Entreprise, économie & droit

  • Comment en sommes-nous arrivés à ne plus croire au système sociétal français et encore moins à nos représentants politiques ? Peut-on encore avancer des concepts, des propositions sur l'organisation du « vivre ensemble », de la cité, de la « polis » au sens grec, sans risquer d'être qualifié de « politicien » ?
    L'auteur, issu de la société civile française, propose un certain nombre d'idées et de suggestions innovantes ou peu exploitées, selon une démarche participative à la « vie politique », neutre et constructive, dénuée d'idéologie.
    Essai critique grand public sur les situations économiques, sociales et politiques de la France en ce début du XXIe siècle, cet ouvrage présente des propositions organisées autour de programmes couvrant tous les sujets de société.
    Outre le fait de proposer, l'objectif de cet ouvrage est aussi de déclencher un débat d'idées et une remise en question du système sociétal, ébranlé graduellement par la révolution technologique et la mondialisation, sujets capitaux qui semblent ne pas avoir été analysés et intégrés dans la gestion de notre pays.
    Cet essai est aussi une source de réflexion personnelle destinée à la classe politique, décisionnaire de l'intérêt national, de nos intérêts, réels et concrets, alors même que ses membres, dans la majorité des cas, n'ont pas expérimenté la pratique du monde réel.

  • Monique est persuadée qu'elle est trop vieille. À 52 ans, elle ne trouvera plus de travail.
    Michel n'en peut plus du poste qu'il occupe dans cette "boîte" à Paris. Il rêve d'une autre vie.
    Cela fait un an que Tania recherche activement du travail en tant qu'ingénieur BTP. Il va falloir employer les grands moyens, les démarches classiques restant lettres mortes.
    À 22 ans, Dominique est "à quoi bontiste". Rien ne sert à rien. Ses études ? Elles ne servent à rien. C'est un véritable S.O.S. que m'adresse sa maman.
    Laurence obtient assez facilement des entretiens. Mais elle les rate les uns après les autres. Elle aimerait comprendre pourquoi. Elle doit absolument se trouver un job, c'est urgent.
    Guillain ne supporte plus son boulot ; mais voilà, sa femme ne veut pas entendre parler de changement. Cela la stresse. Elle est insécurisée. "C'est pas le moment" dit-elle.
    Et tant d'autres.

    Ce livre est un hommage à ces hommes et femmes qui, avec courage, détermination ont tous pu accéder rapidement à un emploi qui leur plaisait, grâce à des prises de conscience, des changements de comportement, des efforts toujours, et des prises de risques. Ils ont utilisé leurs propres ressources pour trouver leurs propres solutions. De survie, ils ont repassé à la Vie. Quel soulagement !

  • Pour une anthropologie économique est un plaidoyer en faveur d'un renouveau de l'enseignement de l'économie politique qui fasse toute sa place à l'histoire, à la société et à l'écologie. L'homme économique n'est pas un homo oeconomicus. Il est complexe et divers : propriétaire, entrepreneur, travailleur, habitant et consommateur. Il n'est pas seulement guidé par la rationalité étroite de son intérêt matériel à court terme. Ses motivations sont plus complexes et plus évolutives, car elles s'enracinent dans des implications dans la société environnante. L'homme économique s'inscrit aussi dans une histoire longue, qui aujourd'hui est celle d'une délicate transition démographique, énergétique et climatique qui engage l'avenir de notre humanité...

  • Révoltons-nous !

    Pierre Balvet

    • Melibee
    • 5 Septembre 2012

    Tout va mal, très mal.
    Ce qui nous est offert, c'est seulement l'austérité la rigueur, la récession, le chômage, l'insécurité, la misère.
    La Grèce au tapis, l'Europe bientôt en pièces et nombre d'entre nous d'ores et déjà aux abois.
    VOUS qui n'êtes en rien responsables de cette faillite, réagissez avec moi.
    Faisons front, trouvons ensemble des solutions équitables et pérennes pour éradiquer la Crise. Unissons-nous et sortons la tête haute de l'impasse dans laquelle l'Économie Néolibérale nous a fourvoyés à notre insu.

    « Pendant toute ma vie professionnelle, une vie somme toute assez contrastée, d'abord foreur dans les pétroles puis visiteur médical, vendeur de matériel agricole et enfin artisan, de même que pendant toute ma vie affective, deux fois marié et bientôt deux fois divorcé, paternité de trois garçons et participation à l'éducation des deux filles de ma seconde épouse, j'ai eu maintes fois l'occasion de porter des jugements sur les autres. et sur moi-même. J'en ai conclu qu'il n'y avait entre les individus aucun dialogue possible s'ils n'étaient les uns et les autres totalement honnêtes intellectuellement ».

  • Une vie d'expert

    Jean Farge

    • Melibee
    • 23 Mars 2012

    L'expertise judiciaire n'est jamais une partie de plaisir, pourtant Jean Farge vous ramène avec humour dans l'univers complexe des justiciables !

