarquée par un photographe qui la propulse à la une des magazines. Le début du conte de fée ? Non, pas encore. Elle divorce, cachetonne et michetonne. Enfant de Los Angeles, Hollywood est son Amérique à elle. Elle accède aux plateaux par ses relations et son sex-appeal. Elle signe un premier contrat de six mois, elle pense sa carrière lancée. On ne le renouvelle pas, on lui dit qu'elle n'a aucun talent, que son physique ne convient pas. Elle vit dans la pauvreté, déprime puis se ressaisit. Elle dépense tout son argent en cours de chant, de danse et de comédie. Elle, elle croit à son talent ; les autres suivront. Derrière l'image rayonnante se cache une personnalité inachevée, une fragilité qui au fil des films transpercera sous les pellicules épaisses de son maquillage de star.

    La Marilyn que personne ne connaît Fondé sur des confessions intimes, des fragments d'oeuvres peu connues de la femme et de l'actrice, des grandes interviews qui prennent avec le recul une résonance singulière, ce portrait donne à voir les débuts d'une personnalité complexe, souvent caricaturée en sex symbol démoniaque ou en femme-enfant un peu fêlée. Décrivant les moments-clés des années de formation, cette biographie permet de comprendre comment une jeune femme à l'avenir incertain est parvenue à prendre les commandes de sa vie, tant bien que mal. Une aventure à l'américaine, terriblement contemporaine.

  • Tchernobylsty, ou les condamnés à mort, marque une nouvelle direction dans le travail photographique de Guillaume Herbaut. C'est à partir du besoin de se détacher de la vision traditionnelle du journalisme documentaire, qu'il a progressivement construit une réalité photographique plus personnelle, beaucoup plus frontale et directe.Ses images, à présent en couleur, nous montrent des lieux vides, désertés après la catastrophe, des portraits de familles touchées par la misère, des photographies de disparus emportées dans la précipitation et soigneusement conservées jusqu'à aujourd'hui.Ces photographies dépouillées, sans légende, et données avec peu d'explications, partent de faits d'actualité, pour nourrir une réflexion plus générale que permet le documentaire de fond. Il ne s'agit pas de fournir des preuves, ni d'expliquer les événements, mais de confronter le lecteur à des images qui l'interpellent directement. A partir d'éléments concrets de la réalité, celui qui regarde ces photographies doit aussi faire appel à son imagination pour se créer son propre niveau de lecture.Cadrées de manière simple, elles apparaissent sous un jour nouveau dès lors qu'elles sont mises en série. Elles se renvoient entre elles par un jeu d'accumulation, de répétition ; l'atmosphère devient alors irrespirable, chez les gens comme dans la ville. Si les images semblent plus fluides, plus aérées dans la zone d'exclusion, un petit chiffre, imprimé en rouge sur la droite de la photo, nous rappelle tragiquement où nous sommes.Tchernobyl est un monde à part, dans lequel tout devient dangereux, où chaque objet, chaque lieu, est synonyme de contamination. Guillaume Herbaut nous montre une ville qui nous absorbe tout entière dans son histoire, histoire qui est celle d'un quotidien où tout semble intouchable, comme irréel. Seul un indice permet de se raccrocher à la réalité: l'indication du taux de radioactivité donné par le micro-rem.


  • on y circule, on y vit, on y travaille, on s'y expose, on s'y bouscule, on s'y cogne : innombrables pratiques qui se croisent et s'interceptent, faisant de la rue un lieu de rencontres et de conflits! et dans toutes les villes du monde, les mêmes questions : à quoi et à qui servent les rues? a qui appartiennent-elles? qui décide, contrôle, surveille ? comment concilier toutes les vitesses, les modes de déplacement, les besoins des habitants et ceux des passants, des commerçants.
    ? comment les rendre lisibles, fluides, conviviales? jusqu'oú la publicité, le business, la liberté d'expression, l'art peuvent-ils s'y déployer, s'en emparer?
    approche historique, réflexion sociologique, architecturale et urbanistique, gouvernance de la rue, rues médias. à l'occasion de l'exposition réalisée par l'institut pour la ville en mouvement, experts et projets empruntés à une cinquantaine de villes du monde dessinent des perspectives pour les rues du xxie siècle.


