Geneviève Damas

  • Jacky

    Geneviève Damas

    Ibrahim Bentaieb, jeune Belge d'origine marocaine, fiché S, doit réaliser un mémoire de fin de lycée sur un sujet de société. Mais il est en décrochage scolaire et décide de jeter l'éponge, quitte à redoubler. Cependant son professeur veut à tout prix qu'il s'en sorte : « Choisis un sujet qui t'intéresse, peu importe ce que ce sera. » Ibrahim décide alors de consacrer son travail à Jacky, rencontré quelques mois plus tôt lors d'un atelier interécoles ; il venait de Beth-Yaldout, un lycée juif des quartiers chics de Bruxelles.
    Geneviève Damas réunit ici avec justesse et émotion deux mondes en apparence irréconciliables.

  • Patricia

    Geneviève Damas

    Au Canada, Jean Iritimbi, un Centrafricain sans papiers, rencontre, dans l'hôtel où il travaille au noir, Patricia, une cliente blanche qui s'éprend de lui. Pour le ramener avec elle à Paris, elle vole le passeport d'un Afro-Américain. Mais Jean Iritimbi n'a pas dit à Patricia qu'il a une famille au pays, une femme et deux filles. Il apprend en les appelant qu'elles sont en route pour le rejoindre. Hélas, le bateau qui les transporte fait naufrage. On annonce peu de survivants.

    À partir d'une des tragédies de notre actualité, l'auteur a composé un roman bref d'une étonnante densité. C'est un texte à plusieurs voix, finement documenté et d'une grande émotion. Les trois personnages principaux parlent à tour de rôle, d'une voix juste, portée par une écriture orale et simple. Cette polyphonie offre une vision originale et sensible du drame des migrants.

  • Il lui avait dit, son père, de ne jamais passer la rivière. À dix-sept ans, François se souvient encore de la mise en garde paternelle, alors qu'il était haut comme trois pommes. Il a grandi dans une ferme, où il a trouvé pour confidents Oscar et Hyménée, deux cochons, ses amis. Dernier d'une fratrie de cinq enfants, il voit bien qu'il ne ressemble pas aux autres. Il se demande pourquoi son père lui a fait jurer de ne jamais franchir la rivière, pourquoi il n'a pas connu sa mère, pourquoi sa soeur est partie de l'autre côté. À la recherche de réponses, il se lie d'amitié avec plusieurs villageois. Grâce à eux il découvrira le mystère de ses origines et la personne par qui tout a commencé. L'accession d'un être à la conscience de soi, le rôle providentiel des figures maternelles ou encore la place essentielle de la culture et de la littérature... autant de thèmes que l'auteur aborde, dans ce premier roman, avec profondeur et sensibilité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bluebird

    Geneviève Damas

    Juliette, ou Bluebird, ainsi que l'a surnommée son jeune amoureux de passage, ne va plus au lycée. Elle a coupé les ponts avec ses parents pour aller vivre chez sa grand-mère. Officiellement, elle a contracté une maladie infectieuse. La réalité, que l'adolescente n'a pu admettre à temps, que son corps même lui a cachée, est tout autre : elle est enceinte. Garder le bébé, le confier, le «donner» en adoption, tel est désormais le choix qui s'impose à elle.
    Dans une longue lettre adressée à l'enfant à naître, la toute jeune femme exprime avec une rare justesse ses peurs, ses rêves et sa fragilité au long de ce cheminement incertain.

  • Monsieur andre

    Geneviève Damas

    • Weyrich
    • 24 Avril 2018
    Ajouter au panier
    En stock
  • C'est l'histoire d'une femme de quarante ans qui a consacré toute son énergie à sa famille - elle a deux enfants - et qui voit son mari partir en scooter pour une plus jeune de quinze ans, aux jambes interminables et aux seins généreux. C'est l'histoire d'une femme qui a du mal à avaler ça et qui veut donner une sacrée leçon à son mari en cherchant un mafieux albanais pour arranger le portrait de l'homme qu'elle a tant aimé. Finalement, elle se plonge dans les manuels de psychologie et, découvrant les théories de Paul Watzlawick, décide de faire justice elle-même. C'est l'histoire d'une femme pas déprimée du tout qui va rendre inpossible la vie du fugueur en scooter. Un monologue drôle, cruel et déjanté évoquant la colère intérieure, le désir de vengeance, et la faculté de sublimer les émotions les plus profondes.

  • Molly a velo

    Geneviève Damas

    • Lansman
    • 8 Janvier 2009

    Quand on se nomme Molly Savard, qu'on est née à Saint-Péravy-la-Colombe, qu'on porte le même prénom que sa tante morte très jeune après avoir mangé des champignons ramassés avec l'école, que tout l'avenir qu'on imagine pour vous c'est un BEP vente-action marchande, que votre père a une fâcheuse tendance à vous comparer à la plus jeune fille du Général de Gaulle... il faut trouver le moyen de partir, sans pour autant couper tout à fait les ponts. C'est à vélo que Molly prendra son envol, par le plus grand hasard. Mais ne dit-on pas qu'il fait particulièrement bien les choses ?