    Il va d'anecdotes en anecdotes parfois drôles, souvent dures et difficiles mais toujours jubilatoires et authentiques. Il est le témoin de quarante ans d'évolution de la société confrontée à ses propres contradictions qui génèrent les conflits. Il tente de régler ces conflits à son niveau par le simple bon sens et son expérience de l'âme humaine qui est finalement toujours la même quelles que soient les générations ou les civilisations.

    Ce recueil vous amusera ou vous choquera c'est selon, mais ne vous laissera pas indifférent, à vous d'en juger !

  • La crise financière de 2008, en provenance des Etats-Unis se traduit actuellement, en Europe, avant tout, par une crise de la dette souveraine sans précédent. Les Etats de la zone Euro, placés sous la pression constante des marchés financiers sont sommés de réduire leurs dépenses et d'accroître leurs rentrées fiscales pour rétablir l'équilibre de leurs comptes.
    Cette politique d'austérité, qui est pratiquée d'ailleurs avec plus ou moins zèle selon les pays, ne peut avoir pour conséquence que de ralentir l'activité économique nationale et par là de réduire les rentrées budgétaires du pays concerné. L'équilibre souhaité n'est donc pas imminent.
    La dette des Etats ne peut pas être prise en charge par la Banque Centrale Européenne, à qui il est interdit de consentir des prêts directement aux Etats, contrairement à ce qui se fait dans d'autres pays et notamment aux Etats-Unis. Avant toute possibilité de ce genre, et cela est posé comme une condition préalable, il conviendrait que les pays les plus endettés réalisent une réforme structurelle profonde de leur économie et de leurs finances de façon à restaurer leur compétitivité. C'est dire que la solution n'est pas pour demain.

  • La société est un vaste système soigneusement organisé qui produit et en même temps distribue : ainsi se fait la répartition sociale entre les différentes parties prenantes qui estiment avoir un droit de tirage sur les biens produits.
    Mais l'État a dû intervenir très tôt pour modifier cette répartition qui laissait au bord du chemin nombre de citoyens qui, bien que n'ayant pu participer à la production des richesses, n'en avaient pas moins des besoins aussi impérieux que les autres.
    De sorte que de nos jours et pour des parts égales, nous pouvons considérer qu'il existe deux systèmes de répartition : le marché, au travers de la rémunération des transactions dont il est le support, et la puissance publique (État, Organismes sociaux) qui, comme une immense pompe, aspire et refoule la moitié du revenu national.
    En outre, une innovation s'est produite au cours de ces dernières années, marquées par le développement de la finance, laquelle représente également une source de revenus non négligeables. Il s'agit des profits de la spéculation qui n'obéissent à aucune norme sociale.
    Le problème de la répartition est donc devenu un problème majeur dans nos sociétés. Il représente une source de conflits permanents. On peut dire qu'une société apaisée serait une société dans laquelle existerait un vrai consensus sur la manière dont les revenus sont répartis entre les citoyens. Nous n'en sommes pas là.

  • La crise économique et financière que nous traversons est d'abord une crise de la pensée politique et économique post années quatre-vingt : préférer la jouissance au présent en hypothéquant l'avenir. Cette philosophie a créé une cyclothymie des marchés financiers qui handicape l'économie dans sa globalité, fragilise les plus faibles (retraités, salariés précaires, etc.) et asphyxie l'Etat.
    L'analyse approfondie de l'innovation financière au cours des deux dernières décennies (proposée dans la première partie de ce livre) montre que cette mondialisation a profité de cette nouvelle pensée pour leurrer la majorité au bénéfice d'une minorité initiée. Cependant, la mondialisation peut être bénéfique pour la majorité et les marchés financiers peuvent contribuer à l'amélioration du niveau de vie du plus grand nombre. Pour cela, il est nécessaire de stopper la spirale des bulles spéculatives (et surtout celle qui règne actuellement : la Bulle Geithner). Il est urgent de mettre en oeuvre une réelle refonte de la régulation et redéfinir les rôles de l'Etat et du marché, sur la base d'un rééquilibrage entre la jouissance au présent et le risque pris à long terme. Ces réformes (proposées dans la seconde partie de ce livre) sont réellement urgentes et nécessaires puisque cette philosophie économique pourrait transformer les institutions financières en zombie, les Etats feraient faillites et nous devrions faire face, comme le Japon, à vingt ans de marasme économique et de déflation dans la quasi-totalité des économies développées.

    Driss LAMRANI est Ingénieur de l'Ecole Centrale Paris. Il a été pendant dix ans banquier, opérateur de marché et analyste financier au sein de divers établissements bancaires. Il a participé à plusieurs ouvrages, en tant que spécialiste des opérations de marché, sur l'interaction entre les marchés financiers et l'économie réelle et les problématiques de financement des retraites. Il est actuellement consultant en gestion des risques.
    Ses expériences professionnelles, lui ont offert une opportunité unique pour décrypter l'innovation financière et analyser les conséquences négatives de la « financiarisation » de l'économie et du recul du rôle de l'Etat. Il propose dans ce livre certaines réformes nécessaires pour rétablir les équilibres entre le marché et l'Etat pour une meilleure justice sociale.

