Langue française

  • Voici toutes les instructions pour apprendre à dessiner correctement une vache étape par étape : les quatre pattes, la queue, la tête allongée, les dents. Oups ! Pas de panique : cet album donne aussi toutes les instructions au cas où votre vache ressemblerait dangereusement à un crocodile ! Et si l'animal en question se jette soudain sur le dessinateur pour le dévorer, il sera toujours temps de sortir sa gomme.
    Un album délirant et réjouissant où l'on verra qu'apprendre à dessiner une vache peut être plus compliqué qu'il n'y paraît voire même très dangereux.

  • Dans des plans parallèles ou successifs, le livre aborde des sujets tels que l'amour maternel, la gémellité, la sécurité intra-utérine, mais également en fi ligrane l'égalité fi lle-garçon au gré d'une aventure pleine de fantaisie, qui prend paradoxalement sens avec la naissance.

  • Et si la brebis s'appelait Jean-Pierre ? Quel genre de brebis cela ferait-il ? Une brebis bien dépitée qui ne donne pas de lait. Et pourtant, on est souvent meilleur que ce que l'on s'imagine...

  • Ulysse est un chien artiste : tour à tour photographe, écrivain, acteur, chanteur...
    Il possède de nombreux talents. C'est bien connu, il est difficile de bien vivre de son art. Il vivote donc de ses créations mais ce n'est pas un SDF. Il préférerait gagner mieux sa vie. En attendant, Ulysse mange donc des patates...
    Tous les jours... Ce qui ne l'empêche pas d'être heureux car l'essentiel n'est pas là...

  • Simon et Naslat sont dans la même classe. Ils s'aiment, mais n'osent se l'avouer à un âge où le sentiment amoureux doit rester secret. Dans cet album à double lecture, leurs pensées intimes se font écho : d'un côté Simon le tendre, le poète, le discret, se rêve oiseau pour mieux s'approcher de Naslat ; de l'autre, enjouée et patiente, Nalsat nous livre ses émotions en écho. Au centre de l'album, les enfants se rejoignent dans l'espoir d'avoir un jour le courage de se parler.

  • Quand Patrick voit arriver Eripa dans sa classe, il pense qu'elle doit sûrement venir du Groenland pour être blanche comme ça, ou, en tout cas, d'un pays où il n'y a pas beaucoup de soleil. En fait, elle vient de Tchétchénie et elle ne parle pas du tout français. Alors pour se faire comprendre, elle fait des gestes. Et, quand Florence, la maîtresse, lui demande de s'asseoir à côté de Patrick, Eripa refuse en montrant un feutre noir. Le garçon met un certain temps à saisir ce que lui reproche la jeune Tchétchène. Mais, lorsqu'il comprend enfin, il voit rouge ! " Espèce d'effaceur ! " renchérit-il. Florence tente de calmer le jeu : " Elle n'a sans doute jamais vu d'enfant noir. " Ça ne réconforte pas Patrick.
    Finalement, Eripa accepte de s'asseoir à côté du garçon qui fait contre mauvaise fortune bon coeur et essaie d'aider Eripa. Mais elle refuse tout contact avec lui et s'applique, le nez collé sur sa feuille, à tracer des A et de B. " Décidément, cette fille ne m'aime pas. " pense Patrick.
    Et pourtant, le soir, quand il rentre chez lui, Patrick trouve un drôle de dessin dans son sac : une espèce de tank avec, en guise de signature, des A et des B. Un dessin d'Eripa !
    À partir de ce moment, il va en recevoir tous les jours - un chaton perdu dans la forêt, un crocodile écrasé sur la route, un soldat à l'air méchant, etc. -, mais la jeune fille ne lui adresse toujours pas la parole. D'ailleurs, elle ne parle à personne. Il commence à trouver ça louche. Les autres élèves de la classe aussi. Pourquoi Eripa refuse-t-elle de parler ? Et que veulent dire ces dessins étranges qu'elle dépose dans le sac de Patrick ?

empty