Avec PIPOL 10 : Parentalité (ou pas), questions de famille

  • Qu'est-ce qu'être parent aujourd'hui ? À partir d'une importante enquête qualitative auprès de familles, diverses du point de vue de leur configuration et de leur origine sociale et géographique, et de divers professionnels de la petite enfance, notre ouvrage montre que les familles sont loin de rester passives face à l'imposition de règles de conduite d'une "bonne parentalité". Elles interprètent différemment les normes, se les approprient, les rejettent ou s'y adaptent sur la base de compromis négociés avec les institutions et les professionnels de la petite enfance. Il est remarquable que le travail permanent exercé sur les normes familiales ne soit pas linéaire et aboutisse à la coexistence d'une pluralité de conceptions de la "bonne parentalité", plus ou moins innovantes, contestataires ou traditionnelles. Ce qui frappe aujourd'hui est cet enchevêtrement de normes traditionnelles résistantes, de normes contestées et négociées et de nouvelles normes inventées qui transforment les référentiels de la famille moderne. Plus qu'au déclin de l'institution familiale, souvent déploré dans le discours public et relayé par les spécialistes de l'enfance ou les observateurs de la vie sociale, notre enquête nous a confrontées à un processus permanent d'institutionnalisation de la famille tant par sa contestation des normes en place que par sa volonté d'inventer de nouvelles façons de "faire famille".

  • Les relations que les professionnels de la petite enfance tissent avec les parents ont une influence capitale dans la qualité de l'accueil du jeune enfant, le soutien à la parentalité et la reconnaissance mutuelle de leur rôle et de leur statut.

    Les relations entre les parents et l'accueillante de leur très jeune enfant demeurent d'une grande complexité, quel que soit le mode d'accueil. Ces relations entre adultes, concernés différemment par le même enfant, sont radicalement différentes de celles de la vie privée, car elles sont foncièrement asymétriques et non réciproques.
    Travailler auprès de l'enfant de l'autre peut générer de la confusion dans les rôles, les places et les affects.
    Il est important de redéfinir le rôle professionnel par rapport au rôle parental en mettant l'accent sur les exigences du travail et la nécessité de construire la confiance avec les parents. Cette confiance constitue le socle indispensable pour soutenir la parentalité alors que les changements intervenus dans la gestion des lieux d'accueil ont pu fragiliser les évolutions vers une meilleure qualité de l'accueil de l'enfant et de ses parents.

  • au nom de la mère

    Margaux Chikaoui

    Notre héroïne est une « fille-sans-père », miroir en creux des « filles-mères ». Histoire banale, histoire fatale : aventure extra-conjugale entre une jeune femme issue d'un milieu populaire et un puissant magistrat. Elle fera la connaissance de son père à l'adolescence, au terme d'une procédure judiciaire qu'il aura tenté à tout prix de freiner, avec la complicité de certains de ses confrères.
    Voici l'enfant illégitime devenue jeune fille adoubée. La découverte de l'univers feutré d'un monde qui lui a toujours semblé inaccessible sera une épreuve dans sa construction personnelle. Elle se lance dans des études de droit. Atavisme, désir de revanche ? Reproduira-t-elle l'histoire maternelle ?
    Le récit d'une candeur explosée face aux méandres d'une justice à deux vitesses.
    />
    « Que l'on juge nos parents faibles, méprisables, haïssables ou durs, ceux-ci sont notre tout. Ceux à qui l'on rêve secrètement de ressembler, ou ceux que l'on fuit pour justement éviter un mimétisme gênant. Ainsi, peu sommes-nous qui considé­rons nos mères et pères, dans nos coeurs entiers et profonds, tels nos autres. »

  • Si les livres abondent quant à la belle-mère, que sait-on de ce nouveau beau-père ? Dans cet ouvrage, la psychologue-psychanalyste, Diane Drory, répond aux questions que ce rôle encore mal compris recouvre. Par exemple, comment le nouveau beau-père trouve sa place dans la famille recomposée, comment se crée et se fortifie le lien d'attachement entre lui et les enfants de l'autre ? ou comment éviter la rivalité avec le père ?
    À partir des nombreuses familles que Diane Drory a eu l'occasion de rencontrer, elle pointe les pièges à éviter, tels que : mettre l'enfant face à un dilemme de loyauté entre ses deux familles ; imposer des règles de vie différentes à ses enfants et à ses beaux-enfants ; ou vouloir hâter le tissage des liens, en oubliant que chaque lien d'attachement se construit à un rythme qui lui est propre.
    Par ce partage d'expérience et de savoir, vous découvrirez que le lien d'attachement entre le beau-père et l'enfant de sa compagne peut devenir un point d'ancrage essentiel

