Bandes dessinées

  • 1871. La France et sa capitale viennent de connaître des mois sombres. Pendant le conflit avec la Prusse, qui a affamé Paris assiégé, Sarah avait transformé le théâtre de l'Odéon en ambulance, et s'était muée en infirmière pour soigner les blessés.
    Alors que la vie reprend un semblant de normalité, Sarah doit faire ses preuves sur les planches et jouer dans une pièce qui démontrera toute l'étendue de son talent. Après des années d'apprentissage et de galère, la voilà prête à s'élancer dans une carrière qu'elle veut prestigieuse.
    Victor Hugo se présente comme l'homme providentiel et lui propose le rôle de la reine dans son Ruy Blas... Les deux artistes se découvrent des affinités et la pièce connaît un immense succès, son premier triomphe... Sarah Bernhardt détonne dans un paysage enraciné dans ses valeurs traditionnelles où la place des femmes est souvent consignée au foyer. Forte de la liberté qui lui apporte son succès sur les planches, la comédienne n'hésite pas à claquer les portes des théâtres prestigieux (l'Odéon), joue selon son envie des rôles féminins ou masculins.
    Son incroyable aura fait d'elle une muse pour Émile Zola, Edmond Rostand, Marcel Proust ou Sacha Guitry... sa notoriété dépasse l'hexagone, elle s'embarque à plusieurs reprises dans des triomphales tournées internationales.
    Elle est aussi reconnue pour ses prises de positions audacieuses qui en font une citoyenne de premier plan : féministe avant l'heure, elle milite aussi contre la peine de mort, soutient Zola dans l'affaire Dreyfus.

  • Jbara vit, dans les montagnes d'un pays du Maghreb, entre ses parents, ses cinq frères et soeurs, et ses brebis. Elle rêve d'ailleurs. Son père, ignorant et brutal, la traite en servante. Elle couche avec les bergers de passage en échange de quelques douceurs. Son plus grand plaisir ? Les yaourts à boire à la grenadine Raïbi Jamila. Un jour, elle se retrouve enceinte. Elle est alors bannie et contrainte d'aller à la ville où l'attend une vie de misère. Dans un monde qui ne veut pas d'elle, elle parle à Allah. Il est son seul confident. Elle lui raconte sa vie, la misère, le mépris. Car, à la ville, elle va devoir survivre. survivre aux hommes qui la traitent en objet, à la prostitution, à la prison : une vie semblable à tant de vies de femmes, aujourd'hui.

empty