Georges Simenon

  • Le chien jaune

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 3 Janvier 2003

    Le Chien jaune Vendredi 7 novembre. Concarneau est désert. L'horloge lumineuse de la vieille ville, qu'on aperçoit au-dessus des remparts, marque onze heures moins cinq.
    C'est le plein de la marée et une tempête du sud-ouest fait s'entrechoquer les barques dans le port. Le vent s'engouffre dans les rues, où l'on voit parfois des bouts de papier filer à toute allure au ras du sol.
    Quai de l'Aiguillon, il n'y a pas une lumière. Tout est fermé. Tout le monde dort. Seules les trois fenêtres de l'hôtel de l'Amiral, à l'angle de la place et du quai, sont encore éclairées...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret et la jeune morte

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 15 Octobre 2003

    Maigret et la jeune morte Maigret bâilla, poussa les papiers vers le bout du bureau. - Signez ça, les enfants, et vous pourrez aller vous coucher.
    Les « enfants » étaient probablement les trois gaillards les plus durs à cuire qui fussent passés par la P. J. depuis un an. L'un d'eux, celui qu'on appelait Dédé, avait l'aspect d'un gorille, et le plus fluet, qui avait un oeil au beurre noir, aurait pu gagner sa vie comme lutteur forain. Janvier leur passait les papiers, une plume, et, maintenant qu'ils venaient enfin de lâcher le morceau, ils ne se donnaient plus la peine de discuter, ne lisaient même pas le procès-verbal de leur interrogatoire, et signaient d'un air dégoûté.
    L'horloge de marbre marquait trois heures et quelques minutes et la plupart des bureaux du Quai des Orfèvres étaient plongés dans l'obscurité. Depuis longtemps, on n'entendait plus d'autre bruit qu'un lointain klaxon ou les freins d'un taxi qui dérapait sur le pavé mouillé. Au moment de leur arrivée, la veille, les bureaux étaient déserts aussi, parce qu'il n'était pas neuf heures du matin et que le personnel n'était pas encore là. Il pleuvait déjà, de cette pluie fine et mélancolique qui tombait toujours.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les demoiselles de Concarneau

    Georges Simenon

    • Folio
    • 28 Janvier 1999

    Mentir. Chaque jour. Être surveillé dans ses moindres faits et gestes.
    Avoir deux soeurs qui lisent dans vos pensées et comptent le moindre centime. Jules Guérec a quarante ans. Il est le frère qui subit. Celui qui cache ses désirs, ses passions. Jusqu'au jour où l'irréparable arrive.
    Un accident. Le drame. De ces enchaînements de circonstances qui mènent au tragique.
    Roman de l'intime et de l'égoïsme, roman d'une ville vouée à la mer et au crachin, Les demoiselles de Concarneau est aussi le portrait d'une époque et d'un milieu, celui de la pêche, où l'oeil de Simenon aura su, une nouvelle fois, voir tout ce que l'humanité aimerait tant cacher d'ellemême.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'étoile du nord et autres enquêtes de Maigret

    Georges Simenon

    • Folio
    • 12 Juin 2019

    Pour résoudre ses affaires de meurtre, le commissaire Maigret a une méthode infaillible. Des bars mal famés de Pigalle aux hôtels douteux du quartier de la gare du Nord, ce fin connaisseur de la comédie humaine observe beaucoup, fume avec délectation son inséparable pipe et attend «le fait significatif qui ne manque jamais de se produire. Le tout, c'est d'être là quand il a lieu et d'en profiter...» Trois enquêtes captivantes du célèbre commissaire Maigret, par un très grand romancier du XXe siècle.

