Vous allez rire! 

  • Malgré ses 80 ans, Jake n'a pas peur de l'avenir, car un vieil indien lui a révélé le secret de l'immortalité : la recette d'un tord-boyau carabiné. À la mort de sa fille, Jake se bat pour avoir la garde de son petit-fils, car l'administration hésite à confier l'enfant à ce solitaire excentrique, porté sur le jeu et la bouteille. Mais le vieil homme arrive à ses fins et, malgré quelques divergences de caractère, le duo fonctionne bien. La vie s'écoule paisiblement, t mieux encore lorsque Titou découvre Canadèche, canard boulimique et sympathique, qui devient le compagnon préféré. Seule la présence d'un monstrueux sanglier, en lequel Pepe Jake voit la réincarnation de son vieil ami indien et Titou un ennemi, sème le trouble.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Chaque semaine, Tom et Louise se retrouvent dans un pub londonien dix minutes avant leur session de thérapie de couple. Le choix du pub n'a rien d'anodin : il offre une vue imprenable sur la porte de la thérapeute et leur permet d'observer et de commenter allègrement les allées et venues des autres patients.
    Quarantenaires, mariés depuis des années, Tom et Louise pensaient leur couple stable et leur vie familiale sans vague... jusqu'à ce qu'un léger incident de parcours précipite le couple au bord de l'implosion. D'où leur décision de consulter, mais était-ce vraiment une bonne idée ?
    Autour d'un verre - ou deux - Tom et Louise n'esquivent aucun sujet (le mariage, le sexe, les enfants, la politique, le Brexit, le politiquement correct...) et rejouent en dix actes leur vie conjugale, faisant apparaître, avec humour et vivacité, les fissures de leur relation.

    Ajouter au panier
    En stock
  • ma chienne de vie

    James Thurber

    Les tribulations loufoques d'une famille farfelue - grand-père et chien compris - par l'un des maîtres du comique anglo-saxon " Quand j'atteindrai quarante ans, mes facultés se seront peut-être repliées, telle la corolle des fleurs au crépuscule, me laissant incapable d'écrire mes mémoires en y mettant la dose idoine de sobre inexactitude, ou alors, étant venu à bout de la tâche, incapable d'aller les porter à mon éditeur...
    " C'est donc en pleine force de l'âge, dès les années 1930 dans les pages du New Yorker, que James Thurber fait paraître Ma chienne de vie, autobiographie loufoque et illustrée racontant sa jeunesse au sein d'une famille farfelue de l'Ohio. De l'effondrement du lit paternel à la visite nocturne de bien étranges fantômes, des lubies du chien Muggs à celles d'un grand-père frappadingue hanté par la guerre de Sécession, Thurber transfigure les petits événements de la vie en minuscules épopées tendres, drôles et cocasses.

    Ajouter au panier
    En stock
  • On dit souvent de son animal domestique qu'il ne lui manque que la parole. Avec «Paroles de chien», Kipling a enfin réparé cette injustice ! Publié initialement en 1930, ce récit est raconté à la première personne par Botte, un aberdeen terrier comme celui que possédait Kipling. Avec une pointe d'ironie innocente, Kipling nous permet de voir le monde à travers les yeux de notre plus fidèle compagnon.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Je me suis levé de table et je me suis mis à danser la gigue : Papa a éclaté de rire, et j'aime l'entendre rire comme ça - comme un type qui écrit, qui a faim et qui est complètement fou. ».
    Voici l'histoire de Pete, dix ans, et de son père dans les années cinquante à Malibu - deux écrivains, l'un en herbe, l'autre qui pour faire bouillir la marmite hésite entre un livre de recettes et une pièce de théâtre. Ils courent sur la plage, font la cuisine avec trois fois rien - l'inénarrable Riz de l'Écrivain -, se racontent des histoires et rêvent au son du phono. Le fils d'être le premier à marcher sur la Lune, le père de vivre pour écrire...
    Un roman irrésistible sur la transmission, le sens de la vie, la joie d'être au monde et, plus que tout, la passion de l'écriture.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La réédition d´un bijou d´humour noir du dissident russe Andreï Siniavski, préfacé par son fils, l´écrivain Iegor Gran. Réussissant tout ce qu´il rate, André-la-Poisse ne porte pas son nom par hasard. La fée qui s´était penchée sur son berceau l´avait pourtant prédit : il aura tous les talents, sauf celui de savoir s´en servir. Alors à défaut d´une vie facile, c´est une existence trépidante qui s´offre à lui. Avec la fantaisie d´ETA Hoffmann, d´un réalisme satirique à la Mikhaël Boulgakov, Andreï Siniavski malmène son héros en l´affublant d´une malédiction : la malchance. Drôlement cruel, le roman transforme, d´une plume acérée, un destin poisseux en leçon de liberté. Poussant de saillie et en saillie, ce grand petit livre fait ainsi un bras d´honneur à la fatalité.