  • Molly

    Geneviève Damas

    • Lansman
    • 14 Septembre 2020

    Quand on se nomme Molly Savard, qu'on est née dans une petite ville de province et que l'ambition de votre entourage se limite pour vous à un diplôme de "vendeuse", il faut beaucoup de volonté pour sortir de cette routine toute tracée. C'est à vélo que Molly prendra son envol par le plus grand hasard. Elle va ainsi gravir un à un les échelons menant vers les sommets du cyclisme tout en restant très attachée à ses origines, à ses proches.
    Tout pourrait donc être pour le mieux dans le meilleur des mondes si, un matin, elle ne recevait un appel de son entraîneur : il a reçu les résultats du contrôle inopiné effectué avant le championnat du monde... et Molly est "positive". Le ciel lui tombe sur la tête. Comment et avec qui va-t-elle affronter cette nouvelle épreuve ? Aura-t-elle le courage de se battre ? Dépitée et sûre de sa bonne foi, elle prend ses distances en attendant la sanction et s'engage au service d'une vieille châtelaine passablement rebelle.
    En fera-t-elle une alliée ?

  • Quel est le secret d'Anita Beauthier ? Sa vie de grande bourgeoise lyonnaise, réglée comme un métronome où rien n'est laissé au hasard, comme en témoigne son agenda rempli de choses à faire, tenir une maison, s'occuper de deux grands enfants, faire du shopping, voir ses amies, participer à un club de lecture, va peu à peu se déconstruire sous nos yeux. Il aura suffi d'une confidence de son fils, qui lui apprend qu'il aime un garçon, pour que son univers s'écroule. Vulnérable- on comprend qu'elle souffre de troubles bi-polaires- elle décide de se libérer de la camisole chimique qui, depuis longtemps, lui permet de renvoyer aux autres l'image d'une femme heureuse. Très vite, livrée à elle-même, elle ne contrôle plus rien et l'immense solitude dans laquelle elle se trouve la submerge d'un seul coup. Mais la confusion qui s'installe alors dans sa vie apporte avec elle une vraie lucidité. Que vaut l'apparente sécurité d'une famille lorsque les vraies blessures se font jour et que le hasard place sur votre chemin des inconnus qui, dans leur étrangeté, finissent par prendre une place plus importante vos proches ?

    Rien ne prédestinait Anita Beauthier à rencontrer Nourredine, élève en décrochage dans un collège de la ville et à lier avec lui une relation faite de tendresse et de protection. Rien ne laissait penser non plus que Simon, beau-frère d'Anita et homme solitaire et taciturne rencontrerait Nathalie, la voisine d'Anita, abandonnée et trahie par son mari.

    Histoire d'un bonheur est l'histoire de toutes ces rencontres improbables mais porteuses de vraies questions comme, qu'est ce que le bonheur ? Comment se libérer des conventions d'une vie toute tracée pour découvrir, peut-être, son propre chemin.

    Geneviève Damas, dans ce roman choral, où chacun des personnages prend la parole et donne sa version de l'histoire, nous donne à lire une réflexion roborative, sur la vraie recherche de soi. C'est aussi un livre extrêmement drôle- on rit beaucoup- où elle s'attaque avec humour à tous les apriori et les clichés de notre société.

  • King René and Queen irene are desperate because they cannot have a child until, finally, they give birth to a little princesse. Bad luck: she is nasty and grumpy ! But it is too late : if we change her character, the title of the play will have to be changed too ! And the writer does not want it. Then... we must make do with it.

  • Rêves, peurs, projets, envies. Avoir 18 ans, et l'avenir devant soi. Un moment particulier que tente de capter la photographe de talent qu'est Anne-Catherine Chevalier. Au prisme sensible de son appareil se joint la plume délicate de Geneviève Damas. Un ensemble de 50 portraits exceptionnels.
    Les photographies tirées du livre seront exposées au Hangar du 12/09/2019 au 26/10/2019. Place du Châtelain, 18 - 1050 Bruxelles.

  • Mamynell,  de filipson à nos pilifs Nouv.

    Ce livre retrace le parcours hors du commun d'Emilienne Seiler, dite Nelly Filipson, qui fonda, en 1971, le centre Nos Pilifs une structure novatrice dédiée aux enfants en situation de handicap mental dans le nord de Bruxelles.

  • Par l'auteure de Si tu passes la rivière, prix Rossel 2011 et Prix des Cinq Continents de la Francophonie 2012 Les bonnes manières, ce sont douze nouvelles, douze trajectoires de vie, douze points de rupture. C'est l'occasion pour Benny, Samy, Lulu et les autres de regarder les choses en face et, pourquoi pas, de prendre une trajectoire inexplorée, d'affronter ce qui fait peur et peut-être murmurer une vérité qui jamais n'a été dite.
    Dans ce recueil qui se joue parfois des convenances, l'auteure ajoute des teintes d'humour et d'ironie au ton sensible et poignant qu'on retrouvait dans Si tu passes la rivière.
    « Mais j'avais quatorze ans et c'était ma mère. J'avais quatorze ans et personne ne pouvait lui résister. Il y avait bien eu mon père, mais, depuis qu'il s'était envolé en fumée, personne n'avait réussi à lui faire entendre raison. J'ai juste tenté un "tu crois que c'est une bonne idée ?" "Bien sûr. Nous sommes de la famille tout de même." Sa réponse annonçait que tous les coups seraient permis. » Dramaturge, comédienne et metteur en scène, l'auteure Geneviève Damas vit à Bruxelles. Elle a obtenu le prix Rossel 2011 et le Prix des Cinq Continents de la Francophonie 2012 pour son premier roman, Si tu passes la rivière.

empty