  • Les Vacances de Maigret

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 21 Février 2001

    Les Vacances de Maigret Alors que le couple Maigret se repose quelques jours aux Sables-d'Olonne, Mme Maigret est victime d'une crise d'appendicite. A l'hôpital où elle est soignée, une religieuse implore le commissaire de s'intéresser à « la malade du 15 ».
    Dans quelles circonstances cette jeune femme est-elle tombée de la voiture que conduisait son beau-frère, le Dr Philippe Bellamy ? Pourquoi ce dernier semble-t-il faire si peur à la jeune Lucile Duffieux, une gamine de quatorze ans qui sera assassinée peu après ? Qu'est devenu Emile, son frère aîné, parti pour Paris où il n'est jamais arrivé oe Et Maigret d'oublier ses vacances. Entre deux visites à l'hôpital, il va percer à jour une de ces passions morbides qui peuvent naître au sein d'une vie en apparence aussi calme et équilibrée que celle du Dr Bellamy...

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'homme qui regardait passer les trains

    Georges Simenon

    • Folio
    • 7 Décembre 1999

    « Permettez que je me présente : Kees Popinga, le satyre d'Amsterdam !
    » Ruiné ! Kees Popinga est ruiné, et il l'apprend de la bouche même de son patron, avant qu'il disparaisse... L'occasion pour lui de prendre la fuite, de devenir un autre homme (« corpulence moyenne, signes particuliers néant » !), de venger sa petite vie médiocre. Et de basculer dans le plaisir du crime.

  • Le train

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 21 Mai 2008

    Quand je me suis éveillé, les rideaux de toile écrue laissaient filtrer dans la chambre une lumière jaunâtre que je connaissais bien. Nos fenêtres, au premier étage, n'ont pas de volets. Il n'y en a à aucune maison de la rue. J'entendais, sur la table de nuit, le tic-tac du réveille-matin et, à côté de moi, la respiration scandée de ma femme, presque aussi sonore que celle des patients, au cinéma, pendant une opération.
    Elle était alors enceinte de sept mois et demi.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'homme de Londres

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 14 Avril 2004

    LoeHomme de londres Au moment même, on les prend pour des heures comme les autres et après coup seulement, on soeaperçoit que c?étaient des heures exceptionnelles, on soeacharne à en reconstituer le fil perdu, à en remettre bout à bout les minutes éparses.
    Pourquoi, ce soir-là, Maloin était-il parti de chez lui de mauvaise humeur ? On avait dîné à sept heures, comme doehabitude. Il y avait des harengs grillés, puisque c?était la saison. Ernest, le gamin, avait mangé proprement.
    Maintenant, Maloin se souvenait que sa femme avait dit :
    Henriette est venue tout à loeheure.
    Encore !
    Ce noeest pas parce que sa fille était bonne à tout faire dans la même ville, presque dans le même quartier, quoeelle devait accourir chez elle sous tous les prétextes. Sans compter que c?était toujours pour se plaindre.
    M. Laîné avait dit ceci, ou Mme Laîné avait dit cela.
    Il se pourrait que la place soit libre chez le pharmacien, où coeest tout de même plus propre que chez un boucher.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'Affaire Saint-Fiacre

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 3 Janvier 2003

    L'Affaire Saint-Fiacre Un grattement timide à la porte ; le bruit d'un objet posé sur le plancher ; une voix furtive:
    « Il est cinq heures et demie ! Le premier coup de la messe vient de sonner. » Maigret fit grincer le sommier du lit en se soulevant sur les coudes et tandis qu'il regardait avec étonnement la lucarne percée dans le toit en pente, la voix reprit :
    « Est-ce que vous communiez ? » Maintenant, le commissaire Maigret était debout, les pieds nus sur le plancher glacial. lI marcha vers la porte qui fermait à I'aide d'une ficelle enroulée à deux clous. lI y eut des pas qui fuyaient, et, quand il fut dans le couloir, il eut juste le temps d'apercevoir une silhouette de femme en camisole et en jupon blanc.
    Alors il ramassa le broc d'eau chaude que Marie Tatin lui avait apporté, ferma sa porte, chercha un bout de miroir devant lequel se raser.

