Alice

  • Depuis toujours, Emma rêve d'être la princesse de son papa. Mais la petite fille a un énorme souci : elle fait des proutes tout le temps ! Et, bien entendu, une princesse, ça ne peut pas péter.
    Pourtant, ce n'est pas de sa faute. Un petit animal s'est installé dans son ventre et c'est lui qui provoque tous ces désagréments. Malheureusement, personne dans sa famille ne veut croire à cette drôle d'histoire. Bien décidée à prouver son innocence, Emma élabore, avec l'aide de son doudou Lapinot, un ingénieux stratagème afin de se débarrasser de cet indésirable et, enfin, devenir une vraie princesse, la princesse de son papa.

  • Nicode`me est en vacances a` la mer. Il est tout heureux. Et ce n'est pas fini. Ses parents lui annoncent l'arrive´e de quelqu'un qu'il connai^t... Sans doute Violette ! Mais non..., c'est Hippolyte, son pire ennemi ! C¸a s'annonce mal.
    Pendant que les parents vont faire un tour, les garc¸ons doivent se charger de de´baller le pique-nique. L'ambiance est e´lectrique. Ils sont comme chien et chat...

  • L'origine du projet voit le jour à travers un article viral, partagé des milliers de fois, publié par Mylen Vigneault sur «Yoopa» (http://yoopa.ca/education/ecole/etude/25-choses-quun-enfant-de-maternelle-devrait-savoir). Dans cette continuité, cet album relativise les attentes autour de l'enfant, et le recentre vers l'essentiel : savoir profiter de chaque instant et être heureux, tout simplement.

  • Quand il est contrarié, Simon entre dans de grosses colères qui se matérialisent en des animaux féroces. Tellement féroces que plus personne ne veut jouer avec lui. Du coup, Simon se sent seul et ses colères ne diminuent pas pour autant. Il va devoir trouver une solution...

    Un très joli album qui aborde de façon explicite les grosses colères des enfants et leur sentiment de frustration quand elles finissent par les isoler.

  • Léon habite au-dessus d'une épicerie. Pratique pour acheter des bonbons.
    Ce qu'il adore par dessus tout, c'est descendre l'escalier en courant, attraper au passage le noeud de la corde à linge, et tirer dessus juste pour le plaisir d'entendre le bruit. Ftoiiiing !
    Sauf que, aujourd'hui, Léon est resté accroché au noeud et se retrouve suspendu au milieu de la corde à linge.

  • La nuit est comme une toile, qui s'habille de 1000 couleurs quand on l'observe attentivement. Elle est comme une flaque dans laquelle on peut sauter, comme une robe qui nous entraîne dans une danse, comme une écharpe qui nous réchauffe, une couverture qui nous endort.

  • Pour son entre´e a` la grande e´cole, Eliott rec¸oit des bottes... des bottes un peu trop grandes, alors toute sa famille de´cide de les charger d'un petit quelque chose qui pourrait lui e^tre utile pour l'e´cole afin qu'il s'y sente mieux. Le proble`me est que toutes ces bonnes intentions finissent par rendre les bottes vraiment trop lourdes a` porter et Eliott commence a` avoir des difficulte´s a` se de´placer, a` sauter et a` jouer avec ses amis. Bref, Eliott en a plein les bottes et de´cide de s'en de´faire afin de pouvoir se mouvoir comme bon lui semble !

  • Alice coule des jours paisibles au pays des Merveilles, entourée de ses parents, de son chien Zébulon et de tout son univers d'enfant. Jusqu'au jour où maman part au pays du Cancer.Quel est ce pays mystérieux et menaçant dont la petite fille n'a jamais entendu parler ? Peut-elle ramener maman au pays des merveilles ? Avec l'aide de son ami Alex, Alice va tenter de comprendre cette maladie...
    Sans effrayer le lecteur (grâce à la poésie des illustrations tout en finesse de Lisbeth Renardy) ni édulcorer la réalité du cancer (au fil d'un texte plein de retenue mais sans ambiguïté), cet album au sujet douloureux, mais combien actuel, tente d'expliquer cette maladie aujourd'hui encore mal connue, et aide l'enfant à l'apprivoiser et à l'accepter. Ce livre émouvant et intelligent est un ami précieux dans la relation que vivent les malades et leur entourage avec le cancer.

  • « Où est partie Mamy ? Elle va bientôt revenir, c'est sûr : elle me l'a dit. » Comment faire comprendre à une toute petite fille que, parfois, les gens qu'on aime s'en vont et qu'on ne les reverra plus ? La petite narratrice de ce bel album doit comprendre que la vie va, doit continuer, même en l'absence de sa mamy adorée.