  • Un témoignage drôle, percutant et pertinent de seize écrivains américains qui n'ont pas voulu avoir d'enfants Dans ces seize essais, des écrivains des deux sexes et de tout âge expliquent pourquoi ils ont décidé de ne pas avoir d'enfant. Certains d'entre eux n'en ont jamais voulu, d'autres en ont désiré passionnément avant de changer d'avis. L'une est allée jusqu'à acheter le sperme d'un donneur dans l'espoir de devenir mère célibataire ; une autre, qui n'a jamais voulu d'enfant, est tombée enceinte trois fois, et a avorté trois fois. Avec une franchise à couper le souffle, ces hommes et ces femmes racontent leur expérience intime, leur enfance, leur mariage, leur vie professionnelle d'écrivains, aussi. Surtout ils décrivent ce que signifie nager à contre-courant de la parentalité, prendre une contrallée. Parce qu'ils n'ont pas voulu d'enfant et qu'ils ont dû régulièrement s'en justifier, ils ont paradoxalement beaucoup plus réfléchi à ce que signifie vraiment «  mettre un enfant au monde  » que la plupart d'entre nous, ce qui fait de ces témoignages un ensemble réellement captivant, d'une qualité littéraire rare et qui pose la question résolument féministe de la place laissée aux mères, et tout particulièrement aux mères travailleuses, dans nos sociétés.
     

  • Pete Fromm a une quarantaine d'années, deux beaux garçons, une vie splendide au coeur du Montana. Son passé de ranger dans les contrées les plus sauvages des États-Unis est derrière lui. Un jour, on lui propose de partir s'installer un mois dans une cabane perdue de la Bob Marshall Wilderness. Dans cette région, qui abrite l'une des plus fortes densités de grizzlys des États-Unis, il devra surveiller la croissance d'alevins dans la rivière. La nature et le goût des grands espaces sont-ils conciliables avec des responsabilités familiales? Plus de vingt ans après son séjour à Indian Creek, voici Pete Fromm au seuil d'une nouvelle aventure en solitaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • choisir la paternite gay

    Martine Gross

    • Eres
    • 26 Janvier 2012

    L'originalité de cette recherche est d'explorer les motivations, le parcours, le vécu d'hommes devenus pères (ou désireux de le devenir) dans un contexte homoparental. Beaucoup se sont tournés vers la coparentalité. Quelques-uns vers l'adoption. En choisissant la gestation pour autrui, ils se trouvent confrontés à des questions totalement inédites. Fondé sur les témoignages de ces nouveaux pères recueillis lors de longs entretiens, l'ouvrage rend compte de la partition originale qu'ils ont en partie improvisée, repensée au long du parcours, parfois réévaluée avec l'arrivée de l'enfant. Ces parents hors norme interrogent la société sur la parenté, la parentalité, la place du lien biologique dans l'enfantement, la diversité des projets parentaux, la démultiplication des modalités d'enfantement, le « vivre ensemble » dans un monde marqué du sceau de la parenté plurielle.

    Martine Gross est ingénieure de recherche en sciences sociales au CEIFR (CNRS). Ses recherches ont notamment porté sur les relations intergénérationnelles, la transmission des identités religieuses, la désignation des liens dans les familles homoparentales, le désir d'enfant chez les gays et les lesbiennes.
    Martine Gross est ingénieure de recherche en sciences sociales au CNRS.
    Elle a consacré une grande partie de ses travaux à l'homoparentalité. Elle travaille également sur le vécu d'une double dimension identitaire : homosexualité et religion.