  • La Première enquête de Maigret

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 17 Janvier 2001

    La Première Enquête de Maigret Qui a tiré un coup de revolver, en pleine nuit, dans l'hôtel particulier de la puissante famille Gendreau-Balthazar, rue Chaptal oe Tout jeune secrétaire du commissariat du quartier Saint-Georges, Jules Maigret se voit confier une enquête officieuse - car on n'attaque pas de front ces gens de la haute société, aux relations influentes.
    Maigret va habilement débrouiller l'écheveau des secrets de la famille Gendreau. En particulier les ambitions d'Hector, fondateur de la dynastie : assurer à sa descendance un nom à particule. Comment la vanité mêlée aux intérêts d'argent peut déboucher sur le meurtre, c'est ce que nous découvrirons au terme de l'enquête.
    Enquête inutile. Maigret apprendra que les riches méritent des égards auxquels d'autres classes sociales n'ont pas droit...

  • Maigret - le pendu de saint-phollien - le pendu de saint-pholien

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 19 Mai 2004

    Le Pendu de Saint-Pholien Personne ne s'aperçut de ce qui se passait. Personne ne se douta que c'était un drame qui se jouait dans la salle d'attente de la petite gare où six voyageurs seulement attendaient, l'air morne, dans une odeur de café, de bière et de limonade.
    Il était cinq heures de l'après-midi et la nuit tombait. Les lampes avaient été allumées mais, à travers les vitres, on distinguait encore dans la grisaille du quai les fonctionnaires allemands et hollandais, de la douane et du chemin de fer, qui battaient la semelle.
    Car la gare de Neuschanz est plantée à l'extrême nord de la Hollande, sur la frontière allemande.
    Une gare sans importance. Neuschanz est à peine un village. Aucune grande ligne ne passe par là. Il n'y a guère de trains que le matin et le soir, pour les ouvriers allemands qui, attirés par les gros salaires, travaillent dans les usines des Pays-Bas.
    Et la même cérémonie se reproduit chaque fois. Le train allemand s'arrête à un bout du quai. Le train hollandais attend à l'autre bout.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les inconnus dans la maison

    Georges Simenon

    • Folio
    • 24 Juin 1999

    N'ayant trouvé d'autre consolation que le vin depuis que sa femme l'a quitté, l'avocat hector loursat a cessé de plaider.
    Il vit à moulins, dans une grande maison aux trois quarts inhabitée, avec sa fille nicole qu'il n'aime pas.
    Un soir, tout son univers bascule : il découvre un inconnu qui vient d'être assassiné. c'est la révélation de toute la vie secrète de nicole.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La pipe de maigret

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 17 Octobre 2007

    La Pipe de Maigret II était sept heures et demie. Dans le bureau du chef, avec un soupir d'aise et de fatigue à la fois, un soupir de gros homme à la fin d'une chaude journée de juillet, Maigret avait machinalement tiré sa montre de son gousset. Puis il avait tendu la main, ramassé ses dossiers sur le bureau d'acajou. La porte matelassée s'était refermée derrière lui et il avait traversé l'antichambre. Personne sur les fauteuils rouges. Le vieux garçon de bureau était dans sa cage vitrée. Le couloir de la Police judiciaire était vide, une longue perspective à la fois grise et ensoleillée.

  • Maigret - l'ombre chinoise

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 31 Mars 2004

    B>LoeOmbre chinoise Il était dix heures du soir. Les grilles du square étaient fermées, la place des Vosges déserte, avec les pistes luisantes des voitures tracées sur loeasphalte et le chant continu des fontaines, les arbres sans feuilles et la découpe monotone sur le ciel des toits tous pareils.
    Sous les arcades, qui font une ceinture prodigieuse à la place, peu de lumières. A peine trois ou quatre boutiques. Le commissaire Maigret vit une famille qui mangeait dans loeune doeelles, encombrée de couronnes mortuaires en perles.
    Il essayait de lire les numéros au-dessus des portes, mais à peine avait-il dépassé la boutique aux couronnes quoeune petite personne sortit de loeombre.
    Coeest à vous que je viens de téléphoner oe Il devait y avoir longtemps quoeelle guettait. Malgré le froid de novembre, elle noeavait pas passé de manteau sur son tablier. Son nez était rouge, ses yeux inquiets.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La colère de Maigret

