Vents Sales

  • Il s'agit de la troisième enquête d'Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné. Après Flic de Papier et Fausse Note, il revisite le genre policier d'une façon nouvelle et inattendue grâce au même personnage.
    Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret.

    Un jour de septembre, 6 h 45. La pointe du Cap-Ferret est déserte. Les touristes ont décampé et les rares sédentaires ne se risquent pas si tôt face à un océan d'humeur changeante. Alors que fait là cette silhouette immobile perdue au milieu des blockhaus ? Qu'attend-elle, cette jeune femme?

    Cela m'interpelle, moi, Anselme Viloc, le « flic de papier ». En règle générale je fuis les enquêtes ordinaires, j'ai le don de dénicher le grain de sable qui grippe les belles mécaniques assassines. Je ne lâche aucune affaire !

    La guerre et les bâtisseurs du mur de l'Atlantique, un enfant et un chat, autant d'indices à prendre en compte.

    De Bouliac à la Chalosse, d'Arcachon àAndernos, Marie, Clémence, Marina... trois générations d'une même famille. Noyées dans la folie...

  • À deux pas des Invalides, lors d'un banal contrôle routier, Grégoire Janot, l'ennemi public numéro un, est interpellé. Antoine Desade, le célèbre acteur, l'ami du ministre de l'Intérieur, se fait agresser...

    Réputé le plus calme de Paris, le commissariat du 7e arrondissement voit les missions urgentes s'enchaîner. La situation vire au cauchemar lorsque Janot et ses complices prennent le commissariat en otage. L'intervention de Germain, un flic sorti de nulle part, bouleverse le cours des événements.

    Le commissaire Nicolas Valmer, « patron » de permanence, confronté à une situation inédite, va être amené à explorer coulisses policières aussi terribles qu'insoupçonnables...

  • « Lucienne Berrichon, 65 ans, avait été bombardée secrétaire de direction et elle devait bicher, vu qu'à la belle époque, elle n'avait pas dépassé le grade d'adjoint administratif de 1re classe. Lulu était affublée de deux sobriquets. Le premier, adorable, faisait référence à sa coiffure, la Souris à chignon, le second plus méchant, Miss Braguette, était utilisé par les mauvaises langues qui insinuaient que l'agilité de ses doigts ne concernait pas uniquement son pianotage énergique sur sa machine à écrire. »

  • Sale temps sur le Bassin est le quatrième volet des aventures de Christophe Richard, libraire à Arcachon.
    Décembre 1973, l'achat de vieux documents concernant la base d'hydravions construite en 1917 au Cap Ferret, plonge Christophe Richard au centre d'une conspiration vieille de 60 ans. Elle entraîne notre malheureux libraire dans une succession de dangereuses aventures ponctuées de meurtres. Et si les morts étaient vivants ?

  • À quelques semaines d'élections, les meurtres de vieilles dames se succèdent dans le quartier des Chartrons. Les personnes âgées ont peur, se claquemurent. Que va-t-il ressortir des urnes ? La pression sur la PJ locale devient vive. Le commissaire Daniel Costeau, directeur des affaires criminelles, sombre dans la folie tandis que sa patronne, la contrôleuse générale Martine Horert, assiste impuissante à la déchéance de son subordonné.
    Toutes les victimes ont travaillé à la maternité des Chartrons fermée depuis plus de vingt-cinq ans. Les langues se délient. On parle de trafic d'enfants, voire pire...
    Plus qu'un polar, ce roman se révèle une véritable plongée dans les rouages de l'hôtel de police de Bordeaux. On se retrouve confronté à la psychologie des policiers avec leurs angoisses, leurs souffrances, leurs doutes.

  • Sexa

    Patrice Vergès

    Abandonnée par son mari, licenciée par son employeur, à 57 ans, Sylvie se cogne dans une existence trop étriquée. La découverte de sa propre adresse sur le GPS de la voiture d'occasion récemment achetée, va l'entraîner à rechercher sa précédente propriétaire.
    En la retrouvant, Sylvie pousse les portes de l'enfer. Plongée dans un trafic d'organes humains organisé par une filière moldave, en risquant sa vie, Sylvie va se révéler et donner un véritable sens à son existence à l'aube de la soixantaine.

  • La jalousie est un sentiment destructeur. Le capitaine de police bordelais, Jean-Louis Boccara, va le vérifier. Trahi par la femme qu'il aime, il plonge dans une terrible spirale vengeresse. Dès qu'il apprend que son rival en amour, Jérémie Foril, pourrait être l'assassin d'une jeune femme sur une berge de la Garonne, à Bordeaux, il déploie toute son énergie à le faire condamner.
    Foril nie mais est lourdement condamné. Il va, à son tour, être dévoré par la haine.
    Débute un implacable mano a mano - de la centrale de l'île-de-Ré aux Pyrénées, plus rouges que blanches -, sous les yeux d'un commissaire dépassé par les événements. Qui gagnera ?
    Le flic asocial et frustré ou l'ange pervers qui tire les ficelles de sa cellule ? Attention aux pronostics : le Mal n'est jamais aussi à l'aise que quand il se déguise en Bien.

  • Sur le Bassin d'Arcachon, qu'un événement dramatique a transformé en Baie d'Arcachon, la construction d'un port digne d'un roman de Jules Verne déchaîne les passions des autochtones, au caractère bien trempé.
    Sabotages ? Accidents ? Meurtres ? La vie de la Baie n'est pas un long fleuve tranquille.
    « C'est au fond du Bassin que le démon a déposé les armes, tout le long de la côte d'Arès à Biganos, comme une immense décharge à ciel ouvert. Gisent pêle-mêle, entassés, enchevêtrés en haut des plages, des planches, des piquets, des poutres.
    Les bateaux de plaisance ou d'ostréiculteurs par endroit empilés les uns sur les autres, parfois même l'étrave fichée dans le sable, plantés comme des asperges de mer. »

  • En pleine grève des éboueurs, un tueur sévit dans les rues de Bordeaux. L'enquête est confiée au capitaine Duval et au lieutenant Absil.
    Mais qui se cache derrière le « tueur à la cordelette » ?
    Entre faux-semblants, mensonges et double jeu, les masques finiront par tomber.
    « Je regarde, amusé, le reportage de BFMTV sur les meurtres que j'ai commis... «Certitude qu'il va être pris»... «Tout sera fait pour garantir la sécurité des Bordelais», martèle un des journalistes...
    Tu parles !
    Je me délecte de ce petit jeu du chat et de la souris... sauf que, sous mon déguisement de gentil félin, je suis un immonde rat, et vous ne me voyez pas... J'adore ça ! »

empty