A Vos Pages

  • Qui donc se cache derrière le masque de l'homme mystérieux qui arrive à la forteresse de Pignerol le 24 août 1669 ? Le frère jumeau du roi Louis XIV ? Un fils adultérin d'Anne d'Autriche ?
    Fouquet l'intendant en disgrâce ? Le comte Mathioly ? Tout le monde s'en est mêlé de Voltaire à Alexandre Dumas sans oublier la vingtaine de films réalisés sur cette énigme ou les 30 romans et 250 livres ou articles écrits sur le sujet.
    Des dizaines de personnages ont été soupçonnés d'avoir été l'homme au masque de fer. Alors qui est cet étrange personnage ? Dans son enquête, l'auteur révèle l'identité probable de l'intéressé mais aussi les raisons qui ont fait de cette affaire l'une des plus fascinantes de l'histoire. C'est à une véritable enquête qu'il nous invite, aussi passionnante que la conférence qu'il donne sur le sujet.

  • En novembre 2010, alors que son livre La Belle de la République bananière vient d'être publié, Bertrand Teyou est arrêté. Son crime ? Avoir osé décrire le train de vie scandaleux de la Première Dame du Cameroun. Après un procès sommaire, il est jeté en prison, les autorités de la République ayant décidé qu'il représente un danger pour une nation paisible.
    Entre les murs de la redoutable prison centrale de Douala, il partage ses jours avec des prisonniers qui agonisent, ceux qu'on appelle les « pingouins », en permanence accroupis au bas des murs de la cour, où ils mangent dans des seaux de fortune posés à même le sol, dorment sur des chiffons amidonnés de crasse, s'entassent dans des recoins les nuits de pluie, miroir sans tain de la souffrance d'un peuple pris en otage.
    Accablé derrière les barreaux par la raison d'État, Bertrand Teyou est loin d'imaginer qu'il sera confronté à un nouveau front de la cruauté politique : une étrange rencontre en prison, avec un ex-agent des forces spéciales, impliqué dans la négociation pour la libération des otages français du Sahel.
    Bertrand Teyou brosse un portrait courageux de l'univers carcéral camerounais : il n'épargne ni les autres, ni son propre sort. Il nous révèle, à mots tendus, les fils cachés d'un système pourri dont il a peu de chance de réchapper. Ses liens avec un mercenaire qui se trouve sur un terrain brûlant révélant des secrets d'État, mensonge entretenu par le gouvernement de Sarkozy sur le dossier des otages français enlevés à Arlit en septembre 2010.

  • So safran

    Collectif

    Aliment le plus cher du monde, le safran est un produit dont le prix dépasse aujourd'hui celui du caviar. Précieuse et délicate, cette épice vient de la fleur de Crocus sativus. La culture du safran, sa récolte, son séchage, sont des étapes manuelles minutieuses, réalisées majoritairement par des femmes aux mains délicates. C'est pour rendre hommage à ces safranières qu'À vospages publie ce livre de recettes en partenariat avec des femmes engagées et passionnées de cuisine. Mais le Safran n'est pas une épice facile à utiliser ! Il faut l'infuser au moins 30 minutes pour en extraire les arômes et la couleur ! Pour rendre cette épice accessible, Foodbiotic a créé l'Eau de Safran, infusion de safran en spray prête à l'emploi. Ce coffret vous permet de découvrir à travers des recettes originales ce produit innovant.

  • - Plus de 500 salons du livre sont répertoriés et classés par villes, par genre, par mois, catégories.
    - Ce guide comporte l'attribution de notes : une pour la réputation du salon, une pour la convivialité envers les auteurs, une pour le nombre de livres dédicacés par auteur.
    - On y trouve les coordonnées téléphoniques de la personne à joindre.
    - Il fournit aussi aux auteurs des conseils pour aborder le monde des salons.
    Ce livre s'adresse d'abord aux auteurs, aux éditeurs et aux collectivités qui subventionnent les salons. Il deviendra aussi un instrument indispensable à tous les organisateurs de salons du livre.

  • Pour sortir de ce monde absurde de conditionnement des masses, d'illusions et de crimes - mais aussi pour d'autres raisons -, le héros malgré lui de ce conte moral, de ce roman à cheval sur deux mondes, décide de mettre fin à ses jours.
    Commence alors pour lui, entre réincarnation et karma, une aventure post-mortem qui ne doit rien à la fiction (ou très peu) si l'on s'en tient à la Tradition ésotérique, et qui va démontrer à l'imprudent candidat au suicide, que « se donner la mort » (comme si elle nous appartenait !) est en réalité impossible.
    Après un temps nécessaire à la compréhension de son erreur, tout suicidé doit revenir sur Terre finir ce qu'il avait à faire.

