Chan-ok

  • Un thème de la période Joseon, "Les Dix symboles de la longévité", ont inspiré profondément les arts en Corée. Autrefois, les femmes arrangeaient leur intérieur avec des éléments décoratifs représentant la longévité : le soleil, l'eau, les nuages, les rochers, les champignons, les bambous, les pins, les tortues, les cerfs, les grues, marquant ainsi le bonheur et la santé qu'elles souhaitaient pour les membres de leur famille... L'histoire raconte le voyage d'une petite fille à la recherche des dix symboles, afin de prolonger la vie de son grand-père malade et alité. Une évocation délicate de l'amour et de la vieillesse, du respect et de l'attachement, de la vie et de la mort, de la filiation et de l'immortalité. Une découverte émouvante des croyances ancestrales des Coréens, de leur rapport au Monde et à la Terre, des fondements de leur culture.

  • Pour Yoon, la rentrée des classes s'avère douloureuse. Ses nouveaux camarades et même sa maîtresse la prennent pour un garçon. Le soir à la maison, Yoon est bien malheureuse. Elle s'interroge sur son apparence devant le miroir, puis déniche dans les affaires de maman un joli foulard et deux mèches de faux-cheveux frisés. Car Yoon est bien déterminée, demain à l'école, elle lèvera toute ambiguïté !


  • La famille de la petite Suni adopte un chiot. Elle le nomme Jeombak ("petite tache"), car sa robe est unie et tachetée de poils noirs. Suni s'occupera de lui, jouera avec lui et lui ouvrira son imaginaire. Jeombak sera comme un petit frère pour elle. Ensemble, ils découvriront le chemin de l'amitié. Et même si un jour Jeombak disparaît sans explication, Suni saura où le retrouver... Moments de complicité et de douceur tendrement illustrés.

  • Une petite fille se rend au temple avec sa Grand-mère pour célébrer l'anniversaire de Bouddha. Elle y rencontre un apprenti moine qui va lui expliquer en quoi consiste sa vie monastique, lui montrer les percussions et les sculptures du temple, et lui confier le cheminement de sa pensée pour trouver la sagesse. Au mois de mai, chaque année, les Coréens célèbrent le jour de la naissance de Bouddha. À cette occasion, les familles cuisinent pour la communauté et se rendent au temple, décoré de lanternes. À travers cette histoire d'amitié, Yim Jeong-jin et Yoon Jeong-ju nous proposent une découverte amusante du bouddhisme et de son influence fondamentale sur la culture coréenne.

  • Mongi aime dormir et rester dans son lit. Son ours en peluche lui chuchote à l'oreille un soir et lui propose de l'emmener au Pays du Sommeil.
    Dans ce pays sans soleil et sous le signe de la lune, Mongi découvre des chambres partout, des jouets partout et des enfants qui, comme elle, aiment beaucoup dormir.
    Mongi aussi ne tarde pas à s'endormir enfin. et pendant son sommeil, son corps se revêt d'une peau de mouton. A son réveil, elle continue la visite de ce pays étrange et découvre son apparence dans la chambre au miroir. Mongi a compris... il est temps de se réveiller...

  • L'histoire d'une petite fille coréenne, Yuni, et de son bocal à poisson. Elle y range ses objets favoris. Le peigne de sa grand-mère avec des coquillages nacrés est de loin le plus joli. Un soir, Yuni n'a pas sommeil... Elle voit soudain apparaître dans son bocal le visage occidental d'une autre petite fille. Le dialogue s'installe. Elle s'appelle Amélie. Elle aime aussi les coquillages qui scintillent. Se liant d'amitié avec elle, Yuni l'emmène voir la mer, des nacres irisées et son univers... Voyage d'une amitié. Deux petites filles de deux pays éloignés. Yuni et Amélie. Amélie et Yuni. L'histoire d'un beau songe éveillé.

  • Autrefois, les hommes en Corée mémorisaient l'emplacement des arbres, des rochers, des montagnes et des rivières pour s'orienter...
    Plus tard, ils dessinèrent sur du papier pour mieux se repérer... Voici pourquoi et comment sont nées les premières cartes géographiques en Corée ! Une histoire et des informations documentaires pour sensibiliser à la représentation ancienne du pays et de ses frontières. Un album ludique, pour apprendre et découvrir la Terre coréenne...

  • Chaque matin, Bo-sun marche pendant des heures pour atteindre son école primaire.
    Chaque matin, elle cueille sur son chemin les plus belles des fleurs sauvages. Chaque matin, elle prépare un bouquet de fleurs fraîches pour monsieur Kim, le nouvel instituteur qui arrive de la ville. Grâce à elle, il apprendra avec émotion à regarder et à écouter la Nature...

  • Sônmi part à vélo avec son oncle.
    Il lui montre les rizières et les ruisseaux coulant à flot dans la campagne malgré la sécheresse de la terre. il lui parle des buildings géants et des nouvelles avenus de la ville. l'urbanisation sans gêne s'étale sur le monde. elle ne possèdera jamais la beauté de la nature conservée dans la mémoire et le rêves des hommes.

  • En Corée, les familles célèbrent le Seollal, premier jour de l'année au calendrier lunaire, ponctué d'activités rituelles. Très tôt le matin du Seollal, une petite fille se prépare à revêtir son habit du nouvel an : le " Seolbim ", un magnifique costume traditionnel de cérémonie aux couleurs chatoyantes, aux parures qui brillent et aux broderies bucoliques. S'habiller, enfiler la grande jupe (" chima ") ou nouer le long ruban de la veste arc-en-ciel (" jeogori "), relève d'un apprentissage ludique mais parfois un peu compliqué... alors quelle fierté une fois achevé !

  • Accompagnée de son père, Min-ah part visiter l'aquarium municipal. Elle attend dans le métro, timide et immobile, puis elle s'endort. Elle s'échappe ainsi du monde urbain, bruyant et gris qui l'impressionne. La rame descend sous l'eau. La porte de l'océan s'ouvre à elle. Un nuage de poissons la guide vers les profondeurs d'un univers clair-obscur, silencieux, mystérieux, mais étrangement rassurant. Au gré des mouvements d'une jolie méduse, Min-ah explore ce paysage inconnu, sous l'oeil protecteur d'une baleine géante. Voici les images du rêve de Min-ah, de sa métamorphose intérieure, de son éveil à l'aventure de la vie. Voici les images d'un magnifique voyage dans le monde souterrain de l'âme.

  • En Corée, les familles célèbrent le Seollal, premier jour de l'année au calendrier lunaire, ponctué d'activités rituelles. Très tôt le matin du Seollal, un petit garçon se prépare à revêtir son habit du nouvel an : le "Seolbim", un magnifique costume traditionnel de cérémonie au tissu soyeux et aux couleurs vives. S'habiller tout seul, s'enfiler dans un pantalon très très ample ("baji") et sans tomber, porter une veste courte brodée et des chaussons de soie ("kkotsin") est signe que le garçon devient plus grand... Après sa soeur, il est désormais fin prêt pour suivre avec fierté le premier rituel de la journée : prier pour une bonne année en compagnie de ses parents bien-aimés.

empty