  • Le professeur Prospero se trouve dans une de ces émissions de télévision qui mêlent écrivains, chanteurs, politiciens, sportifs et public. Répondant à une question, il mentionne naïvement Spinoza. Scandale ! Du ton le plus grave, le présentateur lui répond : « Ceci est un programme qui s'adresse aux familles, et les gens qui ont trimé toute la journée ont le droit de se détendre sans se sentir inférieurs. » L'assistance hue, tape des pieds. Le ministre de l'Intérieur, invité lui aussi, ajoute que le Pr. Prospero devrait avoir honte de son élitisme. Twitter se déchaîne. « On t'aura, enfoiré d'intello de mes couilles ! @giolia 71 » Rentrant chez lui, il est tué à coups de batte de base-ball.
    De cet argument de départ s'ensuit l'aventure la plus tristement comique qui soit, celle du populisme contemporain. Cela se passe en Italie, cela pourrait se passer en France, aux Etats-Unis, en Hongrie, en Pologne, c'est-à-dire partout. Le ministre de l'Intérieur, devenu Premier ministre de l'Intérieur (car nous sommes dans une réalité augmentée) comprend tout de suite l'avantage électoral qu'il y a à honnir les écrivains, les intellectuels, les penseurs. Et il décide, face au danger évidemment terrible qu'ils représentent, du recensement national des intellos de gauche - puisque le mot « gauche » est devenu synonyme de « vice ». La première victime sera ce ministre même, filmé à son insu sortant d'un cinéma d'art et d'essai. Le populisme dévore ses enfants. Parallèlement à cet orage politique, on cherche qui a tué le professeur. La fille du professeur, Olivia, enquête.
    Avec un brio et un humour qui le situent dans la lignée des romans d'Italo Calvino, Giacomo Papi radiographie les passions tristes de la politique contemporaine. Le livre a été un grand succès en Italie.

  • la femme brouillon

    Amandine Dhée

    « Le meilleur moyen d'éradiquer la mère parfaite, c'est de glandouiller », nous dit Amandine Dhée. « Le terme est important car il n'appelle à aucune espèce de réalisation, il est l'ennemi du mot concilier.
    Car si faire voeu d'inutilité est déjà courageux dans notre société, pour une mère, c'est la subversion absolue. » Si vous croyiez que la grossesse était une affaire privée, il n'en est rien. Une femme enceinte acquiert un statut tout particulier dans la société, qui la rend à la fois respectable et à surveiller. Avec une écriture incisive et débordante d'ironie, Amandine Dhée aborde la maternité à partir de son expérience, évoquant ses paradoxes notamment entre ses principes féministes et la vie quotidienne qui la tiraillent, et ses crues réalités si bien tues pour ne laisser qu'une image proprette et miraculeuse de la naissance dans l'imaginaire collectif et surtout masculin.

    Ajouter au panier
    En stock
empty