Claude Nori

  • Ghirri affirma plusieurs fois que « la photographie était d'abord une façon de penser la photographie » mais il ne cessa en fait de « penser par images ». Son travail par séries et séquences, ses livres conçus comme un enchainement poétique laissent toujours la place à l'émotion, Géomètre, artiste conceptuel, photographe, théoricien, éditeur, organisateur d'expositions, il transforma et fit connaitre la photographie italienne dans son pays et à l'étranger. Il fut l'ami de nombreux intellectuels, architectes, historiens, musiciens et penseurs qui vivaient près de chez lui à Modène où régnait une intense activité artistique.
    Claude Nori, son ami depuis 1973 jusqu'à sa disparition en 1992, a publié tous ses livres en France. Il dresse ici un portrait vivant, intime, libre et très émouvant de ce grand photographe à travers leurs voyages, leurs virées sur les petites routes de la plaine du Pô, leurs échanges sur la technique et les tirages, leurs discussions sur le cinéma néoréaliste, les grands courants et les ouvrages qui marquèrent la photographie. Composé en chapitres qui sont autant de petites anecdotes de moments partagés, le livre restitue l'ambiance de ces années de rupture et de renouveau permettant de comprendre la pensée et l'oeuvre de Ghirri : la conception du livre Kodachrome, la visite de l'atelier Morandi, Versailles, le colloque à la Sorbonne en 1985, Bob Dylan, Lucio Dalla, Walker Evans...
    Ce portrait à l'opposé de tous les poncifs théoriques révèle un Luigi Ghirri, drôle, émouvant qui semblait avoir trouvé « un équilibre extraordinaire entre le mal-être de l'existence et le bien-être du regard ».

  • Vacances en Italie

    Claude Nori

    Les vacances en Italie ! C'est un désir puissant, joyeux, éternel renforcé par les films, les chansons et les romans.
    C'est aussi une couleur où se fondent à la fois le ciel et la mer dans un soleil qui vient réchauffer nos souvenirs heureux de voyages, de rencontres, de farniente ou d'amours balnéaires.
    C'est maintenant le nouveau livre de Claude Nori qu'on attendait depuis Un été Italien, son livre épuisé depuis près de vingt ans. On y trouvera ses images connues mais aussi de nouvelles photographies en couleurs accompagnées d'un récit dans lequel il relate l'ambiance si particulièrement optimiste des années 70 et 80 mais aussi son approche et sa démarche photobiographique dont il fut l'un des précurseurs.
    Claude Nori a établit sa renommée avec ses photographies des bords de mer, la sensualité des belles italiennes, son art du cadrage pour saisir les amours adolescents et le dynamisme de la jeunesse, la soif de bonheur dans laquelle se cache une pointe de mélancolie et une nostalgie créative.

  • Un photographe amoureux

    Claude Nori

    Claude Nori se souvient de ses premiers pas dans la photographie et la géographie des sentiments. À chaque page renaît l'atmosphère de la fi n des années soixante, à Toulouse. Au cours de ce long été 69, Claude Nori rencontre des fi lles qui se déshabillent avec plaisir quand il les photographie. Tomber amoureux l'aide à affi ner son regard. S'enchaînent bien vite les mises en scène, les happenings, les poses de nu dans la nature et les délires visuels qu'il imagine avec des complices. Ces joyeux desperados de l'objectif passeront des nuits blanches à percer les mystères de la chambre noire.. Aux terrasses des cafés ou dans des caves bruyantes saturées de musique rock, la jeunesse affi che sa sensibilité à fl eur de peau et son mépris des conventions. Gauchistes, artistes, libertaires, fi ls à papa, jolies hippies, tous se cherchent et désirent vivre autrement que leurs aînés. Quand viennent les beaux jours, ils se demandent bien où passer leurs vacances. Certains prendront le bateau pour Ibiza ou Brighton, d'autres prendront la route de Biarritz ou de Narbonne plage. Quand arrivera l'automne, quelques-uns choisiront Paris comme destination d'une passion artistique.

  • Stromboli

    Claude Nori

    Préface d'Alain Bergala.