  • Un enfant pose des questions en toute innocence à sa maman : - Pourquoi tu pleures ? - Pourquoi Patou est mort ? - Quand va-t-il revenir ? - Pourquoi tu ne pleures plus, maintenant ? On ne sait pas qui est Patou, on ne sait pas ce qui s'est passé. On est juste face aux questions simples et concrètes de l'enfant face à la mort pour la première fois. Et, pour seule réponse, les illustrations de plus en plus chaleureuses au fil des pages, qui réconfortent progressivement.

  • Les Presque-Rien sont des êtres minuscules qui vivent cachés sous les feuilles des arbres et dor-ment dans la mousse. Angelo est l'un d'eux. Pour un Presque-Rien, il a un esprit très aventurier et ne craint pas du tout l'ogre qui effraie tant ses congénères. Un jour, Angelo décide de se construire un radeau avec une coquille de noix et part découvrir ce qui se cache à l'autre bout du lac. Et très vite il tombe nez à nez... avec l'ogre chaussé de bottines rouges qui l'emporte dans sa poche. Ainsi prend fin le périple d'Angelo... À moins que ce ne soit que le début du voyage...

  • Une ville en bleu et jaune.
    Par Ivana Pipal et Ljerka Rebrovic.

    Thèmes abordés : conflits de voisinage.
    Niveau de lecture : dès 5 ans.

    L'album :
    Les habitants d'une petite ville traversée par une rivière vivent en harmonie. Sur une rive, on s'est spécialisé en fabrication de chaussures. Sur l'autre, en vente de parapluies. Un vieux pont réunit les habitants et leur permet de traverser la rivière qui les sépare. Pourtant à l'origine fédérateur, ce pont va devenir le symbole de leur discorde le jour où il faut le repeindre. Mais comment faire pour régler ce conflit ?

    Ce qu'il faut en penser :
    L'idée a germé en Croatie, comme elle aurait malheureusement pu dans tellement d'autres endroits dans le monde.
    Ljerka et Ivana traitent l'universel problème du conflit frontalier avec humour et dérision, à travers des illustrations où se reflète tout l'absurdité du litige qui opposent les villageois bleus et jaunes.
    On pourrait recenser tous les pays, régions ou familles qui vivent ce genre de situation, mais on ne serait pas exhaustif tant la liste est longue. Les conflits dénués de sens ont toujours été, mais, avec le temps et la bonne volonté, les Hommes finissent souvent par retrouver la raison, comme dans Une ville en bleu et jaune...

  • Augustin a perdu sa Zouzette. Pourtant, hier, elle était encore là. Pourtant, hier, elle lui promettait de lui lire une histoire. Alors, forcément, elle va revenir. Alors, forcément, elle ne peut pas être partie bien loin. Zouzette aime tant quand il déballe tous les petits mots, les petits riens qu'il fourre dans son sac à dos. " Elle ne reviendra plus. Elle est partie dans un autre monde. " explique le papa d'Augustin. Le petit garçon n'y croit pas. Si elle est partie, on n'a qu'à aller la chercher.
    Mais ce n'est pas si simple. Et Augustin reste seul, sans sa Zouzette. Il se met en colère. Il pleure. Il n'a plus envie de rien. Il se sent vide et triste.
    Puis le temps passe, et le vide devient moins grand. Augustin apprend à vivre avec l'absence.
    Et, un jour, dans sa poche, il retrouve un petit rien de Zouzette. Il se souvient et ça lui fait du bien.

    L'incompréhension, le déni, la colère, la tristesse, la guérison. Dans cet album, toutes les émotions que suscite le deuil sont mises à la portée des enfants.
    Zouzette, on ne sait pas qui c'est. Mais ce n'est pas important. L'important, c'est l'attachement que lui porte l'enfant, et le vide qu'elle laisse dans sa vie quand elle part. Un euphémisme que ne comprend pas Augustin. Quand on part, on revient forcément.
    C'est toute la force de ce livre : expliquer, avec justesse et délicatesse, le caractère définitif de la mort et lui opposer la force du souvenir.

  • Adam n'aime pas Koala. Il faut dire que Koala est un peu effrayant. Il est toujours là, collé contre lui, même quand Adam essaie de s'en débarrasser. Mais pourquoi ?!

  • Entre deux pays, on a dressé un mur.
    Au pied du mur, une petite fille attend ses amis, mais ils ne viennent pas. D'énervement, elle envoie son ballon de l'autre côté.
    Au pied du mur, un petit garçon est assis quand un ballon tombe à côté de lui. Comme il n'y a jamais personne ici, le ballon doit donc venir de l'autre côté. Le petit garçon le renvoie.
    La petite fille retrouve son ballon. Elle voudrait dire merci, mais elle ne connaît pas la langue qu'on parle de l'autre côté. Alors, elle décide de renvoyer le ballon.
    Le petit garçon reçoit à nouveau le ballon. Il voudrait dire merci, mais il ne connaît pas la langue qu'on parle de l'autre côté. Alors, il a une idée. Il dessine son visage sur le ballon et le renvoie de l'autre côté.
    Ainsi va s'instaurer un dialogue entre deux enfants qu'un mur et un conflit séparent.
    Un jour, le conflit prend fin et le mur est détruit. Une foule de gens s'est réunie de part et d'autre.
    D'un côté, il y a un petit garçon, et de l'autre, une petite fille.