  • Vous avez beaucoup de chance d'être parent aujourd'hui ! Ces dernières années, les neurosciences affectives ont bouleversé notre regard. Pour la première fois depuis que l'humanité existe, nous commençons à mieux savoir comment nous y prendre avec les bébés et les enfants.
    On sait, par exemple, qu'il ne faut jamais laisser pleurer un bébé. Ou qu'un tout-petit n'est pas un tyran, mais un être en développement qui a besoin d'être compris. On sait aussi que si l'on accorde beaucoup d'empathie à un enfant, on l'aide à constituer ses propres réserves d'empathie. Si on le stresse en revanche, on freine la maturation de son cerveau.
    Catherine Gueguen a le don de la transmission du savoir. Avec sa grande expérience de pédiatre, elle rend accessible tout ce qu'il faut savoir pour que votre enfant soit sécurisé, confiant, autonome, à l'aise dans le monde et avec les autres.
    Un livre enthousiasmant pour construire une belle relation avec votre enfant.

  • Pourquoi les femmes choisissent-t-elles encore de devenir mère ? Faut-il refonder la maternité et la parentalité ? Sur quelles bases ?
    Pourquoi ce livre ? Déclarons-le d'emblée : son objectif est ambitieux. Les auteures, mères, grands-mères, femmes de plusieurs générations, professionnelles amenées à côtoyer des mères. invitent à repenser ce qu'on appelle la maternité. Le discours traditionnel, pétri de moralisme et de glorification, n'a plus guère d'audience, même s'il ressuscite chaque année, rengaine obligée, à l'occasion de la fête des mères. Les femmes doivent aujourd'hui en inventer un autre qui tienne compte de l'émancipation féminine et de la condition maternelle.
    Yvonne Knibielher a été professeur émérite d'histoire à l'université de Provence, spécialiste de l'histoire des femmes et de la famille.

  • L'ouvrage relativise l'importance, toujours grande, de la mère dans l'éducation du jeune enfant en montrant la place nouvelle prise par le père et les professionnelles de la petite enfance ainsi que la reconfiguration des rapports sociaux qui l'accompagne.

    L'omniprésence de la mère dans les soins au bébé et l'éducation du jeune enfant demeure pour beaucoup un dogme inattaquable, alors que la situation des familles, les rôles parentaux, la place des professionnels se sont profondément modifiés depuis cinquante ans. L'auteur évoque les transformations sociales très profondes en jeu, qu'il s'agisse des places familiales, des savoirs sur le jeune enfant, de la nouvelle importance de l'accueil, de l'attitude de la société civile et des institutions. Il analyse les effets de cette restructuration des relations au bébé, y compris les résistances, parfois violentes, qui se manifestent à son égard.

    L'ouvrage synthétise l'ensemble des transformations sociales, familiales et professionnelles, qui font qu'aujourd'hui la prépondérance maternelle est mise en perspective alors que, non seulement le père, mais aussi les accueillantes de la petite enfance, voire les enseigants et les intervenants associatifs ont pris une importance nouvelle auprès du bébé. En retraçant cette évolution, le livre montre tout ce qui a changé tant du côté des savoirs sur les places familiales, le développement de l'enfant et l'éducation, que du côté des pratiques des acteurs, et de l'attitude des institutions. Il évoque les résistances, parfois violentes, qui se manifestent contre cette reconfiguration, qu'il s'agisse du rôle de la mère et de celui du père, des « nouvelles familles » (notamment homoparentales), de la résidence alternée, de la prévention des troubles que peut présenter le jeune enfant, et la façon dont la société civile et les institutions se positionnent à cet égard.
    Il offre au lecteur la possibilité de mieux comprendre les effets des profondes mutations en analysant la nouvelle configuration de prise en charge du jeune enfant qui caractérise désormais la société hypermoderne. Il montre la nécessité d'une coéducation renouvelée, et plus encore, d'une cosocialisation qui prenne en compte l'ensemble des instances qui contribuent à la formation des jeunes enfants dans une perspective citoyenne et démocratique.

  • Cet ouvrage arrive à point nommé alors que vient d'être promulguée la loi sur le mariage pour tous, sujet de nombreuses polémiques. Il interroge la question des normes familiales définissant les fonctions maternelle et paternelle, et la façon dont elles influencent la pratique des professionnels impliqués auprès de parents.

    À une époque où beaucoup d'acteurs sociaux se trouvent déchirés entre des modèles de famille antagonistes, l'ouvrage se veut un outil pour aborder la question des normes familiales, dans une société appelée à interroger la notion de " complémentarité " entre homme et femme. À côté des enjeux théoriques, pour les différents professionnels qui rencontrent aujourd'hui les familles, l'enjeu est bien de clarifier le rapport qu'ils entretiennent avec l'ensemble de ces normes, afin de ne pas imposer des modèles mais de permettre aux familles de rester actrices de leur démarche.

