Patrice Bollon

  • Kapital kontrol

    Patrice Bollon

    • Anabet
    • 23 Janvier 2009

    Dernier arrêt avant d'expérimenter la société de surveillance.

    La domestication de l'animal-homme s'achève aujourd'hui.
    Seul le poids des mots hérités peut nous faire croire que nous évoluons encore dans ce que Michel Foucault appelait des «sociétés disciplinaires». La discipline s'est généralisée, technicisée, personnalisée, privatisée et intériorisée, tant et si bien qu'elle s'est muée en contrôle puis en auto-contrôle. La révolte est provisoirement morte ; l'ordre ne constitue plus pour nous une barrière, il est désormais notre instrument quotidien de jouissance. Exit, Big Brother; nous voici tous devenus, chacun à notre échelle, des small brothers. Jusqu'où ira cette négation consentie de notre liberté ? Pouvons-nous encore faire, comme l'on dit, société, sans cet équarrissage de notre individualité ? Telles sont les interrogations d'un futur capitaliste démocratique, hélas ! déjà notre présent. Le temps de l'hyper-contrôle sera heureusement aussi - du moins, faut-il l'espérer - celui des grands déviants. Ce sera celui des rébellions anarchiques insensées, de la guérilla permanente de l'Individu contre le Tout étouffant.
    C'est à poser l'analyse de la situation présente que s'attachera ce pamphlet - à décrire donc notre nouvelle servitude volontaire -, tout autant qu'à dégager des voies d'action pour assurer la permanence de ce que tout aujourd'hui combat : la renaissance de véritables, d'indomptables INDIVIDUS.

  • Cioran, l'heretique

    Patrice Bollon

    • Gallimard
    • 2 Avril 1997

    De Cioran, on retient aujourd'hui surtout l'écrivain parfait, l'un des plus grands prosateurs de la langue française au XXe siècle avec Valéry et Michaux.
    Sa pensée ? Elle ne serait qu'une suite sans unité de paradoxes brillants mais vains. Cioran aurait tout dit et le contraire de tout. Et, depuis sa mort en juin 1995, la polémique sur ses déclarations de jeunesse, antisémites et pro-hitlériennes, tend à prendre le pas sur la lecture sereine de son oeuvre. Avec deux appréciations contradictoires : soit cette erreur de parcours passe pour un simple dérapage sans conséquence ; soit, au contraire, on y voit la confirmation de sa nature profondément " réactionnaire ".
    A la fois biographe et essai, Cioran, l'hérétique prend le contre-pied de ses visions superficielles. Non seulement il y a bien chez l'auteur des Syllogismes de l'amertume une pensée cohérente, et qui est loin d'être pessimiste, mais un fil d'Ariane court à travers sa vie et son oeuvre auxquelles il donne leur unité et leur valeur. C'est en surmontant son aveuglement de jeunesse, en s'affranchissant de toute " utopie " de toute croyance que Cioran est devenu lui-même : un maître de lucidité, d'élégance et de vie.

  • Manuel du contemporain

    Patrice Bollon

    • Seuil
    • 4 Octobre 2007

    Connaît-on bien toujours l'époque où l'on vitoe poser cette question, c'est déjà y répondre.
    Du fait du poids des normes et des comportements appris, de toutes ces pensées réflexes dont nous avons hérité et que nous ne questionnons jamais, le monde qui nous environne est aussi, paradoxalement, ce qui demeure souvent pour nous le plus opaque. pour le dire en une phrase, nous avons du mal à appartenir à notre temps. or, le monde change, et très vite. rester en consonance avec lui, ou nous maintenir seulement dans sa course, demande que nous révisions certaines de nos certitudes, sinon toutes, que nous procédions à un examen de conscience - et le plus radical qui soit.
    Ce qu'il nous faut modifier, c'est, en effet, notre esprit, et, avant cela, le regard même que nous portons sur les choses. l'objet de ce livre, analyse critique du présent autant que traité de savoir-vivre, est de nous donner les moyens de participer de la façon la plus fondée, harmonieuse et novatrice possible au monde qui émerge; n'être ni d'avant ni d'après lui, ni en dessous ni au-dessus de lui, mais dans son temps et à sa hauteur ; c'est-à-dire: devenir simplement, mais pleinement, des contemporains.

  • Ce n'est jamais sans déplaisir que nous découvrons que ce que nous prenions pour des expressions authentiques de nos incomparables egos, nos goûts, nos jugements "personnels", nos comportements "originaux", nos idées "neuves", nous les partageons en fait quasiment tous avec presque tous nos semblables pratiquement au même moment.
    Il arrive que nous niions cette évidence : les conformistes, ce sont les autres... Et nous disposons d'une explication ultime. Pensée " unique " ou " commune " : le développement d'une société spectaculaire nous enfermerait dans la copie, nous empêchant d'être les individus que nous sommes de naissance. Partant d'une analyse d'une série de signes d'époque, des plus minimes et "superficiels" (les traits de nos visages, nos parfums, notre goût culinaire, le design de nos objets, la décoration de nos intérieurs, nos tics de langage) aux plus abstraits et "sérieux" (notre goût en matière artistique, notre conception de l'espace, nos idées), Esprit d'époque entend donner une explication à cet unanimisme.
    Contre l'idéologie radieuse de l'ère bénie de "l'individualisme démocratique", ce livre montre à quel point nous sommes tous pris dans un réseau étroit de normes, fantasmes et paradigmes qui s'impose à nous. L'originalité ne saurait être une donnée, mais une conquête malaisée, jamais terminée. Déjouer nos "allant de soi", ces associations d'idées machinales qu'établit chaque époque : tel est le seul espoir pour nous d'échapper à notre destin de replicants et de devenir des personnes.

  • Pigalle - le roman noir de paris

    Patrice Bollon

    • Hoebeke
    • 1 Octobre 2004

    De nombreuses photos illustrent cette histoire de Pigalle, quartier de Paris légendaire pour ses lieux de plaisirs, ses cabarets, ses prostituées, ses macs, ses mauvais garçons, et qui attira artistes et écrivains. Elles restituent l'ambiance noire à la française d'après-guerre qu'on retrouve dans les romans policiers.

empty