Nick Tosches

  • Vous comprenez, il fallait vraiment que j'aille en enfer.
    J'avais, pour ainsi dire, le mal du pays.

    Ajouter au panier
    En stock
  • États-Unis, années 50. Nick Tosches nous entraîne dans les débuts de l'industrie du rock'n'roll, dans les magouilles et autres règlements de compte qui jalonnent son histoire. il explore avec l'acuité du journaliste et la langue emportée de l'écrivain les coulisses d'une industrie qui a délaissé de grands musiciens aujourd'hui injustement méconnus, tant lLa compétition entre maisons de disques et la mafia en ont brisé quelques-uns... Et, au passage, Tosches prend un malin plaisir à détrôner les icônes, tels Elvis et les Beatles, ce "groupe de filles idiot avec des organes génitaux mâles".
    Truffé d'anecdotes, ce panorama littéraire de la scène rock présente les qualités d'un véritable documentaire, la neutralité en moins : le ton irrévérencieux est de mise et il réjouit.

  • Night train

    Nick Tosches

    Devenu champion du monde des poids lourds en 1962, Charles Sonny Liston semblait avoir exorcisé son passé de fils d'esclave. Il s'était frayé un chemin jusqu'au sommet, et ceux qu'il affrontait sur le ring disaient que personne ne pouvait l'arrêter. Ses liens avec la pègre en avaient fait un champion craint mais impopulaire. Et lorsqu'il perdit son titre face à Muhammad Ali, presque sans combattre, tout le monde eut l'air de s'en moquer. On connaît les qualités de Nick Tosches quand il s'agit de rendre le réel aussi passionnant qu'un roman. Il avait déjà percé à jour le mystère Dean Martin et mis en lumière les démons de l'Amérique dans Dino (Rivages/Noir n° 478). On lit avec la même passion son récit de la vie du boxeur Sonny Liston, personnage également énigmatique. Témoignages, documents officiels, archives privées, tout est matière pour Nick Tosches qui brosse le portrait d'un homme pitoyable et mythique, dans un style expressif et dense qui révèle son immense talent d'écrivain.

  • Le rock'n'roll n'a pas commencé avec Elvis, c'est ce que montre ici N. Tosches en offrant une hallucinante galerie de portraits de ces héros obscurs, tous plus déjantés les uns que les autres.

  • Dino

    Nick Tosches

    On croit lire une biographie de dean martin.
    Et l'on se retrouve plongé dans un roman. le grand roman de l'amérique où défilent pêle-mêle les immigrés italiens, la mafia, hollywood, les kennedy, las vegas et sinatra. une histoire dont le personnage principal est un inculte, roué et pathétique, cet homme public est mort sans avoir livré le secret de son improbable existence de star. il fallait tout le talent de nick tosches pour lui donner autant de vie et percer à jour une partie du mystère.

  • Louie est un petit rang, qui entretient des rapports difficiles avec sa maîtresse.
    Sa seule lumière, c'est son grand-oncle giovanni, une gloire locale de la mafia new-yorkaise, spécialisée dans les arnaques à la loterie. giovanni a une nouvelle idée d'arnaque, un plan pour détourner plusieurs millions de dollars à la loterie d'état.
    L'ennui c'est que plus le gâteau est gros, plus les rats sont nombreux...

  • J'ai voulu explorer les zones obscures de l'histoire de la country music, pas sa popularité actuelle ; écrire un livre pour ceux qui s'intéressent davantage à la question de savoir d'oú vient cette musique et ce qu'elle est profondément, plutôt qu'à son développement récent.
    Alors que le livre regorge de stars à moitié oubliées, de chanteurs de honky-tonk fanés, de rockabillies obscurs et de musiciens noirs des générations passées, alors que des pages et des pages sont consacrées à des gens comme jimmie rodgers, elvis presley et jerry lee lewis, ce vieux willie nelson et ce vieux waylon jennings ne sont signalés qu'en passant. et tandis que le plus long chapitre du livre est dédié au thème du sexe dans la country music, la vallée de l'ombre du décolleté de dolly parton est complètement passée à l'as.

  • N. Tosches était tombé par hasard sur un disque enregistré dans les années trente par un artiste dont le nom ne lui disait rien, Emmett Miller. La voix et la musique qu'il entend le chavirent.
    Il se lance alors dans une quête qui va durer des années (...) et finit par découvrir qu'Emmett Miller participait à des spectacles de ménestrel blackface, où des Blancs se grimaient en Noirs.

  • Chaldée ; Scratch

    Nick Tosches

    Chaldée est un livre patchwork rempli du souffle de lieux défunts, de caniveaux qui traversent le paradis et de dieux hantés par la folie, de sagesse et de rythmes anciens revenant en ville en pantalons mohair pour gosses. Chaldée est Newark. Chaldée est le lieu de toute magie noire plongée comme dans un lac au plus profond du coeur : lieu de résurrection, d'annihilation, et des brises de tout ce qui est prohibé.

    Récit d'une sombre beauté, où l'humour se mêle à la férocité, Scratch résonne d'un enfer qui est le paradis secret de son auteur.