  • On connaît l'importance des liens que les tout-petits construisent avec ceux qui les accompagnent au quotidien : parents, famille plus éloignée, professionnel(le)s de l'enfance.
    Mais en regard des évolutions multiples de la société (métamorphose du modèle familial comme des attentes relatives à la parentalité, phénomène migratoire, ultra-technologisation, etc.), comme des évolutions scientifiques, l'attachement tel que décrit par la théorie est-il toujours d'actualité ? Dans quelle mesure est-il nécessaire de le revisiter ? Quelles sont les implications pour la parentalité ainsi que pour les professionnel(le)s de la petite enfance ? Et qu'en est-il également de l'impact des nouvelles technologies sur la vie relationnelle ?
    Autant de questions qui méritent d'être posées et dont les réponses seront autant d'atouts pour accompagner les plus jeunes d'aujourd'hui et de demain...
    La théorie de l'attachement, revue et actualisée !
    Sous la direction de Blaise Pierrehumbert, psychologue, spécialiste de la théorie de l'attachement ayant dirigé une unité de recherche au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois et enseigné à l'Université de Lausanne (Suisse).

  • Affronter les crises de colère seul(e), gérer les devoirs seul(e), soigner les bobos et les angoisses seul(e)... Les journées d'un parent solo ressemblent fort à celles d'un superhéros.
    Sans la présence et l'appui de l'autre parent, rester disponible et à l'écoute de son enfant en créant un cadre propice à son bonheur relève parfois de l'exploit.
    Valérie Roumanoff, hypnothérapeute, livre une foule d'outils, de conseils, d'exercices et d'activités pour résoudre les petits drames et les grands problèmes du quotidien et permettre aux enfants de s'épanouir, sans s'oublier soi-même. Dans cet ouvrage vous trouverez :
    Des outils pour déjouer les pièges de la parentalité solo et identifier vos vraies priorités.
    Des techniques pour désamorcer conflits et rapports de force avec les enfants.
    Un cahier ludique détachable pour prolonger les activités avec eux.
    Le point de vue de parents et enfants pour sortir (définitivement) de la culpabilité.
    Des exercices pour gérer la relation avec votre ex... et la vivre plus sereinement (parce que oui, c'est possible !).

  • Déracinement, nouvelles configurations familiales, implication plus grande des pères, omniprésence des écrans... Les familles changent et, avec elles, leur manière d'élever leurs enfants et les demandes qu'elles adressent aux professionnels. Ces évolutions se nourrissent de l'histoire culturelle et politique de leur pays, mais aussi de leur propre histoire personnelle. Ce que les parents transmettent aux enfants se transforme et crée du nouveau. Le livre évoque également la créativité dont les professionnels font preuve dans leurs pratiques pour accompagner au mieux ces familles dans leur diversité.

  • En 2014, on comptait une famille sur quatre monoparentale en France. Ce qui signifie : devoir ne compter que sur soi-même, au jour le jour, pour faire face aux responsabilités d'un foyer, soit ce que l'on peut considérer comme un véritable handicap moral, affectif, logistique, financier, matériel ?
    À quand une vignette « parent solo », qui permettrait de ne pas attendre en caisse ou d'obtenir des tarifs préférentiels lorsque l'ex-conjoint ne paie pas la pension alimentaire et qu'il faut faire face, tous les mois, au casse-tête de joindre les deux bouts ? À quand un statut reconnu de « parent solo » et d'enfant « monoparental ».

    Quelle que soit votre situation de parent « solo », vous trouverez sans aucun doute dans cet ouvrage les réponses à vos questions sur les sujets affectifs, juridiques, économiques, logistiques, qui vous préoccupent. Sans oublier les thèmes du cadre, de la parole, de la loi, des crises, du deuil, de la solitude, des familles recomposées, et de la quadrature du cercle du quotidien stressant.
    Des premières dents qui vous laissent exténuée aux premiers chagrins d'amour, Anne-Catherine Sabas apporte des réponses pratiques aux problèmes et questions que ces parents (et parfois leurs enfants) se posent plusieurs fois par jour, voire par heure, et ce durant des années.

