Littérature traduite

  • Ce livre, écrit par le meilleur spécialiste européen sur la question, membre de l'Académie de médecine chinoise traditionnelle à Pékin, est devenu une référence. L'auteur y souligne qu'il n'y a pas une mais des médecines chinoises et que leurs fondements remontent au IIe siècle avant notre ère. Pendant mille cinq cents ans, la médecine du Yin et du Yang, d'origine métaphysique, va évoluer indépendamment de la pharmacologie. L'ère maoïste plus tard créera de toutes pièces le concept de médecine chinoise traditionnelle dans le but de faire entrer cette histoire dans un cadre proprement scientifique. Ce souci a tendu à faire passer au second plan que c'est toujours à partir de causes extramédicales que la Chine a élaboré l'essentiel de ses pratiques de soin. Le mérite de l'auteur est bien de puiser directement aux sources historiques et dans les recherches les plus récentes, démarche qui donne à cet ouvrage un caractère hautement inédit.

  • La mondialisation débouche-t-elle inévitablement sur l'uniformisation du monde ? Ou favorise-t-elle au contraire la diversité culturelle, l'émergence d'un monde fait de plusieurs mondes ? Le Mexique, qui partage 3 000 kilomètres de frontière avec les Etats-Unis, est en première ligne sur le front de la mondialisation néolibérale.
    Il est en même temps l'un des pays les plus indiens du continent américain : un dixième environ de la population, soit quelque dix millions d'individus, des milliers de communautés et plus de cinquante langues différentes. Longtemps repoussés sur les marges, convertis en curiosités touristiques, en objets d'étude ou de musée, les Indiens resurgissent avec force sur le devant de la scène. Tournant le dos au folklore, aux représentations passéistes ou misérabilistes, des acteurs sociaux, des écrivains et des artistes indiens entreprennent de sortir du silence et de forger eux-mêmes leur image.
    Du Chiapas à Los Angeles, on visitera ici quelques moments forts de ce mouvement, quelques étapes et quelques figures parmi les plus significatives : l'insurrection de la parole provoquée par le soulèvement zapatiste de 1994 au Chiapas, un mouvement de peintres dans l'Etat du Guerrero, la présence des Indiens dans la ville de Mexico, mais surtout le dynamisme culturel de la région la plus indienne du Mexique, l'Etat d'Oaxaca, et la fragile réinvention des identités parmi les immigrés dans le nord du pays et en Californie américaine.
    Ancrés dans les luttes sociales et formant des réseaux, des passeurs de culture bousculent les frontières entre art et artisanat, entre communautés, entre villes et villages, entre Indiens et non-Indiens, entre le Sud et le Nord.

empty