Grégor Mathias

  • Novembre 1954 : l'insurrection éclate en Algérie. Et déjà, le conflit gagne la métropole. À Paris, Lyon ou Marseille, les combattants du FLN traquent sans pitié aussi bien les Algériens qui n'adhèrent pas à leur cause que les forces de l'ordre : attaques de cafés, attentats à la bombe, mitraillage de commissariats, égorgements... Au total, plus de 4 000 victimes, essentiellement algériennes. Face à cette stratégie de terreur, les autorités françaises créent des unités spéciales chargées, sur le terrain, de démanteler ces réseaux, quel qu'en soit le prix.
    Les dessous d'une guerre secrète et méconnue qui s'est déroulée, pendant huit ans, sur le territoire français.

  • L'émergence et le développement de l'État islamique répondent à une stratégie régionale et mondiale théorisée par des idéologues djihadistes et des officiers irakiens. Le départ des jeunes français en Syrie et les attentats de Paris et de Bruxelles de 2015 et 2016 s'inscrivent à la fois dans cette stratégie politique et dans un projet religieux islamiste. Dans cette nouvelle forme de guerre contre le djihadisme international à laquelle la France est confrontée, il existe désormais un deuxième front, un front intérieur. Cet ouvrage présente les aspects géopolitiques et religieux des crises que traverse notre pays et analyse le phénomène djihadiste à partir des revues et des vidéos de l'État islamique, ainsi que des témoignages de djihadistes allemands et français.

  • Après le naufrage diplomatique africain de Nicolas Sarkozy qui a réussi à déstabiliser une grande partie du Sahel par le biais d'une campagne militaire en Libye qui s'est révélée être une erreur monumentale, François Hollande a été contraint de réparer une partie des erreurs de son prédécesseur. À la tête de la diplomatie française, Hollande arrive sans connaissances sur l'Afrique et avec des idées simples de non-ingérence dans les affaires africaines, de refus de toute connivence avec les chefs d'État rétifs à la démocratie et la volonté d'ignorer les dictateurs africains. Les crises malienne et centrafricaine vont l'obliger à changer radicalement de posture. Un court essai extrêmement instructif.

  • Les SAS, mis en place dans les campagnes à partir de 1955, vont assurer les besoins administratifs, sociaux, médicaux, matériels et scolaires de la population mais aussi de protection, de contrôle et de renseignement. Appuyés sur des témoignages écrits et oraux, sur des documents d'archives inédites récemment ouvertes, cet ouvrage se veut une première synthèse de ce que fut l'action civile et militaire des SAS entre 1955 et 1962

  • En 2015, la France découvre qu'elle peut être la cible en plein coeur de Paris d'attentats coordonnés et simultanés. Depuis les attentats inspirés ou organisés, réussis, ou déjoués, se sont multipliés sur le territoire national, en Europe ou à l'étranger contre les intérêts français.
    Anticipant les problèmes posés par la surveillance ou prenant conscience des failles des forces de l'ordre après un attentat, les pouvoirs publics ont fait évoluer progressivement les moyens matériels et l'arsenal judiciaire pour s'adapter à la mutation de la menace terroriste.
    Trois ans après les premiers attentats, Gregor Mathias fait un bilan de ce qui a changé dans le domaine du renseignement intérieur et extérieur, de la lutte au quotidien contre le terrorisme par le plan Sentinelle et les lois antiterroristes et des procédures judiciaires, il montre que cette stratégie est complétée par des opérations militaires menées contre les djihadistes et les donneurs d'ordre à l'étranger. Tout en n'éludant aucun dysfonctionnement ayant conduit à un attentat ou critique des mesures prises, il montre comment les institutions civiles et militaires de la République se sont progressivement adaptées à la lutte contre le terrorisme islamiste qui demeura le véritable défi sécuritaire de notre pays pour les vingt années à venir.