  • Comment la fonction publique territoriale peut-elle parfois amener ses cadres à l'escroquerie citoyenne?
    Comment peut-on être transporté du jour au lendemain dans une rocambolesque procédure judiciaire, lorsqu'on est agent de service public?
    Comment s'opposer aux errements de la fonction publique sans prendre le risque d'être excommunié par la grande famille des planqués?

    Isabelle Chaumard, cadre au Conseil Général d'un département rural pendant 7 ans, témoigne. Dénonçant les abus de pouvoir et négligences ainsi que leurs conséquences sur la population, elle se voit aujourd'hui placée au rang des accusés, défendue par le très médiatique Gilbert COLLARD.

    Ce récit surprenant lève le voile sur l'omerta politique et les pressions subies par certains fonctionnaires. Après 7 ans de bons et loyaux services, le 30 juin 2011 à 6h15, la gendarmerie fait irruption à son domicile.
    Renvoyée par deux fois, l'audience s'est tenue le 13 novembre 2012...

  • Plus que jamais, les managers se bercent aujourd'hui de dangereuses illusions : « l'entreprise est une jungle », « la morale n'y a pas sa place », et quiconque tenterait de se montrer honnête serait voué à l'échec !
    Il est temps de rompre avec cette dynamique de la défiance et avec l'environnement professionnel délétère qui en découle inéluctablement. Il est temps de prendre conscience que l'intégrité au travail n'est pas une faiblesse, mais une force, n'est pas un boulet, mais un véritable accélérateur de carrière. Un manager intègre récoltera les fruits d'une heureuse alchimie entre qualités techniques et qualités humaines.

  • Eux qui sont amenés à parler en public n'ont généralement qu'une seule crainte : ne pas être à la hauteur.

    Devoir s'exprimer lors d'une réunion, d'un entretien, d'une réception ou devant les médias, suscite une anxiété, parfois même une angoisse, difficiles à dominer. Cette appréhension, bien légitime, ne doit pas faire oublier que l'essentiel n'est pas là. S'adresser à un auditoire, c'est d'abord vouloir le convaincre. Ce doit être l'unique obsession.

    Il existe de nombreuses recettes pour perfectionner son talent d'orateur ; elles sont utiles, certes, mais l'aisance ne sert à rien si elle n'est pas mise au service d'une technique efficace.

    Ce livre propose de nombreux conseils pour parvenir à capter et maintenir l'attention d'un auditoire. Il apporte une réponse aux questions que nous nous sommes tous un jour posées : comment surmonter son trac ? Comment tirer le meilleur parti de sa gestuelle ? Comment poser sa voix ? Comment prendre confiance en soi et gagner celle des autres ?

    Prendre la parole ne doit plus être une épreuve insurmontable. Il faut au contraire parvenir à y trouver un certain plaisir et. apprendre à le faire partager.

  • Cet ouvrage a pour ambition d'actualiser la réflexion monétaire. Sous quatre hypothèses - dites de la « monnaie endogène » - la théorie quantitative de la monnaie se présente comme un outil analytique de premier ordre pour l'anthropologie économique. Les conclusions de L'Hypothèse d'endogénéité de la vitesse de la monnaie permettent de mieux évaluer et comprendre les processus de la production et de la répartition au sein des économies capitalistes modernes.
    Avec ses travaux, Mbang Ngarpen MONTOLNGAR propose une nouvelle donne économique, un nouveau cadre théorique pour de nouvelles perspectives pratiques. Prenant le contre-pied des discours dominants, le modèle de l'auteur remet en question les postulats et conséquences des critères de Maastricht et réhabilite la politique monétaire. De par ses effets macroéconomiques et sectoriels, c'est elle qui conduira à un modèle de croissance et d'emploi.

  • Selon certains, le Marxisme serait mort et le Catholicisme en voie de le devenir. Au terme d'un siècle de drames, de guerres et de dictatures, où ils ont joué un rôle, il semble pourtant nécessaire, avant tout diagnostic prématuré, de confronter les analyses respectives du monde contemporain, menées à la fois par le penseur marxiste Antonio Gramsci et par les enseignements pontificaux successifs. Il convient à cet effet de se demander comment des axiomes radicalement opposés peuvent pourtant conduire à des espérances convergentes, simultanément tendues vers un objectif lointain, voire infiniment lointain.

  • Que vous soyez étudiant, médecin, enseignant, ouvrier, ingénieur, entrepreneur ou que vous occupiez toute autre profession, vous avez été probablement confronté au secteur de la finance de marché, que ce soit à travers des films sur les fameux traders de Wall Street ou de la City de Londres, ou encore à travers des chaînes télévisées évoquant les impacts des crises financières. Grâce à ce livre rédigé avec un langage simplifié, agrémenté d'illustrations et adressé au grand public, vous allez enfin déchiffrer et maîtriser les concepts de base de finance de marché.
    Qui sont les différents acteurs ? Comment la technologie a transformé ce secteur ? Quels ont été les facteurs qui ont déclenché les trois dernières crises financières et quels éléments pourraient provoquer une nouvelle crise ? Comment la nouvelle régulation se répercute sur le paysage financier ? Et enfin, qu'adviendra-t-il du futur probable de ce secteur au sein d'un environnement de plus en plus concurrentiel ?

empty