Olivier Favier

  • On ne trouvera pas dans ce livre d'invitation à la pitié. Dès le premier article, le lecteur est amené à faire le chemin depuis l'autre côté, à suivre les pas de celui qui part, à l'écouter expliquer ses raisons, ses rêves, ses souffrances, son courage.
    Pour ce faire, les pérégrinations d'Olivier Favier ne l'ont pas mené plus loin que le sud de l'Italie et le nord de la France. Les plus longs voyages de ce livre, ce sont les migrants qui les lui ont racontés, dans une rue de Calais ou sur une péniche à Conflans, dans l'annexe de l'église Saint-Bernard à Paris ou dans un bar clandestin de Rosarno.
    Dans leurs récits, on traverse l'Himalaya à pied, le Sahara accroché à un pick-up, la Méditerranée en furie à bord de canots de fortune. Des adolescents, des hommes, des femmes, nous racontent ici comment ils ont dû défier la mort, et souvent à plusieurs reprises, dans le seul espoir d'une vie meilleure. On découvrira chez eux une conception épique de l'existence qu'on ne rencontre souvent que dans les livres.
    Paris, sixième ville la plus riche du monde, deuxième en Europe, est un de leurs lieux d'arrivée, ou de passage.
    Dans cette ville se sont érigés des campements misérables dans l'indifférence presque générale. Du sud de l'Italie au nord de la France, accueillir dignement des hommes, des femmes, des enfants, qui ont fui la guerre, la dictature, la misère, n'est pas une évidence partagée. Aujourd'hui comme hier, on ne conçoit guère l'arrivée de toutes ces volontés formidables comme une chance...

  • Le début des années 1990 marque en Italie un tournant politique majeur. En pleine chute du bloc de l'Est, la péninsule voit ses juges s'attaquer à la toute-puissance de la mafia et à la corruption des partis politiques. La crise de confiance qui s'ensuit aura des conséquences inattendues. En 1994, un homme d'affaires milanais, Silvio Berlusconi, accède au pouvoir. Avec lui, l'extrême-droite jusque-là marginalisée devient un appui incontournable. L'édition, la presse, la télévision, le cinéma sont en grande partie contrôlés par celui que l'on nomme le Cavaliere. Aujourd'hui, le règne de Berlusconi s'est achevé, mais son allié, la Ligue du Nord, a refait il a peu son apparition au sommet de l'État au sein d'une nouvelle alliance.
    Dans ce contexte, du reste annonciateur pour nombre d'autres pays européens, le théâtre italien est demeuré un espace de liberté et de résistance. Nous avons souhaité le rappeler dans cet ouvrage à travers la présentation d'extraits de 56 pièces de 45 auteur·rices auxquelles s'ajoutent des essais critiques, des témoignages de metteur.ses en scène, un entretien, un reportage, un portfolio et des biographies. Bien entendu, aussi large soit-il, notre choix ne prétend pas à l'exhaustivité.
    Parfois ouvertement politique, souvent iconoclaste, le théâtre italien de 1990 à 2020 a su mieux que d'autres disciplines artistiques s'affranchir des institutions pour affirmer son indépendance. Chemin faisant, il raconte une Italie singulière où malgré une population vieillissante et une natalité en berne, la famille demeure un prisme opérant pour raconter la société, où les tragédies migratoires font ressurgir les drames de la vieille diaspora, où le féminisme et les combats sociaux s'écrivent au présent, et où l'oralité a conservé sa force, à la scène comme à la ville, fidèle au temps lointain de la commedia dell'arte.

  • Ur la scène règne un climat de fin du monde, hautement électrique. Au centre, apparaît Le Gouverneur : un héros qui ne craint rien, pas même la solitude. Il sait qu'une fois encore, son énergie vitale et son panache auront raison des forces obscures, ancestrales et mystérieuses qui ont toujours conspiré contre lui. Entre professions de foi hédonistes, hymnes à la liberté et délires homophobes, le dernier acte du pouvoir s'accomplit joyeusement, autoritaire et rebelle à la fois, laissant derrière lui des cicatrices béantes.

    Silvio's Glam Democracy est une expérience littéraire féroce qui n'entend pas reproduire un langage mais le réinventer, en transformant le matériau brut du quotidien en objet d'art. Le trait léger et poétique des illustrations de Ghisao qui accompagnent le texte, dévoile avec une angoissante légèreté l'imagerie d'une politique qui tend à prendre le plus d'espace possible.

    Gerardo Maffei est auteur dramatique, acteur et metteur en scène de théâtre italien. Personnage controversé, descendant des poètes satyriques Ludovico Sergardi et Alessandro Tassoni, il est un narrateur très attentif et sensible au monde contemporain. Son parcours de recherche théâtrale l'amène à mêler les codes et les registres d'expression. Parmi ses dernières mises en scène on signalera : Memorie di Barry Lyndon, d'après W. M. Thackeray, La Brouette de Luigi Pirandello et Silvio's Glam Democracy, qui a été représentée pour la première fois sous forme de mise en espace/installation le 28 septembre 2011 à la Galerie Kiron de Paris.

  • L'ouvrage est placé sous le signe de la pluralité. Pluralité des regards qui s'y croisent : regards extérieurs d'historiens, de chercheurs, de journalistes ; regards intérieurs d'écrivains, migrants ou non, d'écrivains de la diaspora. Pluralité des périodes étudiées : le présent ne peut se comprendre sans le recours au passé et à l'Histoire, ainsi qu'à l'histoire des langues et des littératures.

    La pierre angulaire des études présentées ici est constituée par une introduction historique magistrale aux littératures de la Corne de l'Afrique par Didier Morin, l'un des grands spécialistes du domaine. La contribution de William Souny est aussi une étude d'ensemble, mais sur un plan synchronique, présentant un tableau synoptique des écrivains contemporains de la diaspora.

    L'ensemble des autres chapitres, dans leur diversité, s'accordent à faire apparaître un double mouvement qui, de la voix - orale, collective - conduit à l'auteur - individu qui donne sa voix à une collectivité -, et qui, de l'auteur, ramène à la voix qui fait redécouvrir, en milieu européen, l'oralité comme étant le trait mythique d'une tradition littéraire pluriséculaire.

    Pour compléter le volume, des extraits, en traduction française, de Regina di fiori e di perle (Rome, Donzelli, 2007), le roman de l'écrivaine italo-éthiopienne Gabriela Ghermandi et d'un récit du recueil Fra-intendimenti (Rome, Nottetempo, 2010) de l'écrivaine italo-somalienne Kaha Mohamed Aden.

empty