    Un conflit. Un mur. Ça nous rappelle des choses. Ça ne finit jamais de nous rappeler des choses, d'ailleurs.
    Laurence Fugier prend le parti de l'innocence, dans cet album, à travers deux enfants qui, certes, ne vont pas venir à bout du conflit tout seuls, mais vont, tout du moins, rétablir le dialogue rompu depuis longtemps. Ils seront aussi les premiers à franchir les ruines du mur abattu. Tout un symbole !
    Les traits fins et ronds des dessins d'Isabelle Carlier traduisent à la perfection la candeur enfantine qui surnage au milieu d'un champ de bataille, quel qu'il soit.

  • Paulette + Johnny est une histoire hilarante dès les premières lignes. Le premier amour de basse-cour de cette petite poule la met dans tous ses états, et tous les moyens sont bons pour essayer de plaire au joli coq-star venu d'Amérique. Les jeux de mots au fil des pages sont très drôles, tout comme l'intervention des autres animaux de la ferme qui veulent aider notre poulette à devenir la plus belle du poulailler. Mais finalement a-t-elle vraiment besoin de tous ces artifices ? Une belle histoire et des illustrations colorées pour montrer aux enfants que le plus important est de rester soi-même.

  • Après deux tentatives avortées, le crocodile le plus mal chanceux de l'Afrique s'est trouvée une nouvelle victime : un porc-épic, coiffeur créatif de son état... Mais le petit animal ne manque pas de piquant et sait se défendre.
    Un troisième épisode tout aussi inventif et drôle que les précédents où, aux accoutrements des animaux, s'ajoutent des coiffures fantaisistes.

  • - Arrête de rêver, Mario ! Dans la vie, il faut savoir prendre le train en marche.

  • On aime lire cette première enquête un peu loufoque de l'inspecteur Voltaire, un chien parmi les chats qui passe étrangement inaperçu. Le côté mi-oriental et mi-égyptien de ces félins fascine le lecteur, et donne de l'élégance au récit et aux illustrations atypiques. On aime aussi l'amitié qui se lie entre les personnages, faussant ainsi la légende de l'entente impossible entre ces deux espèces.

  • Une petite grenouille vit dans une magnifique vallée au creux d'un volcan, de laquelle il est impossible de sortir. (Mais de toutes façons, il paraît que c'est dangereux...) Un jour, une hirondelle s'échoue dans la vallée. Elle va se lier d'amitié avec la petite grenouille et va lui raconter le monde extérieur. La grenouille n'a plus qu'un désir : partir avec l'hirondelle dès qu'elle sera guérie...

  • Au coeur d'une ville qui grouille, la circulation est perturbée par un vélo en route pour le lac. Sur le vélo : le voisin, la petite voisine...
    Et le chien. Équipés de leur canne à pêche, ils s'en vont taquiner le poisson. Mais la pêche commence dès les premiers coups de pédale, la petite fille ferrant malgré elle tous les objets passant à portée de son hameçon. Et voilà nos amis bientôt poursuivis par un cortège de piétons plutôt mécontents de s'être fait rafler qui un chapeau, qui une écharpe, qui un colis...

  • " maman a un bidon énorme ! c'est incroyable ! elle en parle toute la journée ! que peut-il bien y avoir dedans ? qu'y a-t-il donc de si important dans ce bidon pour qu'elle le tienne souvent avec ses deux mains, pour qu'elle ait mal au dos, dorme toujours sur le côté, ait envie de vomir, respire fort, et ne m'aide plus à ranger ma chambre ? il vaudrait mieux que j'y jette un oeil...
    "

  • Hugo est vraiment très malheureux. A l'école, tout le monde se moque de lui, en particulier de sesrondeurs. Mais Hugo a surtout un grand coeur et tant d'amitié à donner. Certains de ses camaradesl'ont bien compris, les autres préfèrent s'arrêter à son apparence physique. Bibendum, baleineau...autant de vilaines moqueries qui blessent le pauvre Hugo. Jusqu'au jour où une fête d'anniversaireva tout changer...

  • Un humain vient de réaliser son souhait : avoir un chat. Mais une énorme surprise l'attend. Il n'a pas seulement adopté un chat mais tout un zoo : un paresseux, un lémurien, un éléphant, un tigre et bien d'autres !

empty