  • 140 piles

    Oxmo Puccino

    En cent quarante signes pile, Oxmo Puccino s'adresse chaque jour à ses 200 000 followers, qu'il appelle ses flowers. Sous nos yeux se fabriquent les vers et le verbe d'un poète. D'une ville et d'un concert à l'autre, voici des haïkus digitaux ou des chargeurs d'énergie quotidiens, autant que le journal poétique d'un artiste lumineux, qui tweete comme une Jules Renard de son siècle.

  • Un récit andalou inspiré par la rencontre réelle du grand rejoneador avec Ava Gardner.

    Inspiré par sa rencontre avec Ava Gardner, Angel Peralta raconte ici l'histoire éternelle de la rencontre d'un vacher et d'une Princesse.
    Mais ici tout est dans les silences, silences des hommes, silences de la terre. Car dans les marais du Guadalquivir règne un silence seulement brisé par les clameurs de la mer, des colverts, par le hennissement des chevaux, le beuglement des taureaux qui s'estompent avec le jour.
    Ainsi commence un récit écrit comme pour un film qu'aurait pu interpréter la star hollywoodienne.
    Une histoire de contrastes, entre l'homme de la ville et ses costumes raffinés, si différents des habits frustres du cavalier campo. Entre la parole des uns et les silences des autres. Entre l'exigence de la terre et le confort du monde moderne.
    C'est, tout en pudeur, l'histoire universelle d'un amour impossible.

  • Après le succès de Fous de feria, Antoine Martin se penche avec humour sur la tradition camarguaise.

    Il y a dix ans, Antoine Martin écrivait Fous de Feria, un recueil de nouvelles autour de la corrida et de l'univers tauromachique.
    La série se poursuit avec Fous de Fêtes Votives, où l'on retrouve y l'humour décalé, l'écriture ciselée et le ton attendri pour un univers qu'affectionne tant son auteur.
    Il y a une vie de fête et d'observation dans cette retranscription des ambiances des villes et villages autour des terres camarguaises.
    Fous de Fêtes Votives reprend le principe de Fous de Feria : même format en deux parties tête-bêche, un abécédaire pour moitié, et l'autre composée de nouvelles aux tires évocateurs (Vadémécum de la bagarre, Saint Jean de la Croix avant l'apéro, Alors on danse), une couverture à double entrée et l'illustration des textes par des dessins et un graphisme soignés.
    Si Arnaud Fayet succède à Michéa Jacobi pour les illustrations, le graphisme du livre et des lettrines de l'abécédaire sont toujours signés par Ève André.

  • John Cale est, avec Lou Reed, le fondateur du groupe mythique The Velvet Underground. Il a ensuite mené une carrière solo riche de succès et de collaborations prestigieuses (Brian Eno, Nico, Roxy Music...) et produit de nombreux artistes fondateurs de la musique rock (Patti Smith, The Stooges, Siouxsie & the Banshees...) puis expérimentale. Cette autobiographie, écrite avec l'aide de Victor Bockris, un des plus grands analystes du rock et biographe de nombreux artistes, est le récit unique d'une vie dans le rock'n'roll, enrichi de paroles de chansons et de photos exclusives.L'ouvrage, grand format, est maquetté et illustré par Dave McKean, un des plus grands artistes visuels de sa génération, à qui l'on doit notamment le film Morrormask et le roman graphique Violent Cases (paru au Diable vauvert). L'autobiographie de John Cale, c'est What's Welsh for Zen (« C'est quoi le mot gallois pour zen ? ») : entre le témoignage rock et le livre d'art, une pièce unique dans le corpus des livres musicaux.

empty