Fayard

  • Etre partout sans être enfermé nulle part, telle pourrait être la devise de stéphane hessel.
    Homme d'engagement et de culture, ce grand résistant devenu ambassadeur de france est avant tout un citoyen du monde. entré dans la carrière diplomatique après la seconde guerre mondiale, il fut un des pionniers de l'onu et de la déclaration universelle des droits de l'homme, dont on célèbre en 2008 le 60e anniversaire. né à berlin en 1917, fils de l'écrivain franz hessel et de helen grund - le couple anticonformiste immortalisé par le film jules et jim -, il a été de tous les combats du xxe siècle : le front populaire, la france libre, la décolonisation, le tiers-mondisme, le mendésisme, avec pour boussole un humanisme exigeant et une conscience européenne chevillée au corps.
    A quatre-vingt-dix ans, stéphane hessel reste un militant prompt à se mobiliser pour défendre la cause des sans-papiers, celle des peuples de palestine et de birmanie, ou pour lancer, aux côtés de michel rocard et d'edgar morin, un " collegium international " visant à définir une nouvelle éthique universelle de civilisation. la destinée de ce juste est aussi l'une des plus romanesques qui soient.

  • l'histoire est digne d'une légende. un petit garçon de quassabine (syrie), né près d'ougarit, où demeurent les traces de la première écriture, devient poète et choisit le nom d'un dieu païen, adonis.
    cet entretien évoque toutes les facettes du poète, ses années d'apprentissage, sa vie au liban, ses liens avec de grands poètes français comme andré du bouchet, alain bosquet, jacques prévert ou encore henri michaux. il retrace son parcours littéraire depuis la création de la revue shi'r (poésie), qui lui permit d'affirmer son génie et de contribuer à la modernisation de la poésie arabe, jusqu'à l'analyse des éléments pré-socratiques et nietzschéens de
    sa pensée. adonis rompt en effet avec le système platonicien, qui désigne le corps comme tombeau de l'âme, et rétablit le corps et la chair.
    mais on le sait aussi rebelle, poète de la révolte, et c'est en homme libre qu'il aborde également des thèmes comme l'orientalisme, la question de la femme, l'érotisme, la transgression, l'exil, la religion.
    la forme de l'entretien ne pouvait pas mieux convenir qu'à
    cet homme au contact duquel on comprend immédiatement que la pensée est, par essence, mouvement. le jeu des questions et des réponses, des arguments et des doutes bouscule alors les idées
    préconçues, les a priori, les dogmes.

    houria abdelouahed est maître de conférences à l'université paris-vii denis diderot et psychanalyste. traductrice d'adonis, elle consacre ses travaux à la question du visuel et du langage.

empty