  • Sous Tibère

    Nick Tosches

    Dans un recoin des archives secrètes de la bibliothèque vaticane, Nick Tosches découvre un codex vieux de deux mille ans qui relate les mémoires d'un aristocrate romain : Gaius Fulvius Falconius. Orateur de talent chargé d'écrire les discours de l'empereur Tibère, il tombe un jour en disgrâce et doit s'exiler en Judée. Il y fait la connaissance d'un jeune vagabond juif sans foi ni loi, obsédé par l'argent et le sexe, qui le fascine littéralement. Lui vient alors une idée : faire passer ce jeune homme au charisme indéniable pour le Messie tant attendu...
    Jésus de Nazareth revu et corrigé par l'auteur du Roi des Juifs : il fallait l'irrévérence et l'érudition de l'un des derniers hors-la-loi de la littérature américaine pour s'emparer d'un tel sujet. Se moquant de la religiosité et la morale, Nick Tosches dérange, choque, bouscule, et confirme une fois de plus sa virtuosité.

  • Un manuscrit complet de La Divine Comédie, rédigé de la main même de Dante, telle est la découverte extraordinaire et inespérée qui est faite à la Bibliothèque vaticane par un prêtre sicilien. Cette mise au jour suscite bien des cupidités : ce sont des millions et des millions de dollars que l'on pourrait gagner en vendant feuille à feuille l'autographe unique du grand poète italien.
    Mais pour cela, les mafiosi qui s'emparent de l'affaire ont besoin d'un conseiller qui inspire confiance, capable d'authentifier le document et qui puisse entrer en relation avec les éventuels acquéreurs. Ils ont tôt fait de découvrir l'homme de la situation : Nick Tosches lui-même, écrivain fou de Dante, qui désespère de la littérature et manque cruellement d'argent.
    Thriller à la violence implacable, journal désabusé, évocation des mystères de l'oeuvre de Dante., Nick Tosches joue sur les trois registres avec une maestria nonchalante et souveraine.

  • Fuck the living fuck the dead

    Nick Tosches

    • Allia
    • 26 Février 2004

    12 titres de Nick Tosches.

  • Nick, écrivain vieillissant installé à New York, refuse d'accepter les stigmates du temps et l'empreinte de la vie qui passe. Pour combattre l'inéluctable, il part en quête de jeunes femmes qu'il sait pouvoir impressionner par son raffinement et son érudition. Lorsqu'il rencontre l'envoûtante Melissa dans un bar de Manhattan, Nick est agité d'une pulsion incontrôlable et quasi animale ; il découvre le plaisir interdit du sang humain qu'il goûte en mordant la jeune femme. Submergés par une extase spirituelle et sexuelle intense, son corps comme son esprit s'en trouvent étrangement revigorés mais bientôt, la soif qu'il cherche à étancher le plonge dans les ténèbres effrayantes de la folie.

    Avec Moi et le Diable, roman dérangeant et virtuose, cru et furieux, qui revisite avec originalité le thème de l'immortalité et du pacte faustien, Nick Tosches s'impose définitivement comme l'un des derniers hors-la-loi de la littérature.

    « Un sommet, par l'un des plus grands écrivains actuels. Tosches connaît le diable comme personne. » Keith Richards.
    « Un nouveau chapitre dans l'oeuvre si singulière, et parfois délicieusement perverse, de Nick Tosches. » The New Yorker.

  • The Arnold Rothstein Story. An angry howl from the heart of America, 'King of the Jews' is at once a fractured biography of Arnold Rothstein, an elegy to New York's blaring glory years and a scathing attack on a host of contemporary demons.

  • Hellfire

    Tosches/Nick

    • Allia
    • 26 Octobre 2001

    Je veux que les choses soient bien claires. Hellfire de N. Tosches est le plus beau livre jamais écrit sur un interprète de rock'n'roll [Jerry Lee Lewis], il est sans égal.
    G. Marcus

  • Avec ce récit intime et exclusif, Nick Tosches continue à explorer l'un des thèmes précieux de son oeuvre : la fin de l'innocence. De la promesse brisée par une mère « ne se souvenant plus » qu'elle avait dit à son fils qu'elle l'autoriserait à fumer une cigarette le jour de son douzième anniversaire aux relations entre les personnages (la figure centrale et énigmatique du grand-père tissant des liens privilégiés avec Johnny) et aux rêves de cet enfant « cool » qui ponctuent le livre, jusqu'à la découverte de l'amour, l'écrivain américain, sans aucune nostalgie pour le monde de l'enfance, signe-là de nouveau un livre tour à tour baigné par la douceur et provocant : il pourrait en effet amener certains adultes faisant la lecture avec leur enfant à se questionner sur leurs propres renoncements, sur les quelques principes auxquels ils semblaient tant tenir durant leur jeunesse. et qu'ils n'ont fait que trahir. Mais cela, seul le regard de leur propre enfant pourra le leur faire savoir au fil de la lecture.

  • C'est d'abord l'histoire d'un coup de foudre artistique et amical entre deux artistes singuliers. Lorsqu'il découvre le travail de Thierry Alonso Gravleur dans une galerie de Los Angeles, Nick Tosches est frappé par la force expressionniste de sa peinture qui explore sans relâche la figure humaine : "Gravleur est capable de saisir un visage comme personne depuis Rembrandt, et de s'emparer d'une âme comme personne depuis Bosch." Les deux hommes se rencontrent et décident de travailler ensemble. une évidence, tant ils partagent une vision commune d'une humanité sans cesse déchirée entre pulsion et idéal. Le résultat est à la hauteur de leurs talents respectifs : les mots de Tosches font écho aux dessins et peintures de Gravleur, et vice-versa, les deux se mêlant en un sabbat infernal et sublime, quelque part entre rédemption et chaos. On pense aux Caprices de Goya. Une oeuvre choc, qui ne saurait laisser indifférent.

empty