Susan Faludi

  • Être femme aujourd'hui en Amérique, quelle chance extraordinaire ! « Et pourtant... » : ces deux petits mots et points de suspension, contiennent en puissance la somme de travail effectuée par Susan Faludi depuis 1986, l'ampleur de son enquête, 500 pages d'analyses exhaustives et d'une honnêteté qui ferait croire que la déontologie journalistique n'est pas un vain mot, quatre années terribles passées à éplucher les statistiques triomphalistes, à décrypter les sous-entendus des discours prononcés, à passer au crible les nouvelles modes vestimentaires, esthétiques, publicitaires ou juridiques, bref à chercher ce qui fonde aujourd'hui la mise au ban du problème majeur du statut de la femme au sein de la société contemporaine. « La vérité, c'est que nous assistons depuis dix ans à une revanche, à une puissante contre-offensive pour annihiler les droits des femmes », pour faire croire que « le chemin qui conduit les femmes vers les sommets ne fait que les précipiter, en réalité, au fond de l'abîme ». S.F.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans la chambre noire

    Susan Faludi

    • Fayard
    • 12 Septembre 2018

    Le 7 juillet 2004, Susan Faludi reçoit un e-mail d'une certaine Stéfanie, accompagné de photographies. Sur l'une d'entre elles, on distingue une femme âgée posant dans le hall d'un hôpital thaïlandais. Sur une autre, on l'aperçoit dans un bosquet, arborant une perruque d'un roux flamboyant.
    Steven, après vingt-cinq ans de silence, a préféré les images pour annoncer à sa fille, via ce message électronique, qu'il avait changé de sexe. Et pour l'inviter en Hongrie, où Stéfi est retournée vivre, afin d'écrire son histoire.
    Comment Steven a-t-il pu passer de pater familias misogyne et violent à cette femme hongroise ? Et pourquoi ? À travers une enquête passionnante dans le Budapest des pogroms jusqu'à celui, actuel, du repli identitaire, Susan Faludi tente de répondre à ces questions en plongeant dans l'enfance de Steven, jeune juif contraint de se déguiser pour survivre aux rafles.
    Depuis la Hongrie jusqu'au États-Unis, en passant par le Brésil où il avait trouvé refuge, ainsi qu'une photographie se développerait par couches dans une chambre noire, Susan démaquille les visages de son père. L'auteur n'écrira finalement pas l'histoire de Stéfi, mais celle d'une réconciliation. Un récit poignant, qui pose de façon inédite la question des identités, aussi bien sexuelles que religieuses ou politiques.

  • Backlash

    Susan Faludi

    Être femme aujourd'hui en Amérique, quelle chance extraordinaire ! « Et pourtant... » : ces deux petits mots et points de suspension, contiennent en puissance la somme de travail effectuée par Susan Faludi depuis 1986, l'ampleur de son enquête, 500 pages d'analyses exhaustives et d'une honnêteté qui ferait croire que la déontologie journalistique n'est pas un vain mot, quatre années terribles passées à éplucher les statistiques triomphalistes, à décrypter les sous-entendus des discours prononcés, à passer au crible les nouvelles modes vestimentaires, esthétiques, publicitaires ou juridiques, bref à chercher ce qui fonde aujourd'hui la mise au ban du problème majeur du statut de la femme au sein de la société contemporaine. « La vérité, c'est que nous assistons depuis dix ans à une revanche, à une puissante contre-offensive pour annihiler les droits des femmes », pour faire croire que « le chemin qui conduit les femmes vers les sommets ne fait que les précipiter, en réalité, au fond de l'abîme ». S.F.

  • Anglais In the Darkroom

    Susan Faludi

    A jigsaw puzzle of the 20th century, Faludi's father's life provoked her into a journey to understand this angry, tormented, violent sometimes monstrous man. Alienated by decades of no contact, she travelled across the globe to her Hungarian roots and back three generations into the tragedy of her Eastern European family, uncovering in the process the experience of Budapest in the Second World War and deep questions of religious, racial, sexual, and national identity which continue to transfix our age.

empty