    En 1989 et 1990, Claude Nori partait à Stromboli sur les traces de Roberto Rosselini et d'Ingrid Bergman pour un voyage d'amour et un hommage photographique à ce film mythique pour en tirer une oeuvre violente et passionnelle qui donnera lieu à un livre sorti en 1991.

    En 1949, Roberto Rosselini était déjà amoureux d'Ingrid Bergman, une actrice suédoise vivant à Hollywood, mariée et qui sortait d'une idylle avec Robert Capa, le célèbre photojournaliste, créateur avec Henri Cartier-Bresson de l'agence Magnum. En 1949, Ingrid Bergman avait vu les deux films Païsa et Roma città aperta de Roberto Rossellini. Elles les avait adorés et lui avait envoyé une véritable déclaration d'amour à laquelle le réalisateur avait répondu en lui offrant de tourner dans Stromboli sur une île noire et blanche dominée par un cratère en éruption afin de l'extraire du monde et de l'avoir entièrement à lui dans la fureur du volcan et la rudesse de ses habitants.

    Une réimpression s'imposait. Voilà qui est fait. Claude Nori a tenu à procédér à un nouvel éditing et à sélectionner quelques nouvelles photographies et proposer une nouvelle maquette qu'accompagne une préface d'Alain Bergala, critique aux Cahiers du cinéma, cinéaste, auteur de nombreux ouvrages sur Rossellini, Kiarostami et Godard.



    D'origine italienne, Claude Nori, à la fois photographe, écrivain et éditeur a réalisé depuis 1975 plusieurs livres de caractère autobiographiques qui avaient l'Italie, l'amour la nostalgie de l'adolescence et la fascination pour les films néoréalistes comme thèmes principaux. Sa grande exposition à la Maison Européenne de la Photographie en 2012 avait mis en avant l'importance de son travail d'auteur à travers le livre de photographie qu'il appréhende comme un lieu de création unique propice à un langage original entre réalité et fiction.

  • Un voyage à travers les saveurs, les parfums, les émotions de l'Italie qui a su préserver son art de vivre unique malgré les bouleversements de la mondialisation.
    De nombreuses photographies parcourent le récit pour une promenade subjective et gourmande.

  • En quatorze chapitres, une synthèse des grands courants qui ont marqué l'histoire de la photographie française, des inventeurs Niepce et Daguerre à 2000.

  • JOURS HEUREUX AU PAYS BASQUE est un ouvrage rare qui exalte le sentiment précieux d'appartenir pleinement au monde, de se sentir en symbiose avec une région où l'air chargé de bonheur ouvre l'appétit de vivre, incite à manger le ciel et les nuages et à plonger dans l'océan vers d'autres horizons.
    Depuis plus de trente ans, Claude Nori fixe avec gourmandise les jours et les nuits, le passage des saisons, la lumière changeante et le soleil à l'éclat si fin qu'il semble n'avoir ni origine ni destin. Il photographie sa famille, sa femme, ses filles, les habitants et les rencontres émouvantes que lui procurent des êtres d'exception venus respirer l'air d'une créativité stimulante. Ivre d'images, il s'abandonne aux éblouissements métaphysiques chers à De Chirico. Ses escapades sentimentales nous entraînent vers les terres intérieures, les collines et les montagnes, au beau milieu des paysages où règne encore une certaine harmonie.
    À l'aide de textes poétiques, de réflexions personnelles, d'extraits de carnets intimes ou de citations empruntées à des auteurs complices, il propose une forme contemporaine de narration qui éclaire d'un jour nouveau le Pays basque et en restitue toute l'originalité.
    Ses photographies, évitant les clichés maintes fois répétés, nous font découvrir une autre réalité, surprennent par leurs cadrages et la familiarité qu'elles semblent entretenir avec les lieux et les gens, éveillent cette mélancolie stimulante qui ravira tous ceux qui aiment le Pays basque de Biarritz à Anglet, Hendaye, Arcangues, Saint-Jean-de- Luz en passant par Itxassou, Cambo-les-Bains, San Sebastian ou encore le désert des Bardenas.