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 25 Avril 2001

    La Colère de Maigret Emile Boulay, patron de plusieurs cabarets montmartrois, est découvert étranglé près du Père-Lachaise.
    Avec qui avait-il rendez-vous ? Pourquoi, quelque temps plus tôt, cet homme habituellement si économe a-t-il retiré 500 000 francs de son compte bancaire ?
    Peu à peu, Maigret reconstitue les faits et découvre que Boulay est soupçonné de n'être pas étranger à la mort d'un racketteur du nom de Mazotti.
    Et, lorsqu'il s'apercevra que son nom a été cité, dans une sordide escroquerie, comme celui d'un policier corruptible, sa colère éclatera...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret et l'affaire Nahour

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 10 Mars 1999

    B>Maigret et l'affaire Nahour En pleine nuit, le docteur Pardon alerte son ami Maigret : un inconnu vient de lui amener une jeune femme, Lina, légèrement blessée par balle. Puis le couple a disparu, donnant de la blessure une explication très sommaire... Le lendemain, un Libanais du nom de Félix Nahour, joueur professionnel, est découvert assassiné dans son hôtel particulier. Il n'était autre que le mari de la jeune femme, dont la police retrouve la trace à Amsterdam, où elle s'est enfuie avec son amant, Vicente, un étudiant colombien.
    Nahour a-t-il tiré sur sa femme, comme celle-ci le prétend, parce qu'elle voulait demander le divorce ? Faut-il croire le secrétaire de Nahour, aux yeux de qui le meurtrier est évidemment l'amant de Lina ? Maigret ne parvient pas à se contenter de ces explications trop claires. Il lui faudra toute son intuition pour comprendre la mentalité des étrangers dont il s'occupe, et tout son ascendant pour leur faire avouer peu à peu la vérité.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La chambre bleue

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 25 Mai 2005

    Dans La chambre bleue, pratiquement tous les sujets et approches psychologiques de Simenon sont présents. Vie d'un bourg poitevin, ragots de village, mariage et adultère, immigré (ici, il est fils d'Italien) dans la France de l'époque, les commerçants et les ouvriers, les coupables et leurs juges, l'éducation d'un enfant, l'homme et la femme et leur impossibilité de communiquer. Un homme retrouve une camarade de classe et ils deviennent des amants merveilleux. Et tragiques. Simenon, comme souvent, brouille cette banale apparence avec des destins et des personnages extrêmement bien campés. et un érotisme, diffus, qui est omniprésent.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret se trompe

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 12 Avril 2000

    Maigret se trompe Qui a tué Louise Filon, alias Lulu, ancienne prostituée du quartier de La Chapelle, alors qu'elle était enceinte ? Et qui payait son appartement cossu, dans le quartier des Ternes ? En cherchant la réponse à ces questions, Maigret va découvrir deux hommes dans la vie de la victime : Pierrot, le musicien de musette, et le professeur Etienne Gouin, une sommité du monde médical. Il va aussi plonger dans deux Paris on ne peut plus dissemblables : celui des pauvres et des mauvais garçons, celui - feutré, silencieux, orgueilleux aussi - d'une bourgeoisie opulente...
    Reste à découvrir le coupable. Et son mobile. Et pour cela, à affronter la personnalité imposante du médecin, que Maigret semble redouter...

  • Le coup de vague

    Georges Simenon

    • Folio
    • 18 Mars 2021

    Jean a toujours vécu heureux avec ses deux tantes, dans son village de Marsilly, non loin de La Rochelle. Il aime son travail de bouchoteur, sa moto et une partie de billard de temps à autre ; la vie lui semble unie, simple, sans mystère. Mais un incident lui fera découvrir que le village n'est pas aussi serein qu'il le paraît et que ses tantes elles-mêmes cachent des secrets. On l'oblige à partir et, lorsqu'il revient, le village a repris son visage impassible. Curieuse sérénité...

