Hicham-Stéphane Afeissa

  • Manifeste pour une écologie de la différence Nouv.

    Comment mettre un terme au rapport de domination et de violence que nous entretenons avec la nature en général et les animaux en particulier ? Peut-on espérer y parvenir en apprenant à nous réconcilier avec la Vie censée relier de manière fondamentale l'homme et l'animal, et à entrer en résonance avec une Nature qui a cessé de nous parler ? Le but de ce Manifeste est de montrer les limites et les faiblesses du principe d'une telle solution en plaidant pour une écologie de la différence.
    L'animal conçu comme être sensible et vulnérable, méritant en tant que tel pitié et compassion, est une abstraction philosophiquequi, sous couvert d'élever le statut des animaux et de leur garantir une forme de protection morale et juridique, commence par leur faire violence en ne respectant pas leur altérité fondamentale et la richesse de leur mode d'existence. La planète - même et peut-être plus que jamais à l'âge de l'Anthropocène - demande elle aussi à être comprise dans son étrangeté comme nature créative, potentiellement incontrôlable et foncièrement imprévisible.

  • Portraits de philosophes en écologistes est le cinquième livre d'Hicham-Stéphane Afeissa.
    Celui-ci, en une dizaine d'années, est devenu un auteur de référence en France concernant les enjeux fondamentaux que représentent, pour le monde des idées et la philosophie en particulier, les questions écologiques. En inventant une manière inédite de faire de l'histoire de la philosophie, H.-S. Afeissa dresse le portrait philosophique de grands penseurs célèbres (Arendt, Heidegger, Deleuze, Sloterdijk, Latour, Serres.) ou un peu moins (Norton, Rolston, Beck, Næss) et va chercher au coeur de leur travaux en quoi ce que nous pourrions appeler une « écologie philosophique », est à l'oeuvre. Écrit dans un souci de clarté, Portraits de philosophes en écologistes, procure un point d'accès sans équivalent pour comprendre ce que peuvent être aujourd'hui les enjeux et les défis de la philosophie face à la crise écologique.

  • -De la bombe nucléaire au péril écologique: le temps des catastrophes? -Quelles responsabilités les effets imprévisibles de nos interventions dans la nature engendrent-ils? - Notre société est-elle devenue une société du risque? -La crise écologique est-elle une crise des systèmes de moralité? -Comment guider la décision en matière de politique environnementale?

    Ajouter au panier
    En stock
  • De formation relativement récente, l'esthétique de l'environnement est un courant philosophique anglo-saxon qui a émergé au croisement de l'esthétique analytique et de l'éthique environnemen­tale. En rupture avec la domination sans partage du modèle de l'esthétique des oeuvres d'art, elle a entrepris de mettre au centre de son attention les environnements naturels, en entendant par là non seulement les entités individuelles qui peuvent s'y trouver, mais aussi, des ensembles plus vastes tels que des paysages ou des écosystèmes, en s'efforçant de déterminer à chaque fois l'objet propre et les modalités de l'appréciation esthétique. Elle s'est également efforcée de poser le problème de savoir sous quelles conditions il est possible de nouer un lien entre l'appréciation esthétique de la nature et la détermination des devoirs qui nous incombe à son égard.

    Avec des textes de A. Berleant, E. Brady, A. Carlson, N. Carroll, S. Godlovitch, R. Hepburn, N. Hettinger, H. Rolston et Y. Saito.

  • Plutôt que de se joindre au choeur de ceux qui dénoncent le catastrophisme du discours écologique en ne voulant voir en lui que le recyclage culturel de peurs ancestrales, l'auteur de ce livre a choisi de prendre au sérieux le rapprochement proposé entre le discours écologique et les discours qui, à un moment ou un autre de l'histoire, ont cherché à élaborer une représentation de la fin du monde et de l'humanité - de l'Apocalypse biblique à Hiroshima, en passant par le mythe du Déluge et les spéculations des scolastiques sur l'hypothèse de l'annihilation du monde, sans oublier les récits de fiction mettant en scène la disparition de l'humanité dans un monde post-apocalyptique.
    En prenant ces divers textes au pied de la lettre et en les décomposant en leurs éléments génériques respectifs, la généalogie du discours écologique cherche tout d'abord à mettre au jour un certain nombre d'éléments analogiques, puis à élucider la logique selon laquelle des transferts de schèmes discursifs se sont effectués subrepticement d'un domaine de réflexion à un autre, conduisant parfois à méconnaître la spécificité des problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés.

  • En quel sens pouvons-nous dire que les animaux nous regardent? Sans doute n'ont-ils jamais manqué de retenir toute notre attention; sans doute n'ont-ils plus à se plaindre de nos jours, du moins pour certains d'entre eux, de ne pas être l'objet de nos soins. Mais il semble que leur regard n'ait pu longtemps se réfléchir dans le miroir que nous leur tendions, parce que nos manières de penser et de vivre les traitaient comme des êtres muets et aveugles, et que le miroir leur renvoyait la seule image de l'homme. Ce volume propose quelques-uns des travaux menés ces dernières années en philosophie et en éthique animale qui ont le plus contribué à promouvoir de nouvelles manières d'interroger la différence supposée entre les êtres humains et les animaux, ainsi que la responsabilité morale qui nous incombe dans le cadre des communautés que nous formons avec eux.

    Ajouter au panier
    En stock
empty