  • Cet ouvrage ouvre à la compréhension nuancée des multiples vécus de ces femmes. Certaines ont choisi de ne pas avoir d'enfants, d'autres n'ont pas eu le choix. Certaines l'assument parfaitement, d'autres en souffrent profondément. Dans les deux cas, une autre fécondité peut se développer et être source d'épanouissement.

  • Cet ouvrage collectif rassemble historien, sociologue, chercheurs et nombreux cliniciens, experts dans le champ de la périnatalité, afin de mieux penser la place des pères en période périnatale et ainsi de mieux les accueillir dans les différents lieux concernés par la naissance des bébés.

    Autrefois, absent du temps de la grossesse, de l'accouchement, et parfois même des premiers mois de vie, l'homme a vu sa place changer. Il s'ouvre aujourd'hui à davantage de proximité avec l'enfant. Cependant, l'intérêt porté aux pères en période périnatale par les professionnels du soin reste encore insuffisant. Travailler en périnatalité, nécessite l'écoute du bébé, de la mère mais également du père, tout comme de la famille au sens large. L'homme doit être soutenu dans son accès à la paternalité, pour lui-même, et aussi pour les conséquences que des difficultés psychologiques paternelles peuvent avoir sur le couple et sur le développement de l'enfant à court et long terme. C'est dans cet objectif que ce livre a été conçu.

  • L'évolution de la législation en 2013 concernant le mariage des couples de même sexe et l'adoption a « normalisé » ces situations même si l'insémination avec donneur, pour les couples lesbiens, et la gestation pour autrui restent illégales en France. Ce mouvement historique, initié en 1999 avec le Pacs, justifie des recherches sociologiques et anthropologiques visant à rendre compte de ses effets sur les familles dites « homoparentales », qui ne se constituent plus sur les mêmes principes, en genre et/ou en nombre, que la famille traditionnelle nucléaire. Par ailleurs, il paraît urgent que l'approche clinique référée à la psychanalyse s'empare des ces questions, avec ses problématiques propres, car si elle l'a fait en partie dans les débats, de manière souvent empirique et controversée, elle ne s'est pas attelée à de véritables recherches en ce domaine. Elle est également en retard par rapport à la psychologie du développement en ce qui concerne l'approche clinique des enfants de l'homoparentalité pour lesquels de nombreuses études, surtout à l'étranger, existent. Ce numéro privilégiera donc des recherches portant sur l'évolution récente des familles homoparentales d'un point de vue socio-anthropologique ainsi que les recherches cliniques référées à la psychanalyse visant à étudier le « faire-famille » du point de vue tant des parents que des enfants.

  • L'isolement des parents, la réduction de la famille élargie, les confrontations culturelles, la nouvelle place des soignants dans l'intimité des parents, induisent, imposent, des manières plus collectives de soin auprès du bébé et de sa famille.
    Le bébé est trop souvent envisagé au regard des seules relations avec sa mère. Sans nier cet aspect, cet ouvrage aborde le bébé dans sa famille et l'influence des évolutions sociétales qui pèsent sur ses parents et leur « nouvelle solitude ». L'originalité de cet ouvrage consiste ainsi à montrer comment une telle évolution s'accompagne d'une créativité sans précédent dans l'invention de nouveaux dispositifs de soin au quotidien chez lui, à la crèche, en centre parental, en PMI, à l'hôpital, etc.
    Pierre Delion est professeur à la faculté de médecine de Lille 2, pédopsychiatre au CHRU de Lille. Il est engagé depuis bientôt quarante ans dans la rénovation de la psychiatrie contemporaine avec les différentes équipes qu'il a animées et qu'il anime encore aujourd'hui. Pour mieux soigner les enfants autistes et psychotiques, il tente d'allier les avancées de la psychiatrie de secteur avec celles de la psychothérapie institutionnelle.

  • Les 70 ans de la revue.
    La place et l'engagement des pères visà- vis de leurs tout-petits ont considérablement évolué ces dernières décennies, comme en témoignent les enquêtes sur les « nouveaux pères ».
    Cette évolution est-elle sensible dans tous les milieux et prise en compte par les structures collectives ? Est-elle mise à mal par les séparations conjugales ?
    Comment les politiques publiques et les entreprises accompagnent-elles les jeunes pères ? Psychologues, sociologues, anthropologues et juristes analysent le phénomène.

empty