  • Le temps galope. Tous déplorent son accélération. On n'a plus le temps de rien. Le refuge que nous propose Geneviève, ce sont ces fables de nos campagnes, du temps où la vie était rude mais le temps demeurait lent. La promenade musarde des rives de l'océan aux montagnes d'Auvergne, découvrant des coins de France que les touristes dédaignent parce qu'il ne s'y passe rien, croient-ils.
    La nature y est omniprésente sous ses formes les plus diverses, son charme que chaque récit dévoile.
    Les souvenirs poursuivent le lent cheminement de Paris à la Provence, de la Lorraine au Périgord. Des paysages méconnus se dévoilent, les animaux s'y pressent. Les enfants sont là : de Joël le mousse au petit prince des genêts, des turbulentes élèves de Sophie, l'institutrice, semblables aux fillettes du Québec, aux jeunes infirmières du Mali. Le sourire se mêle à l'émotion.
    Enfin, la grande voyageuse que fut Geneviève, la cinéaste, distille quelques uns des épisodes rencontrés au cours de fabuleux voyages. La Russie, le Canada, la Pologne, entre autres, terres de frimas jusqu'à l'Afrique, sa chaleur, ses légendes, son immensité, terres de rêves, terriblement actuels.
    Les secrets de la terre murmurent au coeur du lecteur un subtil cante hondo, tel « le son du cor, le soir, au fond des bois » Alfred de Vigny.

  • Toute sa vie Raymonde Maillet a exercé le métier de marinière. Par tous les temps, enceinte ou malade, elle a secondé son mari qui était à la barre du Phalène. Une vie rude commandée par l'existence d'une péniche qui affronte les vents, les marées des estuaires, les naufrages et surtout la guerre. Mais aussi un monde libre, heureux, nourri d'aventures incroyables et hanté de personnages pittoresques. Raymonde Maillet a retracé pour Colette Piat auteur d'une quarantaine de livres (Albin Michel, Grasset, Plon.), au fil de ce témoignage chaleureux et émouvant tous les aspects d'un métier menacé aujourd'hui de disparition.
    C'est pourquoi les éditions à vos pages ont décidé de publier ce livre, sous une forme illustrée avec des photos et documents inédits in-texte - de la seconde guerre mondiale notamment - car Phalène fut le témoin, bien malgré elle, de tout le xxe siècle.
    Notre objectif reste la sortie le 14 octobre 2012, pour les 100 ans de Madame Maillet avec une préface de M, maire de Conflans-ste-Honorine, capitale de la batellerie.
    Ce livre demeure un témoignage exceptionnel, aussi bien du point de vue historique, qu'humain voire féministe. C'est la vie d'une femme libre dans ce monde très solidaire de la batellerie.

  • Inoubliable auteur-compositeur-interprète, entre tant d'autres succès, d'Un homme et une femme, Samba Saravah, La Bicyclette. ; Acteur ; Homme de théâtre ; Sportif, passionné de volley-ball, de rugby, de chevaux ; Réalisateur -l'un des premiers à utiliser une caméra vidéo- ; Créateur du label Saravah (auquel nous devons Higelin, Brigitte Fontaine, Pierre Akendengue, Nanà Vasconcelos, Jean-Roger Caussimon.) ; Fédérateur de rencontres (amoureux du Brésil, il est de ceux qui en on fait connaître la musique et les chanteurs, en France). Pierre Barouh est un infatigable passeur de LA CHANSON, qui « envahit son esprit et jalonne son parcours ».
    Aujourd'hui, où l'on crache une biographie comme un noyau de cerise, il s'excuse presque d'avoir mis quelque vingt-cinq ans à écrire le livre de ses rencontres ! Conté selon les méandres incontrôlés d'un récit étranger au formel -arbitraire- de ce genre d'ouvrage ; Habité par « l'obsession de l'autre rive » qui, depuis son adolescence, conduit cet insatiable voyageur-baladin (estampillé « profession : voyageur », dès son premier passeport), ce flâneur solitaire à la quête des autres, pratiquant «l'auto-stop dans les deux sens », sac et guitare sur le dos ; Embarqué au fil de ses rencontres qui deviendront autant de rivières souterraines « connues, reconnues, perdues de vue, retrouvées. », portées par le souffle de « l'effet pollen » pour témoigner des choses qui l'émeuvent. « Comme une mémoire, une tradition orale à transmettre».

    Dans un sourire, il lui tend la main.
    Vers un voyage de plus.