  • Biarritz a son hiver bien à lui, bien au chaud dans le coeur de ses habitants, un hiver jaloux que l'on aime pas trop partager avec les étrangers, une samba triste faite de formes et de rythmes comme le chante si bien Pierre Barouh.
    Connu pour son attachement aux ambiances des bords de mer, aux jeux de la plage, aux corps alanguis au soleil, à la peau dorée des belles italiennes, au petit théâtre des amoureux de passage, à ce doux farniente s'emparant des humains et qui donne le sentiment du bonheur, Claude Nori nous propose une vision tout à fait originale de Biarritz en hiver, cette saison qui n'appartient jalousement qu'à ses habitants. En noir et blanc, il a capté à la fois le caractère métaphysique, cubiste et parfois surréaliste de la ville qu'un long sommeil glacé avait mis sous anesthésie générale et que son regard est venu révéler le temps d'un hiver.
    La ville où il vit depuis maintenant près de vingt ans et dont il se vantait de connaître l'âme, l'histoire, les quartiers, l'architecture, les places et les habitants se présenta à lui sous forme d'une énigme que la lumière si pure d'un mois de novembre amplifiait.
    « Un peu partout les formes vibraient, les ombres s'allongeaient et se répondaient, porteuses d' idées et de pensées nouvelles . Il flottait dans l'air un sentiment de beauté métaphysique que le printemps emportera pour des réjouissances plus charnelle et balnéaires ».
    Un petit livre-objet, plein de charme et de poésie.

  • Ce livre réunit une sélection des photographies de Claude Nori réalisées sur plus de 30 ans et un texte sur le thème de la Géométrie du fl irt, prolongement du Manifeste Photobiographique écrit avec Gilles Mora en 1983.
    Figure marquante de la photographie française, Claude Nori, inventeur inattendu du fl irt photographique est l'auteur de plusieurs livres sur le thème de l'adolescence et de l'Italie. Il a publié dernièrement La Photographie en France aux éditions Flammarion et Passions al dente aux éditions Éditalie.
    Cet ouvrage est publié à l'occasion de l'exposition « La Géométrie du Flirt » en juin, juillet, août et septembre 2011 à la Galerie Municipale du Château d'Eau à Toulouse.

  • Photographe, écrivain, cinéaste, fondateur des éditions Contrejour, des Cahiers de la Photographie et des revues Camera international et Photo Nouvelles, Claude Nori nous livre une série de photographies inédites réalisées entre Biarritz et Tahiti, délaissant le temps d'un opuscule la chaleur des étés italiens.
    Véritables offrandes de soleil, de fleurs, de fruits et d'océan, ses images vont par deux comme si, pour Nori, le couple garantissait par essence un supplément de bonheur. Drapés de couleurs douces ou acidulées, les diptyques campent des moments, des personnages et des natures mortes vibrantes, partageant le même calme et une semblable volupté. Un voyage au cour du plaisir, un bonheur qui garde la beauté de l'irréel et le goût de l'impossible félicité.

  • Quand Roquette Rockers (Ken Pate) parait en 1975, il ouvre la voie à vingt ans d'édition chez Contrejour. Mais il incarne aussi et surtout l'agitation artistique de toute une génération de jeunes photographes, galeristes et éditeurs parmi lesquels Claude Nori fait figure de leader. La galerie parisienne d'abord, puis la revue et les éditions du même nom cristallisent un ensemble d'aspirations modernistes qui aboutiront à un catalogue de livres graphiquement audacieux, traçant des chemins de traverse entre les générations, les territoires et les styles (Sabine Weiss, Bernard Plossu, William Klein, Pierre & Gilles, Mario Giacomelli, Edouard Boubat, Anders Petersen, Jeanloup Sieff.).
    Ces chemins, Jean-Marc Le Scouarnec les emprunte de nouveau et, au-delà des anecdotes artistiques et amicales, formule des analyses photographiques, graphiques et techniques particulièrement documentées qui témoignent du rôle majeur tenu par Contrejour dans l'histoire de la photographie et de l'édition.

empty