Anabet

  • Etre journaliste dans la presse people, c'est suivre pas à pas Moundir (Koh Lanta), Laly (Secret Story 1), Marylin (Secret Story 2), Harry (Ile de la tentation), Paris Hilton, Mickael Vendetta (la Ferme Célébrités) et tous les autres.
    C'est devenir un vrai junkie de la moindre sexe tape en ligne. Ne faut-il pas que la presse people soit aussi toxique qu'une drogue pour que les journalistes qui la fabriquent y deviennent plus accros que leurs lecteurs ? L'auteure, consciente de piéger des millions de lecteurs tous les mois, effrayée par les répercussions de son travail sur sa propre vie, témoigne de son addiction et raconte la presse people la plus extrême.

  • Dans les médias, la notoriété se négocie âprement. Il y a foule pour les soirées VIP et de nombreux candidats aux castings des émissions de télévision. Les prétendants
    sont nombreux, affamés. Désormais, l'incontournable formule riches et célèbres a retourné sa veste : soyez d'abord célèbres pour devenir riches ensuite. Mais le chemin qui transforme une vie quotidienne en événements monnayables n'est pas le fruit du hasard. Passionner la presse à l'occasion de l'achat d'une brosse à dents, ou de la sortie de son nourrisson au parc, est un art qui nécessite quelques apprentissages. Un art que s'apprête à exercer l'auteur de ce récit avec toute la force de conviction des inconnus. Inspiré de faits réels, c'est l'histoire d'un idéal écrit en trois mots : TOUT sauf anonyme !

  • La valeur d'usure

    Emmanuel Loi

    Ce livre a pour seule ambition de contrer, d'armer une position critique.

    La recherche éperdue d'entraves nous fait vivre, dit-on, et idolâtrer la survie.
    La liberté est inaliénable. La condition humaine ne peut se réduire à des prestations de service sur la forme personnalisée de la convention du cadre commun.
    Comment préciser et identifier notre part ? Comment trouvons-nous notre compte ?
    Qui nous impose des représentations à condamner, maudire ou reproduire ce qui symbolise notre contention (le droit, la santé, la langue, le territoire) ? Qui ? Lequel d'entre nous ne pactise pas avec ce qui le soumet ?
    Personne et tout le monde.
    Et les fers, la tutelle, les micros ? Que nous inspirent-ils ?
    Dites le fond de votre pensée même si vous n'en avez pas.
    Dites-le. Prenez la parole comme elle s'est éprise de votre consentement inavouable.

  • Le 25 mars 2010, à l'occasion de la première journée mondiale de la procrastination, un appel a été lancé à tous ceux qui maîtrisent l'art de remettre au lendemain ce qu'ils pourraient faire le jour même.
    Il est possible d'exister et de s'acquitter de ses tâches sans devenir un maniaque de l'optimisation. Imaginez une journée consacrée à vos choix, l'occasion unique de faire valoir avec humour vos talents. Entre les manuels de gestion du temps et les éloges de la paresse, voici une étude brillante et hilarante d'un nouveau mode de vie, la procrastination. Ni trop théorique ni trop pratique, Demain c'est bien aussi nous montre comment adapter le monde extérieur à nos capacités d'organisation limitées.
    Il est aujourd'hui le guide de référence des procrastinateurs dont vous pouvez retrouver les témoignages sur le site www.demaincestbienaussi.com.

  • Et si la libération de la femme n'était rien d'autre qu'une imposture ? Un bon produit au service de sociétés dominées par le masculin ? Ou une parenthèse en train de se refermer ? Car depuis des temps immémoriaux, la domination masculine est la règle. Et si la femme fait évidemment partie de l'humanité, on peut se demander quelle a été et quelle sera sa place demain ? Droit de vote, instruction, contraception, avortement, jamais les femmes n'ont obtenu autant de libertés. Seulement au XXe siècle. Seulement en Occident. Et ces libertés, par leurs limites dans le temps et l'espace, induisent une controverse fondamentale : pourquoi est-ce que cela durerait ? Ce livre pose les jalons d'une question vitale qui interroge l'Homme sur sa liberté et son humanité. Elle est posée à toutes les femmes et à tous les hommes que les femmes intéressent.

    Muriel Romana, formée à Sciences-Po, est écrivain et scénariste. Elle a écrit plusieurs romans aux éditions Calmann-Lévy (La caravane de Venise, Au-delà de la Grande Muraille, Le Tigre des mers), traduits dans plus de trente pays (notamment en Chine, en Corée, en Espagne, en République tchèque, en Slovénie, au Portugal, en Slovaquie, en Hongrie et en Amérique Latine). Elle a contribué à l'écriture et à la production de nombreux films de cinéma (1492 Christophe Colomb, En plein coeur, Casino, Les rivières pourpres, Vatel, Le pacte du silence...) et de télévision (Nestor Burma, L'amour assassin, Quai n°1, Avocats et associés). Elle participe régulièrement à des jurys de scénarios et collabore à la revue «Histoire Médiévale».

  • Un journal de bord écrit à la première personne, tantôt caustique, tantôt mélancolique dans lequel l'auteure narre ses tribulations sur les sites de rencontres. Ecrivain, journaliste, cette femme d'une quarantaine d'années n'épargne personne, pas plus les hommes qu'elle-même, dans ses faiblesses, ses engouements drolatiques et ses pathétiques chagrins, n'oubliant toutefois jamais qu'il s'agit d'un jeu, d'une carte du Tendre contemporaine dont il lui
    faudra progressivement décrypter les règles changeantes. Derrière l'échange des mails, les « chats », les rencontres manquées et les aventures érotiques compulsives, se dessinent en creux les désirs d'une société qui n'ayant plus le temps d'aimer, accélère le tempo et suscite de nouveaux désordres amoureux.

empty