Littérature générale

  • Antigone

    Jean Anouilh

    « L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par coeur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre. » Jean Anouilh.

  • Hamlet

    William Shakespeare

    • Eponymes
    • 12 Octobre 2009

    Le spectre du roi du Danemark apparaît à Hamlet, son fils, pour le prévenir qu'il a été assassiné par Claudius, son frère, avec la complicité implicite de la reine. Préparant sa vengeance, Hamlet simule la folie, abandonnant sa fiancée Ophélie, qui perd la raison et se noie. Dans le duel qui l'oppose au frère d'Ophélie, Hamlet est blessé par une épée empoisonnée... Version de 1933, scènes 1 à 17.

  • L'école des femmes

    Molière

    L'École des femmes est une comédie de Molière en 5 actes (comportant respectivement 4, 5, 5, 9 et 9 scènes) et en vers (1779 dont 1737 alexandrins), créée au Théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1662.

  • L'avare

    Molière

    • Eponymes
    • 19 Octobre 2009

    La version légendaire avec Pierre Vaneck, Jacques Fabri, Simone Valère, Jean Desailly, Maurice Baquet...

  • Les fourberies de Scapin

    Molière

    • Eponymes
    • 10 Décembre 2012

    Octave et Léandre apprennent que leurs pères respectifs rentrent de voyage avec la ferme intention de les marier à des inconnues. Or, l'un d'eux vient d'épouser en secret Hyacinte et l'autre a promis le mariage à une jeune bohémienne. Que faire dans une telle situation ? Une seule solution : appeler le valet Scapin à la rescousse.

  • Andromaque

    Jean Racine

    • Eponymes
    • 19 Octobre 2009

    A l'issue de la Guerre de Troie, Andromaque est retenue prisonnière avec son fils Astyanax par Pyrrhus, le roi d'Epire. Epris d'Andromaque, le roi lui donne à choisir entre un mariage avec lui ou la mort de son fils. Mais pour la veuve d'Hector, sacrifier ou sauver son enfant, c'est toujours trahir la mémoire de son époux.

  • Le bourgeois gentilhomme

    Molière

    Cette comédie fut d'abord un spectacle de cour où la danse et la musique de Lully contribuèrent aux divertissements royaux. Quant au bourgeois vaniteux, il suscite la moquerie mais illustre aussi la promotion d'une catégorie sociale, maîtresse de l'économie. Edition avec dossier pour approfondir la lecture d'une pièce étudiée au lycée.

  • Le Cid

    Pierre Corneille

    • Eponymes
    • 1 Septembre 2006

    Au XIe siècle, à Séville, Rodrigue et Chimène se réjouissent de leur prochain mariage. Mais une grave querelle survient entre leurs deux familles... "La vertu cornélienne est au point où le cri naturel de l'orgueil rencontre le sublime de la liberté." Paul Bénichou.

  • Les femmes savantes

    Molière

    • Eponymes
    • 13 Septembre 2007

    Les femmes savantes, c'est le savoir devenu fou, donc comique. Bélise aime trop les romans, Philaminte trop le bel esprit. Une teinture de philosophie, ou de science, ne suffit jamais ; le snobisme n'épargne pas les hommes, pédants ridicules comme Vadius et Trissotin. Le pire est que les héros aiment comme ils savent, de loin. Molière a transformé ces modèles momentanés en types éternels, en ancêtres de Bouvard et Pécuchet.

  • Le malade imaginaire

    Molière

    Molière mourant s'est arraché une de ses plus belles comédies, et des plus actuelles. Qui ne se croit malade ? Qui ne dépend un jour de ses médecins, au point de refuser de guérir, ou d'en être séparé ? Et quel médecin n'est tenté par l'arrogance et le secret ?
    Un auteur visionnaire a ainsi dépeint la France, pays qui détient le record de la consommation des médicaments en Europe.

  • "Suis-je aimé(e) pour moi-même ?" C'est à cette question que veulent répondre les personnages du Jeu de l'amour et du hasard. La comédie que donne Marivaux en 1730 suit un étrange schéma, où maîtres et serviteurs ont échangé leurs rôles pour pouvoir mieux s'observer. Mais les amoureux, Dorante et Silvia, déguisés en domestiques, se font prendre à leur propre jeu. Le spectateur, complice des manipulations, assiste alors à tous les troubles possibles du coeur, du langage et de l'identité.

  • Ruy Blas

    Victor Hugo

    • Eponymes
    • 21 Décembre 2010
  • Dom Juan

    Molière

    • Eponymes
    • 11 Juillet 2011

    Le personnage de Dom Juan est avant tout un mythe.
    Les efforts d'identification à un personnage réel sont vains, on peut seulement lui reconnaître certains critères qui lui sont propres. Fondamentalement, Dom Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance de l'instant présent, en s'opposant aux contraintes et aux règles sociales, morales et religieuses, ainsi qu'en ignorant volontairement autrui. C'est donc à la fois un jouisseur et un libertin, également égoïste et destructeur.
    L'interprétation de la troupe Jean Vilar d'une oeuvre majeure de Molière est absolument légendaire. Grand Prix de l'Académie nationale du Disque Français.

