Maurice Corbet

  • Né en 1961 à Shanghaï, Du Zhen-Jun, après avoir étudié la peinture traditionnelle à l'école des Beaux-Arts de Shanghai, découvre l'art occidental, s'intéresse à l'art abstrait, à la photographie et aux installations. À partir de son séjour aux Beaux-Arts de Rennes (1998), il s'oriente vers l'art multimédia, convaincu que les arts numériques sont les plus aptes à rendre compte du monde contemporain. Il poursuit sa recherche artistique en utilisant la photographie, le collage-assemblage et renoue avec la pratique de la peinture.
    Révélé au public par son exposition Être humain trop lourd (Festival d'automne, Paris, 2003) ou Ni dedans / ni dehors (Musée-Château d'Annecy, 2007), Du Zhen-Jun vit et travaille entre Paris et Shanghai.

  • Le 29 avril 1968, tout de suite après le journal télévisé, apparaissent dans la lucarne de drôles d'oiseaux qui vont vite scandaliser une partie des téléspectateurs : les Shadoks, créés par Jacques Rouxel (et commentés par Claude Piéplu !). À peine arrivés, déjà repartis : quelques jours plus tard, ils disparaissent des écrans pour cause de grève générale liée aux « événements » de mai 68. Mais les bestioles reprennent et poursuivent leurs aventures chaotiques dès septembre. Après cette première intitulée Et voilà le Shadok, trois autres séries voient le jour, en 1970, 1974 et 2000. Dans ce livre, documents rares, story-boards, dessins originaux, courriers des téléspectateurs permettent d'évoquer sous un jour inédit les sources artistiques et littéraires (revendiquées ou non) de Jacques Rouxel, le processus de création de l'auteur, l'étrange animographe, et la façon dont cette série mythique fut reçue tant par ses admirateurs inconditionnels que par ses détracteurs véhéments. Un voyage forcément réjouissant sur une planète pas comme les autres mais... un peu comme?la nôtre ? Ga bu !

empty