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret - la guinguette a deux sous

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 6 Avril 2005

    La Guinguette
    à deux sous


    Une fin d'après-midi radieuse. Un soleil presque sirupeux dans les rues paisibles de la Rive Gauche. Et partout, sur les visages, dans les mille bruits familiers de la rue, de la joie de vivre.
    Il y a des jours ainsi, où l'existence est moins quotidienne et où les passants, sur les trottoirs, les tramways et les autos semblent jouer leur rôle dans une féerie.
    C'était le 27 juin. Quand Maigret arriva à la poterne de la Santé, le factionnaire attendri regardait un petit chat blanc qui jouait avec le chien de la crémière.
    Il doit y avoir des jours aussi où les pavés sont plus sonores. Les pas de Maigret résonnèrent dans la cour immense. Au bout d'un couloir, il interrogea un gardien.
    - Il a appris oe.
    - Pas encore.
    Un tour de clef. Un verrou. Une cellule très haute, très propre, et un homme qui se levait tandis que son visage semblait chercher une expression.
    - ça va, Lenoir ? questionna le commissaire.

  • La rue aux trois poussins

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 16 Avril 2014

    Il y a un quart d'heure à peine que Mme Romond, la grosse toujours en négligé, a lavé son seuil de deux marches et sa portion de trottoir. Si bien que devant sa maison il y a un rectangle bien dessiné de pavés qui paraissent noirs et qui reluisent. La semaine passée, l'agent de police est allé de maison en maison pour rappeler aux gens qu'ils devaient arracher l'herbe entre les pavés et, pendant toute une journée, on a entendu le crissement des couteaux sur la pierre.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'ami d'enfance de Maigret

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 1 Octobre 1997

    C'est sans réel plaisir que Maigret voit ressurgir Léon Florentin, son ancien condisciple au lycée Banville, à Moulins, qu'il n'a jamais particulièrement estimé. Quant à l'affaire que lui apporte celui-ci, elle n'est guère ragoûtante non plus : l'assassinat d'une certaine Joséphine Papet, dite Josée, maîtresse de Florentin et de plusieurs autres messieurs d'âge mûr qui lui procurent de quoi vivre, au nombre desquels un haut fonctionnaire, un industriel de Rouen, un Bordelais négociant en vins...
    Florentin est-il antiquaire, comme il le prétend ? Que font dans son logis du boulevard Rochechouard les économies de Josée ? Faut-il croire qu'il a réellement voulu se suicider en se jetant dans la Seine ? Il y a vraiment des gens qui vous font douter de tout...
    Entre Montmartre et Notre-Dame-de-Lorette, Maigret débrouille un à un les fils d'une énigme où la respectabilité dissimule la médiocrité, voire le sordide.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret et le fantôme

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 17 Mars 2010

    II était un peu plus de une heure, cette nuit-là, quand la lumière s'éteignit dans le bureau de Maigret. Le commissaire, les yeux gros de fatigue, poussa la porte du bureau des inspecteurs, où le jeune Lapointe et Bonfils restaient de garde. " Bonne nuit, les enfants ", grommela-t-il Dans le vaste couloir, les femmes de ménage balayaient et il leur adressa un petit signe de la main. Comme toujours à cette heure-là, il y avait un courant d'air et l'escalier qu'il descendait en compagnie de Janvier était humide et glacé.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Maigret et les braves gens

    Georges Simenon

    • Librairie generale francaise
    • 28 Janvier 2004

    Maigret et les braves gens Au lieu de grogner en cherchant loeappareil à tâtons dans loeobscurité comme il en avait loehabitude quand le téléphone sonnait au milieu de la nuit, Maigret poussa un soupir de soulagement.
    Déjà il ne se souvenait plus nettement du rêve auquel il était arraché, mais il savait que c?était un rêve désagréable : il tentait doeexpliquer à quelquoeun doeimportant, dont il ne voyait pas le visage et qui était très mécontent de lui, que ce n?était pas sa faute, quoeil fallait montrer de la patience à son égard, quelques jours de patience seulement, parce quoeil avait perdu loehabitude et quoeil se sentait mou, mal dans sa peau. Quoeon lui fasse confiance et ce ne serait pas long. Surtout, quoeon ne le regarde pas doeun air réprobateur ou ironique?

    En stock

    Ajouter au panier
empty