  • Vincent de Louvigny est né en 1973, passionné de voyages, il parcourt le monde depuis ses 22 ans, armé de son appareil photo pour saisir l'instant. Il se définit comme amateur, dans le sens étymologique du terme, c'est-à-dire aimer. Aimer et faire aimer ce qu'il capte à travers des lieux et des rencontres. Il photographie à l'instinct, s'affranchissant volontairement de toute contrainte technique, afin de préserver l'émotion du moment. Grâce à ce parcours de photographe atypique, il nous offre un regard plein de fraîcheur sur un monde magnifique où l'humanité et la diversité vous font redécouvrir un univers toujours renouvelé. Et afin de rendre à tous ceux qui lui ont permis de vivre ces moments privilégiés, il a exprimé le désir de partager ses droits d'auteurs avec MSF, association mondialement présente auprès de ces populations.

    1€ sur la vente de chaque livre sera reversé au profit de Médecins Sans Frontières.

  • Ou quand l'aquarelle illustre les aphorismes de nos plus grands auteurs...
    Écrire c'est peindre des mots.
    Ben xxe siècle Dans ces livres Fordan prend le contrepied de cette phrase et illustre par une oeuvre originale à l'aquarelle bon nombre d'aphorismes piochés au coeur de la littérature.
    On passe dans un sourire de Villon à Colette et de Montaigne à Dostoïevski.
    Et parfois, grâce à l'oeil malicieux du peintre, nos « classiques » se découvrent sous un jour nouveau.

  • Ou quand l'aquarelle illustre les aphorismes de nos plus grands auteurs...
    Écrire c'est peindre des mots.
    Ben xxe siècle Dans ces livres Fordan prend le contrepied de cette phrase et illustre par une oeuvre originale à l'aquarelle bon nombre d'aphorismes piochés au coeur de la littérature.
    On passe dans un sourire de Villon à Colette et de Montaigne à Dostoïevski.
    Et parfois, grâce à l'oeil malicieux du peintre, nos « classiques » se découvrent sous un jour nouveau.

  • Luna, jeune apprentie, est investie d'une mission, elle est envoyée à New York pour aider un couple malgré lui à retrouver la voie du bonheur et de la vie.
    Cette héroïne nous lance un véritable défi. Dans un monde où chacun ne sait qu' évoluer dans un univers matérialiste, sommes-nous capables de Croire et de voir au-delà d'une réalité concrète.
    Luna nous invite à suivre les signes qui jalonnent notre vie, allons-nous les accepter ?

  • Imaginez un pou névrosé que son goût des voyages conduit jusqu'au Moulin Rouge et un yorkshire prépubère ne pensant qu'à fuguer. De rebondissements en intrigues mêlées, jusqu'où leurs karmas malicieux les conduiront-ils ?
    Le Caire ou Pékin ?
    Une cavale en dix nouvelles, à l'humour décalé et délicieusement impertinent, une course ébouriffante menée par une poignée de bestioles attachantes :
    Bienvenue dans l'univers drolatique de Bad trip pour un pou !

  • Parole d'allophone

    Elya Benz

    Parole d'Allophone qu'est-ce ?
    C'est un recueil de textes de chansons écrit, comme son titre l'indique, par un Allophone. En effet son auteur, une personne qui s'exprime dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle mais celle de son pays d'adoption, embrasse le français à coeur ouvert et la caresse de toutes parts. Dans sa subtilité, avec un maximum de nuances et surtout aussi de musicalité, ce français-là prend une tournure surprenante quant à la syntaxe, au vocabulaire ou encore aux expressions bien à elle. Ceci est pour ce qui est de la forme.
    Sur le fond et c'est là où se trouve le moteur de l'écrit c'est une âme qui s'exprime. Chaque texte (une cinquantaine au total) naît d'une émotion. Une émotion qui a besoin de mûrir avant de pouvoir s'envelopper de mots justes, les plus précis possible, les plus appropriés afin de porter le message sur des ondes vibratoires « captable » par les yeux du lecteur et les oreilles de l'auditeur.
    Voilà ce qu'est Parole d'Allophone. Une interpellation, des états de l'âme multiples et des questionnements sur l'existence, le plus souvent dans toute sa simplicité et ce, sous une forme poétique/allophonique.

  • Dans le monde d'aujourd'hui les gens de différentes langues coexistent. Je propose que cette coexistence se poursuive dans le monde des livres dès le plus jeune âge. Seul ou avec un adulte, l'enfant lira l'histoire bilingue de deux enfants, Mika'l et Morgane, à la recherche d'un trésor qui aidera Morgane, la petite soeur, à lire.

empty