  • Trop de faveur nuit : écrite en 1848, devenue aussitôt et définitivement un mythe, La Dame aux Camélias a été si souvent transposée, adaptée, filmée que Verdi et Greta Garbo ont fait un peu oublier l'oeuvre elle-même. Une oeuvre qui est un document social. Mais surtout un très grand livre, écrit dans la langue la plus forte, avec d'admirables dialogues et un portrait de femme si émouvant, étrange et déconcertant de candeur perverse que Marguerite Gautier est déjà la soeur des héroïnes d'Ibsen et de Dostoïevski. Les pièces et les ouvrages postérieurs de Dumas fils sont peut-être, comme disait Jules Renard, un peu trop bien « dumaficelés ». Mais La Dame aux Camélias permet de comprendre pourquoi Maupassant et Tolstoï ont vu en lui un des plus grands romanciers de leur temps.

  • Bérénice

    Jean Racine

    Bérénice est une tragédie en cinq actes (comportant respectivement 5, 5, 4, 8 et 7 scènes) et en vers (1506 alexandrins) de Racine représentée pour la première fois le 21 novembre 1670 à l'Hôtel de Bourgogne. L'épître dédicatoire est adressé à Colbert, Racine lui ayant dédié Bérénice.
    Racine se serait inspiré de la romance avortée entre Louis XIV et Marie Mancini nièce du cardinal Mazarin. On dit que le roi, présent à la première de la pièce, aurait versé quelques larmes et que Marie Mancini aurait eu un malaise lors de la représentation Racine semble avoir choisi le thème de la séparation de Titus et de Bérénice pour concurrencer Corneille, qui préparait au même moment sa pièce Tite et Bérénice. Cependant, certains disent que ce serait Henriette d'Angleterre qui aurait demandé aux deux auteurs de préparer cette pièce simultanément.
    Suétone avait raconté l'histoire de l'empereur romain et de la reine de Palestine : parce que Rome s'opposait à leur mariage, Titus dut renvoyer Bérénice chez elle, invitus invitam (malgré lui, malgré elle). Racine élève la liaison sans doute assez banale d'un Romain et de sa maîtresse au niveau d'un amour absolu et tragique.

    Bérénice est longtemps restée dans un purgatoire dont elle n'est ressortie qu'au XXe siècle. Aujourd'hui, c'est l'une des tragédies de Racine les plus jouées après Phèdre, Andromaque et Britannicus.

  • La reine morte

    Henry de Montherlant

    • Eponymes
    • 15 Janvier 2008

    C'est pendant la guerre, avec la création de La Reine morte, que Montherlant, célcbre depuis une vingtaine d'années déj´r pour ses romans et ses essais, se fait connaître sur la sccne française. Persuadé que la tragédie est l'une des clefs pour déchiffrer l'énigme des agissements humains et des rapports entre les etres, Montherlant ressuscite avec La Reine morte la grande tragédie, melant conflits politiques et affrontements familiaux, dressant pour l'éternité dans une lutte ´r mort le fils contre le pcre. On connaît l'argument : un roi, trcs malade, fait tuer la femme, Dona Incs, que son fils Don Pedro a épousée secrctement. Il meurt devant le cadavre de Tla reine mortet.

  • Les Plaideurs

    Jean Racine

    • Eponymes
    • 15 Janvier 2008

    Dossier 1. Aristophane ou Térence ?
    2. La réforme de la justice par Colbert 3. La satire des hommes de loi 4. Notes sur l'éloquence judiciaire Chronologie notes et lexique par Jean-Yves Huet Présentation . La première des Plaideurs . Le théâtre dans les années 1660 . Racine et la comédie . Aspects de la justice . Analyse de la pièce . Pièces . Interférences . Scènes Les Plaideurs Le fils d'un petit juge obsédé par le prétoire veut déclarer sa flamme à la fille éplorée d'un chicaneur de profession. La seule concession de Racine à la comédie fait un procès burlesque aux pères tyranniques, et délaisse le rivage de la tragédie pour le seuil d'une maison bourgeoise.

  • Don Juan

    Molière

    Le personnage de Don Juan est avant tout un mythe. Les efforts d'identification à un personnage réel sont vains, on peut seulement lui reconnaitre certains critères qui lui sont propres.
    Fondamentalement, Don Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance de l'instant présent, en s'opposant aux contraintes et aux règles sociales, morales et religieuses, ainsi qu'en ignorant volontairement autrui. C'est donc à la fois un jouisseur et un libertin, également égoïste et destructeur.

  • L'arlésienne

    Alphonse Daudet

    • Eponymes
    • 11 Juillet 2011

    Au départ, l'Arlésienne est une nouvelle d'Alphonse Daudet extraite des "Lettres de mon moulin" qui deviendra au fil du temps une pièce en trois actes, pour laquelle Bizet a composé une oeuvre spécifique.
    De cette pièce est tirée l'expression "l'Arlésienne". En effet, le personnage de l'Arlésienne est le centre de l'intrigue. Cependant, elle n'apparaît jamais sur la scène. On appelle donc "l'Arlésienne" une chose dont on se préoccupe beaucoup, mais qui n'apparaît jamais.

  • Mort à Crédit.
    - le certificat d'étude et le départ pour l'Angleterre dit par ARLETTY.

    Voyage au bout de la nuit.
    - La guerre ( extrait) dit par MICHEL SIMON.

    A Noeud coulant chanté par Louis-Ferdinand CELINE.

    Le règlement chanté par Louis-Ferdinand CELINE.

empty