  • En janvier 2015, les Français découvrent avec stupéfaction que le territoire national peut être de nouveau touché par des attentats islamistes. Si la France est désormais un des Etats les plus engagés dans la lutte contre le terrorisme, de la bande sahélo-saharienne au Moyen-Orient, elle est aussi une des puissances qui ont contribué à déstabiliser la Libye, en faisant basculer celle- ci dans le chaos et le djihadisme. La Libye et la Syrie sont actuellement les épicentres de la déstabilisation islamiste de régions entières du Sahara et du Moyen-Orient. L'émergence et le développement de l'État islamique répondent à une stratégie régionale et mondiale théorisée par des idéologues djihadistes et des officiers irakiens. Le départ des jeunes français en Syrie et les attentats de Paris de janvier 2015 s'inscrivent à la fois dans cette stratégie politique et dans un projet religieux islamiste. Dans cette nouvelle forme de guerre contre le djihadisme international à laquelle la France est confrontée, il existe désormais un deuxième front, un front intérieur.
    Cet ouvrage présente les aspects géopolitique et religieux des crises que traverse notre pays et analyse le phénomène djihadiste à partir des revues et des vidéos de l'État islamique, ainsi que des témoignages rapportés par les médias français et allemands.

  • Les derniers mois de la guerre d'Algérie sont marqués par un chaos provoqué par les attentats des irréductibles de l'Algérie française de l'OAS et les représailles du FLN. Le vide du pouvoir qui s'installe au fur et à mesure du repli de l'administration française et de l'armée aggrave la situation sécuritaire. À partir d'avril 1962, on assiste à des enlèvements d'Européens aux périphéries d'Alger et d'Oran par des groupes informels du FLN. Plus de 630 civils et militaires sont enlevés dans les quatre mois qui séparent le cessez-le-feu de l'indépendance. Le sort de ces disparus n'a jamais été révélé par les autorités algériennes, tandis que les corps n'ont jamais été restitués aux familles. Alors que les hypothèses penchent pour des actes crapuleux ou des arrestations de militants supposés de l'OAS et des vengeances du FLN, rapidement des rumeurs hantent les quartiers européens, qui évoquent la découverte de cadavres d'Européens vidés de leur sang. UN qoutidien britannique affirme même que les forces de l'ordre auraient retrouvé des cadavres pendus à des crochets de boucher. L'existence de vampires semble ne plus faire de doute pour les Européens.
    Cette étude historique révèle que ces derrière ces enlèvements se cache la pratique des prélèvements sanguins forcés. Cet ouvrage, fruit d'un travail de huit années, fait la synthèse de l'ensemble des informations sur les enlèvements destinés à pallier le déficit de banque de sang du FLN. Il présente ainsi l'ensemble des documents militaires français, d'études algériennes et des archives du CICR de Genève qu'il confronte à des témoignages écrits et oraux de rescapés de ces pratiques.
    Gregor Mathias reconstitue minutieusement le contexte de la fin de la guerre d'Algérie et l'émergence du mythe des vampires et explique les raisons qui ont poussé le FLN à recourir à cette pratique barbare.

  • En 2030, le monde sera très différent de la description qu'en fait la CIA dans son rapport rendu public en 2012. Loin de certaines prédictions des analystes de Langley, qui envisagent avant tout un avenir souhaitable, les auteurs du présent ouvrage confrontent la vision américaine avec leurs propres analyses.
    En 2030, le monde aura connu un bouleversement géopolitique majeur, en particulier en raison du déclin des États-Unis. Marqués par le repli impérial, ceux-ci éliront un président latino sur un programme isolationniste. La situation de la Chine ne sera pas aussi triomphale que ce qui est communément admis, tandis que l'heure de l'Inde sera venue. Et l'Europe dans tout cela ?
    Sortie de l'histoire, elle devrait poursuivre son inexorable déclassement. L'explosion de la zone euro, le piège de la dette, la marginalisation de la voix de la France devraient s'accélérer. À moins, naturellement, que la violence de la crise ne génère un véritable renouvellement des élites, comme en Russie.

empty