Vincent Radermecker

  • « La Mouette confronte constamment unité et multiplicité.
    Face à l'âme qui assimile tous les êtres, Satan a le désir d'un homme... Parmi tous les animaux de la propriété - les abeilles crèvent, les vaches crèvent, ricane Sorine -, un chien hurle et un cheval fait défaut pour braver la tempête... De toutes les mouettes qui tournent autour du lac, une seule est tuée par Kostia et empaillée grâce à Chamraev. Nina ne choisit qu'un seul livre de Trigorine, et, à l'intérieur de celui-ci, une phrase. (...) L'évocation de chefs historiques comme César ou Agamemnon à divers moments de la pièce, ou encore le souvenir d'artistes d'exception, participent également de cette tension entre l'individu qui sort du lot et le groupe dont il est issu... ».

    C'est un essai futé, brillant et, pour autant que je puisse en juger, particulièrement documenté. Un essai au sens premier du mot : une tentative audacieuse (serait-ce de saisir l'oiseau en vol ?). Une enquête plutôt serrée quoique un brin flâneuse autour de cet intervalle toujours passionnant entre la fiction et la vie de l'écrivain...
    François Emmanuel.

empty